22/09/2011 02:40:55
Controverse. La candidature de Paul Biya toujours contestée
Même si cela continue d’alimenter les conversations de couloir, et bien que déjà ouvertement dénoncé à maintes reprises, l’opposition ne relâche pas d’ardeur dans cette logique et dénie toujours la candidature de Paul Biya.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Même si cela continue d’alimenter les conversations de couloir, et bien que déjà ouvertement dénoncé à maintes reprises, l’opposition ne relâche pas d’ardeur dans cette logique et dénie toujours la candidature de Paul Biya.

Le Mouvement démocratique de conscience nationale (Modecna), par la voie de son président national Bruno Deffo, s’est quelque peu mis au devant de la scène politique ce 20 septembre 2011. Ayant en effet depuis un moment entamé des démarches judiciaires en vue de la modification de la Constitution pour y insérer le mode de scrutin d’élection à deux tours, et par la suite la déclaration par la Cour constitutionnelle de l’irrecevabilité de la candidature de Paul Biya à l’élection présidentielle, il sera enfin reçu ce mercredi 21 septembre 2011, et sa requête également, pour être étudiée. « Ce n’est que ce matin que j’ai été reçu à la Cour suprême et qu’ils ont enfin apposé leurs cachets sur ma requête », précise-t-il. En décembre 2010, le Mocdena a lancé ce qu’ils ont appelé l’opération « arc en ciel », qui visait à enregistrer 01 million de signatures de la population en faveur des élections à deux tours au Cameroun. Le 24 août 2011, lors du forum organisé par le même parti pour remercier tous les signataires, ils ont comptabilisés 01 million 250 mille signatures, « bien au-delà de l’objectif qu’on s’était fixé », explique le président.

Malgré cela, la Cour constitutionnelle et le président de la République lui-même n’a pas voulu introduire de requête à ce sujet, et le Mocdena aurait alors trouvé une stratégie pour atteindre leur but : attaquer le caractère légal de la candidature du président national du Rdpc. Ils se basent sur le fait que, lors de la modification des textes en 2008 par le président de la République via l’Assemblée nationale, ils n’y ont nullement abrogé les dispositions relatives au nombre limite des mandats par individus, et donc, le président de la République étant élu pour un mandat de 7 ans et rééligible, ne saurait s’appliquer à la personne de monsieur Paul Biya, alors président exerçant dans son second mandat et dernier septennat.

De ce fait, et ayant présenté une requête sur l’inconstitutionnalité de la candidature de Paul Biya à l’attention de la cours constitutionnelle qui a été préalablement validée et transmise par Elecam, demande à cette dernière de déclarer irrecevable cette candidature. Et de compléter « quitte à ce qu’un autre membre du rassemblement démocratique du peuple camerounais se présente à cette présidentielle, car Paul Biya à lui-même été piégé par ses décisions ».

Florette MANEDONG

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE