18/09/2011 06:17:33
Les outils de résistance de la jeunesse Africaine
Y allant chacun de ses capacités, de ses compétences et de ses convictions, la jeunesse africaine développe actuellement divers moyens de résistance au néo-colonialisme confirmé par les récentes agressions que subissent les pays Africains.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Depuis les indépendances des pays africains dans les années 60, les jeunes générations d’Africains entendent incrédules, comme des fables ou des légendes, les histoires sécrètes qui jalonnent les relations de leurs pays respectifs avec la France : Guerres sécrètes, crimes économiques, assassinats politiques, fabrication et protection des dictateurs locaux, coups d’états, etc. Ces derniers temps, la France de Nicolas Sarkozy a décidé de passer des méthodes secrètes aux ultimatums et autres frappes ouvertes, publiques et désinvoltes. Les évènements récents en Côte d’Ivoire et en Libye, les confessions de certaines barbouzes françaises, les confirmations de quelques responsables africains, etc. ont fini par transformer ces légendes supposées en réalités affligeantes pour les fils et filles d’Afrique.

Cependant, les médias occidentaux d’audience mondiale ont décidé d’ignorer les cris d’agonies et autres appels à l’aide des Africains. Ainsi, comme au temps de l’holocauste juif, plusieurs de nos contemporains occidentaux diront comme le peuple allemand devant le jugement de l’histoire :« Nous n’avons jamais rien su de ce qui se passait! » Reconnaissons toutefois que certains français refusent de se faire complices de ces crimes contre l’humanité perpétrés en Afrique ces temps derniers. C’est le cas par exemple du docteur Stéphane GAYET qui, dans une vidéo disponible sur sa page Facebook, fait un exposé très schématique des relations qu'entretient le peuple français avec les pays d'Afrique sub-saharienne. Cette vidéo plaide pour un verdict accordant des circonstances atténuantes au peuple français et éclaire un tout petit peu notre lanterne sur l’attitude du peuple français face aux cris de souffrance des Africains suite aux coups que leur inflige le gouvernement français (https://www.facebook.com/video/video.php?v=1815172033945).


Le fait est que les secrets de la FrançAfrique qui continuent progressivement à être rendus publics tombent sur les plus incrédules des jeunes Africains comme des coups de massue. Ils en ont le cœur gros et désirent absolument le faire savoir. Ils en veulent à la FrançAfrique, à leur dirigeants actuels et la France. Ils en ont honte à la place de leurs dirigeants et des dirigeants français. Et plusieurs jeunes africains ont décidé de passer de l’observation médusée du train de l’histoire à l’action.

Les moyens de la résistance

Y allant chacun de ses capacités, de ses compétences et de ses convictions, la jeunesse africaine développe actuellement divers moyens de résistance au néo-colonialisme confirmé par les récentes agressions que subissent les pays Africains. Sans prétendre à l’uniformité ou à l’unanimité, plusieurs de ces outils foisonnent sur internet et sauront certainement être utiles le moment venu. Nous voulons ici présenter d’une manière non-exhaustive quelques-uns de ces moyens de résistance.

Publications engagées : Le ton critique et incisif des intellectuels africains dans leurs publications et autres articles est monté de quelques crans. Leurs publications sont plus que engagées, de quelque bord que soient leurs auteurs. Tous les chats ne sont plus gris dans la nuit du néo-colonialisme et de la FrançAfrique. Les coupables présumés sont interpellés sans ménagement. Les noms sont cités. Les faits sont dénoncés. Les preuves sont exposées. Des ébauches de solutions aux problèmes de l’Afrique sont émises. La jeunesse africaine prend part au débat et espère se faire entendre.

Facebook, Twitter et Youtube : Les médias Facebook, Twitter et Youtube servent de défouloir à plusieurs jeunes africains. Ils se sont appropriés ces outils et publient à longueur de journée des informations qui soutiennent très souvent leur point de vue sur les conflits en cours en Afrique et dans le monde. Avec ces conflits, ces médias ont connu un essor sans précédent en Afrique. Par eux, les africains semblent vouloir plaquer à la face du monde toutes les informations que les grands médias occidentaux ont décidé de passer sous silence.

Manifestations panafricaines : Infatigablement, les Africains résidents en France et ailleurs dans le monde crient leur colère contre la France au travers de diverses manifestations publiques et grandioses qui ne sont jamais mentionnées dans les médias français. Mieux, ces manifestations sont souvent violemment réprimées par la police française. Une de ces manifestions originale a été baptisée « Kodjo Rouge » : une séance de malédiction de la France prononcée par des femmes africaines portant sur du linge blanc un bandeau rouge entre les jambes, symboles de couches féminines en période de menstrues dont la vue par un intrus dans plusieurs traditions africaines est cause de malédiction.

AbidjanTalker-Radio :
AbidjanTalker-Radio est une radio de débats ouverte aux résistants au néo-colonialisme sur www.skype.com. Elle entend servir de plate-forme panafricaine de la résistance. A l’heure des grands bouleversements que connaissent les pays africains, les Africains sont invités à en faire usage pour débattre, proposer et échanger sur divers sujets sociaux, d’histoire ou d’actualité contemporains. Qui dit débat, dit participants au débat. AbidjanTalker-Radio n’émet donc en direct que si des personnes, sous la coordination d’un modérateur qui aura au préalable ouvert la Radio, s’entendent pour participer au débat autour d’un sujet du jour. La Radio n’est donc pas constamment ouverte, faute de participants au débat. Cependant, tous les débats anciens sont enregistrés et peuvent continuellement être écoutés en différé.

1. Pour pouvoir participer aux débats sur AbidjanTalker-Radio, il faut en faire la demande sur Skype en demandant à être inscrits dans la liste des contacts du profile Skype AbidjanTalker. Si un administrateur de la Radio accepte votre inscription, alors à la prochaine ouverture de la Radio, vous serez automatiquement invité au débat. Mais si vous trouvez que la Radio est déjà ouverte sur Skype, alors vous pouvez vous joindre au débat en Rejoignant la Radio (Conférence).

2. Pour simplement écouter les débats sur AbidjanTalker-Radio sans y participer, il suffit de se connecter sur le site http://www.abidjantalk.com/radioabid.php?dbit=high. Le fait de se créer un compte sur ce site permet aussi d’y publier des commentaires.

3. AbidjanTalker-Radio a un forum Facebook sur le lien https://www.facebook.com/#!/pages/ABIDJAN-TALK-RADIO. En devenant un ami de cette page, vous pourrez continuer les débats ouverts ou en initier de nouveaux.

4. AbidjanTalker-Radio a aussi un forum de débats sur le site http://www.abidjantalk.com/. En vous connectant à ce Forum, vous pourrez participer à divers débats ou en initier de nouveaux.

Cameroun-2011

A la veille de l’élection présidentielle prévue au Cameroun en octobre 2011, invitation est par la présente lancée au peuple Camerounais pour se servir d’AbidjanTalker-Radio pour débattre en direct, sans censure aucune et partager des informations sur la situation avant, pendant et après les élections présidentielles du 9 octobre 2011 au Cameroun. Pour ce faire, il suffit de disposer d’un ordinateur ou d’un téléphone intelligent, d’une connexion internet et d’un compte sur www.skype.com. Une publication est faite à ce sujet sur le Forum Facebook d’AbidjanTalker-Radio.

Afin de vous assurer d’être invité aux débats spécifiques concernant le Cameroun sur cette Radio sur internet, après avoir obtenu votre adhésion par un administrateur à la liste des contacts Skype du profile AbidjanTalker, vous devez porter votre inscription à notre connaissance par Facebook au compte https://www.facebook.com/GuyOlinga ou alors ajoutez simplement votre compte Skype en commentaire de la publication correspondante sur le Forum Facebook de la Radio, manifestant ainsi votre intérêt pour les débats propres au Cameroun. Le texte de votre communication peut être le suivant : « Bonjour! Je suis intéressé(e) par les débats au sujet du Cameroun sur AbidjanTalker-Radio. Je suis déjà membre de la liste des contacts Skype du profile AbidjanTalker. Mon profile Skype est xxxxxxxxx. Merci et à bientôt. »

Vous avez le droit de garder votre anonymat dans ce processus. AbidjanTalker-Radio donne de la voix aux résistants africains qui n’ont pas de voix. C’est l’occasion de contribuer au débat et de vider votre sac. Votre serviteur se dispose volontiers à y jouer les modérateurs des débats au sujet du Cameroun et des élections présidentielles du 9 octobre 2011 jusqu’à nouvel ordre. Au plaisir de vous écouter sur AbidjanTalker-Radio.

Rév. Guy François Olinga

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE