16/04/2009 02:13:23
Cameroun: Curieux séjour de la Sécurité militaire en Europe
Une délégation conduite par le colonel Gédéon Youssa séjourne depuis le 15 avril en France
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Selon des informations puisées auprès de sources à Yaoundé et à Paris, le Colonel Gédéon Youssa, chef de la division de la Sécurité militaire (Sémil), service de renseignements de l’armée camerounaise, est en Europe, à la tête d’une délégation de trois personnes. Certaines sources précisent que cette mission viserait la traque des opposants au sein de la diaspora camerounaise. D’autres sources, sans préciser l’objet de la mission, réfute cette hypothèse. Le Colonel Youssa et ses limiers (ou sicaires, c’est selon) séjournent depuis le 15 avril à Paris, première étape de ce périple qui va les conduire dans plusieurs pays occidentaux dont l’Allemagne, la Grande Bretagne, la Belgique, etc.
Gédéon Youssa est réputé proche du ministre de la Défense, Remy Zé Meka. Il est bien connu des journalistes camerounais dont il assure le contrôle musclé à Yaoundé depuis des années. Dans sa tâche, il est généralement flanqué du capitaine Messmer Eloundou, l’œil et l’oreille de Zé Meka. En réalité, dans l’organisation politico-tribaliste des institutions camerounaises, Eloundou est chargé de «surveiller» de près les colonels Youssa et Emmanuel Tchinda, (le patron de la gendarmerie à Yaoundé, un autre homme de Ze Meka), qui sont  des Bamiléké...


Cette opération des services de renseignements militaires du ministère de la Défense serait motivée par l’interview accordée à Cameroonvoice, le 5 avril, par Guerandi Mbara, l’un des principaux meneurs du coup d’État du 6 avril 1984. Depuis la diffusion de cette interview, beaucoup de bruits se font au sein du sérail politique camerounais. D’après certaines sources, proches du Rdpc, le parti-État à Yaoundé, des opportunistes budgétivores en profitent pour faire débloquer de l’argent au motif, soit de renforcer la sécurité soit de mieux se renseigner sur Guerandi et d’autres opposants planqués au sein de la diaspora. Une autre option a été de programmer une réplique sur les antennes de la chaîne de télévision Canal 2 International, avec Annanie Rabier Bindzi. Le Général Benoît Asso Emane devait donner sa version des faits sur le 6 avril 84. Mais cette entrevue a été finalement annulée, pour des raisons non encore révélées.


Au sein du parti de Paul Biya, l’évocation de la rencontre entre Amadou Ali et Guerandi, en présence de René Sadi, le secrétaire général, alimentent chaudement des intrigues. Dans l’entourage de René Sadi, qui séjourne en ce moment en Suisse avec Paul Biya, c’est la colère noire. D’après ses proches, René Sadi nie avoir jamais rencontré Guerandi Mbara à Ougadougou. Ses proches pointent un doigt accusateur sur…Amadou Ali et Marafa Yaya qui, selon eux, seraient les auteurs de cette manipulation qui voudrait présenter le vice patron du Rdpc comme futur successeur de Paul Biya à la tête du parti, donc du Cameroun, dès octobre 2001.
Nous n’avons pas pu joindre Amadou Ali et Marafa Yaya pour entendre leur version des faits. Il reste cependant que les querelles jadis multiformes au sein des barons du pouvoir semblent s’accentuer avec la sortie médiatique de l’exilé de Ouagadougou.

Ernest Effa

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE