20/09/2011 15:12:05
Le Sdf ne veut pas d'un directeur de campagne
Le Sdf ne veut pas d’un directeur de campagne John Fru Ndi, candidat du Social Democratic Front (Sdf) va-t-il se doter d’un directeur de campagne à la présidentielle du 9 octobre 2011 comme ce fut le cas en 1992 ?
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le Sdf ne veut pas d’un directeur de campagne John Fru Ndi, candidat du Social Democratic Front (Sdf) va-t-il se doter d’un directeur de campagne à la présidentielle du 9 octobre 2011 comme ce fut le cas en 1992 ?
 
A cette question de journaliste lors du point de presse sanctionnant la rencontre du comité exécutif national (Nec) dimanche dernier 18 septembre, Evariste Fopoussi Fotso, ministre de la Communication du shadow cabinet du Sdf a récusé cette notion qui relève du passé : « Nous avons nos structures à nous », laisse-t-il entendre. Toutefois, il n’est pas catégorique. « On peut réajuster suivant nos besoins et nos objectifs », relativise-t-il. En fait, la réunion du Nec qui s’est achevée autour de 23 heures dimanche dernier, a essentiellement porté sur les stratégies à adopter pour « remporter la présidentielle de 2011. Et nous y allons pour gagner », se convainc l’ancien député du Koung-Khi. C’est dans la région de l’Extrême-Nord et précisément à Kousseri que le candidat John Fru Ndi du Sdf lancera sa campagne pour la course vers Etoudi, le 25 septembre prochain.

Selon Fopoussi Fotso, plusieurs commissions de campagne ont été mises sur pied et leurs responsables nommés au cours de la rencontre du comité exécutif national de dimanche dernier. Il s’agit respectivement d’une commission de liaison qui sera basée dans la capitale politique Yaoundé, une commission de campagne qui sera autour du chairman John Fru Ndi lors de sa tournée nationale, une commission de communication qui sera basée à Douala et une commission de logistique. Si la lourde responsabilité de la commission de liaison revient à Elisabeth Tamajong, secrétaire générale du Sdf, John Fru Ndi quant à lui, présidera la commission de sa propre campagne bien qu’ « il y aura des gens autour de lui », confie le ministre de la Communication du gouvernement fantôme. A l’en croire, la commission de communication est subdivisée en deux sous-commissions. « Il y aura d’abord une grande sous-commission qui s’occupera des médias publics et des structures de Yaoundé, une autre à Douala qui s’occupera de la communication en général et surtout des médias privés, de l’Internet, etc. ». La commission de logistique revient à Joseph Atekwana, trésorier national adjoint. C’est cette dernière commission qui se chargera de la préparation du budget pour cette présidentielle.

Sur le projet de société qu’offre le Sdf aux Camerounais, Béatrice Annembon Munjo s’est contentée à dire que John Fru Ndi se donne une période transitoire de trois ans pour mettre en place un système véritablement démocratique propice à des élections libres, transparentes et justes au Cameroun pour l’avenir. Puis, il va quitter la scène politique comme Nelson Mandela. Quelle crédibilité accorder à ces propos quand on connaît les circonstances de son investiture à cette présidentielle ? Ne dit-on pas que l’appétit vient en mangeant ?

Le bulletin de campagne du candidat du Sdf a été présenté aux membres du Nec et aux journalistes. De couleur rose, il porte en haut de gauche à droite, en français et en anglais : République du Cameroun- élection présidentielle de 2011. Entre ces mots se trouve un cercle sous fond vert et blanc contenant une balance, armoirie du Sdf. En bas, la photo du chairman, drapé dans sa tenue traditionnelle, le point fermé, levant le bras droit vers le ciel.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE