21/09/2011 02:41:28
Rdpc : des ambitions avortées aux réalisations virtuelles
Pour un mandat indéterminé, Paul Biya s’est accroché à la tête du Rdpc, transportant ainsi la gestion opaque de la République dans les arcanes de son parti, à moins que ce ne soit l’inverse.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Pour un mandat indéterminé, Paul Biya s’est accroché à la tête du Rdpc, transportant ainsi la gestion opaque de la République dans les arcanes de son parti, à moins que ce ne soit l’inverse.
 
Dans son discours de politique générale, il a été on ne peut plus clair : « Les grandes ambitions se transformeront en grandes réalisations »,  peut-on retenir  comme extrait  fort   de son intervention. Bref, une symphonie inachevée sera remplacée par un autre accord qui est la suite de la cacophonie.

S‘agit-il  là d’un aveu d’échec du candidat du Rdpc à la prochaine élection présidentielle ? Avec quelle loupe a-t-on vu les grandes ambitions qui vont maintenant céder la place aux vastes chantiers du Renouveau ? Ce tour de passe-passe n’augure pas d’un septennat inscrit sous le sceau de la nouvelle dynamique susceptible de sortir le Cameroun de la zone de turbulence socio-économique.

On se serait attendu que dans les chantiers promis, l’ancien futur président évoque la mise en place des institutions souvent annoncées, qui font que le Cameroun est assis sur deux constitutions. Il s’agit entre autres de la Cour des Comptes, du Conseil constitutionnel, du Sénat, le tout assorti de consultations régionales devant consacrer la décentralisation etc.

A côté de cette attente inaboutie, la politique du genre tant claironnée à longueur des tribunes ne s’est pas illustrée de manière évidente. Quelques réformettes constatées ont constitué en un élargissement ‘étroit’ et sans panache, au profit de quelques quadras plus ou moins déjà en selle. Les femmes et les jeunes assurément souffriront de cette absence de sollicitude à leur endroit, au moment où la jeunesse crie son désarroi face aux incertitudes du futur. L’on s’attendait à ce que plusieurs jeunes gens entrent au comité central, mais on refait avec les mêmes en élargissant un peu.

Côté grandes réalisations, ce n’est pas les visionnaires de l’impossible qui manqueront, évoquant des barrages hydroélectriques aux infrastructures portuaires, en passant par les routes etc., le Cameroun sera "un immense chantier dès janvier 2012", comme une matérialisation de la vision des "grandes ambitions" qui avait porté la candidature  de Paul Biya en 2004.  Les ambitions avortées vont-elles donner naissances aux réalisations virtuelles ? "Cette vision est en train de devenir une réalité. Toutes les études sont réalisées et nous avons obtenu les financements. Les grandes ambitions d'hier vont devenir des grandes réalisations", a déclaré Biya, en présence de quelque 1 200 délégués du Rdpc.

"A Partir de janvier 2012, le Cameroun sera transformé en un immense chantier", a-t-il précisé, citant les projets de barrages hydroélectriques de Lom Pangar (Est), Memve'ele (Sud), Nachtigal (Centre), Mekin (Sud), Ndokayo (Est), des centrales à gaz de Kribi (Sud) et à fuel lourd de Yassa (Littoral), le yard pétrolier de Limbé (Sud-Ouest), et les ports en eau profonde de Kribi et de Limbé.

Quid du cinquantenaire de la Réunification du Cameroun annoncé ? De toute évidence, ce qui préoccupe Paul Biya, en ce moment, est la crédibilisation de son élection. Mais après ? Une patate chaude le guette au sortir de cette élection et au cours de ce septennat : l’axe nord-sud mis en lumière par le tribalisme d’Etat. Cette affaire ne fait que commencer. Mais elle suscite des réactions de défense au sein de cet axe qui n’augure rien de bon. Vivement que le président, dans un sursaut nationaliste, mette le hola aux velléités régionalistes qui commencent à se faire jour, et qui trouve un terreau fertile dans l’inertie de la politique du Renouveau, ou la navigation se fait par à coups.

Edouard Kinguè

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE