12/09/2011 13:29:52
Defection: Le président régional du Nord-Ouest quitte le Sdf pour le RDPC
Kum Henry Ichu, président régional du Social Democratic Front (Sdf) pour le Nord-Ouest, suspendu récemment par le comité exécutif national (Nec), vient de quitter définitivement la barque du principal parti de l’opposition camerounaise: « n’y a pas de démocratie au Sdf »...
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Kum Henry Ichu, président régional du Social Democratic Front (Sdf) pour le Nord-Ouest, suspendu récemment par le comité exécutif national (Nec), vient de quitter définitivement la barque du principal parti de l’opposition camerounaise. Il a choisi la méthode classique d’une conférence de presse pour annoncer sa défection. C’était samedi dernier 10 septembre, dans un hôtel de la cité capitale du Nord-Ouest.  Un revirement à 90° qu’il a personnellement reconnu.
 
« C’est véritablement un revirement à 90° parce que j’ai constaté qu’on prêche la vertu et on pratique le vice au Sdf. Si j’ai décidé de quitter ce parti pour le Rdpc, ce n’est pas parce qu’on m’a donné de l’argent ou que j’y vais chercher de l’argent, mais parce que ce qui me retenait au Sdf n’est pas ce qui s’y applique. Les principes sont mis de côté, les décisions sont prises à la hâte, il y a l’intolérance. On ne doit pas aller chercher quelqu’un au quartier qui n’a pas d’expérience pour venir diriger ce pays », lâche sans ambages Kum Henry Ichu pour qui, « je suis pour l’égalité de chance, la démocratie et le développement. Là où ces valeurs qui sont chères non seulement pour moi, mais pour tous les Camerounais sont compromises, il devient difficile de vendre sa conscience ».

Sans détours, l’ancien président provincial est convaincu que le parti pour lequel il militait avant, prêche quelque chose mais pratique son contraire «  cette décision a été motivée par la dégradation des valeurs qui me sont chères : la démocratie et l’égalité de chance. Là où ces valeurs sont remplacées par des intérêts individuels, il est difficile pour moi de prétendre défendre l’indéfendable ». Comme si cela ne suffisait pas, il a remis son uniforme du Sdf à Atanga Nji Paul, président de section Rdpc de la Mezam I en lui intimant de « jeter cette tenue du Sdf dans le wc », car estime-t-il, « si les autres préfèrent négocier dans le noir, laquelle négociation bénéficiera en fin de compte à une poignée, je préfère aller droit au but et négocier en plein jour pour le besoin de mon peuple ».

Bien qu’il ne cite pas les contemporains, Kum Henry est d’avis que l’exécutif du Sdf, ne joue pas franc jeu, mais pactise avec le régime en place, tout en donnant l’impression au peuple qu’il est contre le pouvoir. Il a laissé entendre que la direction nationale du Sdf doit des explications au public sur les raisons de sa suspension à la tête du parti dans le Nord-Ouest. En attendant ces raisons, il est convaincu que cette suspension est la conséquence de son soutien à la candidature du député Fobi Nchinda Simon pour la candidature du Sdf à la présidentielle du 9 octobre 2011. Pourtant le Sdf prône la démocratie en son sein : «y a-t-il un crime de soutenir un candidat au sein du parti ? » s’est-il interrogé avant de conclure qu’il « n’y a pas de démocratie au Sdf ».

A l’en croire, cette démission va charrier toutes sortes de calomnies sur sa personne, « n’en déplaise, j’étais plus riche que maintenant qu’en j’entrais au Sdf ; j’ai dépensé tout mon argent pour ce parti. Croyez-vous que je vais chercher de l’argent au Rdpc ? j’y vais parce que je sais qu’il n’y a pas match entre Paul Biya et les autres. Il est le meilleur choix pour ce pays ». A la question des journalistes de savoir pourquoi il embrasse le Rdpc qu’il accusait en 2007 d’avoir volé sa victoire à la députation dans la circonscription électorale de la Menchum Valley, Kum Henry Ichu lâche sans ambages « si je dois voler au Rdpc pour m’assurer que le Sdf ait moins de 2% de vote à l’élection, je ne regretterai pas parce que le Sdf n’est pas un parti démocratique ». A propos des quelques 6 millions de francs dont le Sdf lui demande d’apporter des justificatifs durant son mandat à la tête du parti de la balance dans le Nord-Ouest, Kum Henry tranche « dans le Sdf on découvre déjà que les gens ne veulent pas dire la vérité. Mais tant qu’on reste dans le mouchardage, la calomnie, ça n’aide pas… Je les attends au tribunal ».

Atanga Nji Paul, président de la section Rdpc Mezam I, en remettant une carte (n° 162269) de membre de parti de la flamme à Kum Henry, a remercié ce dernier d’opérer un choix de la raison : « nous allons travailler ensemble parce que l’avenir du Cameroun est entre les mains du président de la République M. Paul Biya », promet le ministre chargé de missions à la présidence de la République. Après avoir frappé un premier coup en rapprochant en décembre 2010 dernier Paul Biya et John Fru Ndi, Atanga Nji Paul vient ainsi de réussir un autre exploit en ramenant au Rdpc Kum Henry Ichu. Celui-ci était jusqu’à un passé récent le bras droit du leader du principal parti de l’opposition. C’est dire si à l’aune de chaque évènement le Sdf prend toujours un sérieux coup. On se souvient du départ des Asonganyi, Nkemngu Martin, Bernard Muna, Maidadi, etc. Kum Henry affirme à qui veut l’entendre qu’il part avec une bonne brochette de ses sympathisants.

Donat SUFFO

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE