15/09/2011 04:27:02
Evènement. L'agenda caché se précise
Contrairement à l’éviction attendue de certains caciques des instances de décision du RDPC, la hiérarchie semble opter pour l’élargissement du comité central et du bureau politique. Question, à en croire les cadres du parti de préserver la cohésion à la veille de la prochaine élection présidentielle.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Contrairement à l’éviction attendue de certains caciques des instances de décision du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, la hiérarchie semble opter pour l’élargissement du comité central et du bureau politique. Question, à en croire les cadres du parti de préserver la cohésion à la veille de la prochaine élection présidentielle.
 
A la veille du troisième congrès ordinaire du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) qui se déroule les 15 et 16 septembre 2011 à Yaoundé, les grandes lignes de la grande messe du parti au pouvoir se précisent. Après la désignation du chef de l’Etat sortant, par ailleurs président du Rdpc comme candidat de cette formation politique à l’élection présidentielle du 9 octobre prochain, l’on en sait un peu plus sur le profil et les conditions d’élection du prochain chef de file du parti au pouvoir. Selon le secrétaire général adjoint du Rdpc les candidatures restent ouvertes.

Toutefois, dans une interview accordée à La Nouvelle Expression, Grégoire Owona précise que, «pour être éligible, il faut être électeur.» En clair, ce cadre du Rdpc laisse entendre qu’«aucun de ceux de nos camarades qui font beaucoup de tapage médiatiques n’est éligible». Une position confirmée par une autre source proche du comité central qui précise que la reconduction de Paul Biya à la tête du Rdpc semble un acquis.

Dans la même optique, les sources proches des cercles de décision du Rdpc ne font pas de mystère sur la prochaine configuration du parti des flammes.  A en croire l’organe de presse du Rdpc, le prochain congrès de ce parti verra plutôt l’élargissement des organes de décision de ce parti et l’entrée de nouvelles ressources tant au bureau politique qu’au comité central de ce parti. Sans grande précision, le journal précise que le secrétaire général du Rdpc, René Emmanuel Sadi «a notamment attiré l’attention de l’assistance sur l’augmentation du nombre de délégué qui, selon lui, a pratiquement doublé par rapports aux derniers congrès du parti, notamment avec la création de nouvelles sections aussi bien à l’intérieur du territoire national qu’à l’étranger.»

Une option qui semble acquise et n’attend que la tenue du congrès pour être entérinée. A en croire Grégoire Owona, les réajustements opérés par la note du secrétaire général du Rdpc le 8 septembre dernier participent de cette logique d’élargissement et d’intégration de nouvelles ressources dans les sphères de décision du Rdpc. Selon Grégoire Owona, «tout le monde sait bien que seuls les délégués statutaires, les invités et les observateurs éventuels pourront accéder dans la salle du congrès.» Question de préciser selon le secrétaire général adjoint du Rdpc que l’intégration de nouvelles personnes dans l’organisation du congrès «traduis aussi la grande confiance que la hiérarchie du parti honore les personnalités ainsi sélectionnées.» Des personnalités qui, précise Grégoire Owona «se dévouent très  bien pour la réussite de l’évènement.»
 
Elargir les instances dirigeantes
 
En outre, des sources proches de la coordination du Rdpc dans le Wouri précisent que les choix admis pour la tenue du prochain congrès de ce parti sont conséquent de la prochaine élection présidentielle. Selon ces sources «il est impensable que la hiérarchie du parti prennent le risque de désavouer certains caciques au moment où la prochaine présidentielle pointe à l’horizon.» Outre le risque de voir l’éternel combat entre conservateurs et modernistes du parti prendre de l’ampleur, l’une de nos sources proches du bureau national des jeunes du Rdpc laisse entendre que «la logique de la hiérarchie du parti est de mettre en musique de nouvelles ressources humaines tout en préservant les acquis dont dispose le parti à l’heure actuelle.»
 
La tenue du troisième congrès ordinaire du Rdpc intervient au moment où le débat relatif à l’alternance à la tête de l’Etat et la question de la survie du Rdpc en cas de vacances de son actuel chef de file pourrait intervenir. Un scénario qui selon des sources proches du Rdpc même, serait préjudiciables à sa cohésion. D’autant qu’elle mettrait en opposition des courants qui se combattent sans relâche. Une perspective qui ne semble pas craint par certains cadres politiques du Rdpc.

Au sujet de la succession de Paul Biya à la tête de l’Etat, le secrétaire général adjoint du Rdpc, comme beaucoup de ses camarades pensent que c’est une possibilité. Toutefois, pour des raisons diverses, d’aucuns remettent son évocation au futur. Plus explicite, Grégoire Owona laisse entendre que, «j’ai l’intuition que cette question n’est pas encore à l’ordre du jour au Rdpc.»  Au sujet de l’élection du président national du Rdpc à l’ordre du jour lors de ce congrès, Grégoire Owona pense que «on pourrait avoir droit, et je le souhaite comme de nombreux délégués, à une réélection.»
 
Animations. Comme au temps du parti unique ?

Il n’y avait qu’à suivre les médias d’Etat traiter l’information sur les préparatifs du 3è congrès ordinaire du Rassemblement démocratique du peuple camerounais qui s’ouvre ce matin au Palais des congrès de Yaoundé, pour en être édifié. La plupart des éditorialistes sont sortis de la neutralité exigée par la profession de journaliste, dans les analyses fortement partisanes, sur les enjeux de ce congrès. Le ministre Jacques Fame Ndongo, secrétaire national à la communication a ainsi été reçu comme « invité permanent » tout au long du journal de 13h du poste national de la Crtv.

A chaque fois on a senti comme une espèce d’embarras du présentateur du dit journal qui  semblait sentir comme une influence du sommet de l’Etat et de l’appareil politique dominant par la présence de cet invité qui imposait par sa présence les réminiscences d’une époque semblable à l’époque stalinienne. On peut donc penser ainsi, que le parti au pouvoir au Cameroun, pour cause de son congrès, semble avoir pris possession de tout l’appareil administratif de l’Etat en commençant notamment par ses organes de communication. « Il faut savoir que, par le simple fait que le congrès du parti entraîne la présence effective du président national, qui est aussi président de la République et chef de l’Etat, le congrès devient ainsi forcément une affaire d’Etat », a indiqué hier avec un sourire ambiguë un politologue proche du Rdpc.

En tout cas sur le site qui va accueillir les travaux de ce 3è congrès ordinaire du Rdpc, on a sorti l’artillerie lourde (il est vrai en dernière minute) pour remettre à neuf le Palais des congrès. Il y a quelques semaines encore, cet établissement public dont les alentours sont actuellement en chantier pour cause de préparation du salon de l’entreprise Promote, était dans un état de délabrement assez inquiétant. Les membres d’une institution de la société civile internationale, qui y tenaient  un atelier il y a quelques jours, se plaignaient en effet que non seulement la plupart des toilettes de ce grand bâtiment installé sur la colline de Nkol Nyada, n’étaient pas vraiment fonctionnels, mais aussi que le traitement professionnel à eux réservés par des personnels était lamentable.

Il a fallu que « la raison d’Etat », pour cause de congrès du Rdpc soit mise en avant, et que surtout, la présence de Paul Biya soit annoncée et confirmée, pour que la direction générale se mobilise rapidement, afin de faire du Palais des congrès un lieu presque flambant neuf, comme est venu se rendre compte, mardi dernier, une importante délégation du Cabinet civil de la présidence de la République.

Quid de la « Nouvelle dynamique » ?

Mais la mobilisation pour ce 3è congrès du Rdpc ne s’arrête pas seulement sur le site. Elle a atteint, comme nous l’indiquions plus haut, toutes les sphères de la haute administration. Tenez par exemple, on peut aisément imaginer que pendant ces deux jours que dureront les travaux de ce congrès du parti au pouvoir à Yaoundé, la plupart des services publics installés dans la capitale camerounaise risquent bien tous de rester fermés. Il n’est en effet plus de doute que, la grande majorité des membres du gouvernement de la République et assimilés, sont tous militants ou sympathisants du « Parti des flammes ».

Le programme qui a été longuement annoncé par les médias d’Etat les impose aux premiers rangs. Il en est de même de tous les directeurs généraux des sociétés d’Etat. Surtout, que personne parmi eux n’ait la témérité de s’inscrire aux abonnés absents. Le risque est ainsi trop grand. Comme eux aussi, presque tous les directeurs de l’administration centrale et assimilée qui se présentent de fait comme des militants du Rdpc ne seront vraisemblablement  pas à leurs postes de travail. Il en est de même de toutes les autorités administratives et  sécuritaires de la capitale, et même du pays, qui auront toutes, les cœurs tournés vers la  colline de Nkol Nyada. « Nous attendons près de 30 000 militants au Palais des congrès et dans les alentours. Il nous faut donc structurer une mobilisation à la dimension de l’évènement », a expliqué hier un haut cadre du comité central du Rdpc. La mobilisation sanitaire touche aussi, selon une indication d’une source proche de l’organisation de ce 3è congrès du Rdpc, tous les hôpitaux de la capitale. « Tous les médecins de Yaoundé ont été mobilisés », a-t-on entendu dire sur les antennes de la Crtv radio hier. L’axe présidentiel, et les alentours du Palais des congrès, seront interdits à la circulation. Et il vaut mieux surtout, si vous n’êtes pas militants du « Parti des flammes » ne pas s’y aventurer, tout le monde connaît le degré de nervosité et de violence des éléments de la sécurité et de la garde présidentielle à chaque sortie du locataire d’Etoudi...

Dans le déroulement du congrès maintenant, il ne faut surtout pas s’attendre à des innovations particulières. Ce sera comme autrefois, au temps du parti unique. Paul Biya et son épouse seront accueillis dans la ferveur militante. Youyous, et autres chansons à la gloire du couple présidentiel rivaliseront d’ardeur. Une fois à l’intérieur, le discours de politique générale du président national du Rdpc risque de tenir lieu de discours inaugural de sa campagne électorale. Puis, il sera réélu par acclamation. Avant que ne soient dévoilés les noms des nouveaux membres du comité central et du bureau politique.

Au final, au soir du 16 septembre, lorsque va s’achever ce 3è congrès du Rdpc, il sera bien difficile de savoir si le « Parti des flammes » aura effectivement engagé une…nouvelle dynamique. 

Jean François CHANNON

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE