23/09/2011 03:33:08
Pris en flagrant délit d'ingérence au Cameroun
Soupçonné d’ingérence au Cameroun. L’ambassadeur des Etats-Unis sera-t-il convoqué au Minrex ?
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Soupçonné d’ingérence au Cameroun. L’ambassadeur des Etats-Unis sera-t-il convoqué au Minrex ?

Le pouvoir de Yaoundé reprocherait à Robert P. Jackson non seulement une ingérence dans les affaires intérieures du Cameroun, mais aussi son jeu assez trouble visant à déstabiliser le Cameroun pendant la période post électorale
 
Mardi 20 septembre 2011, le chef de l’Etat a quitté Yaoundé pour  Mvomeka’a.  Alors que dans les coulisses certains annonçaient un voyage présidentiel pour Paris en France où, semble –t-il, était prévue une rencontre avec le président Nicolas Sarkozy, ceci avant l’étape de New York où le chef de l’Etat devait prendre part à l’Assemblée générale des Nations unies qui est en train de s’achever, Paul Biya a préféré un petit séjour dans son village avant le début de la campagne électorale de l’élection présidentielle du 9 octobre 2011 dont il est candidat. La veille de son voyage pour Mvomeka’a, le chef de l’Etat avait reçu en audience  au Palais de l’Unité l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun.  La rencontre avec Robert P. Jackson avait duré près d’une heure.

Selon les médias d’Etat qui, comme d’habitude, avaient eu l’exclusivité de la couverture de cette audience présidentielle, les deux hommes auraient parlé entre autres de la coopération entre le Cameroun et les Etats-Unis, notamment dans le domaine de nouveaux investissements américains au Cameroun, de la collaboration entre les deux pays dans le secteur de la santé. Paul Biya et son hôte auraient aussi parlé de la situation en Libye avec notamment la reconnaissance par les Nations-unies du Conseil national de transition (Cnt). Nul doute que le diplomate américain aurait conseillé au président camerounais, s’il voudrait avoir la faveur des dirigeants occidentaux qui font la guerre en Libye en ce moment, de se démarquer très vite des chefs d’Etat qui ne veulent pas (pour l’instant) reconnaître le Cnt.

Les médias d’Etat camerounais ont indiqué que l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun aurait félicité (chaleureusement)  Paul Biya  non seulement pour la tenue du 3è congrès ordinaire du Rassemblement démocratique du peuple Camerounais (Rdpc) parti au pouvoir au Cameroun, mais aussi pour sa réélection comme président national du « parti des flammes ». Une telle information avait de quoi remettre du baume dans les cœurs des partisans du président Biya en général et surtout des hiérarques du système en place au Cameroun, qui se posent depuis quelques mois des questions sur l’attitude des autorités américaines vis-à-vis du chef de l’Etat camerounais.
 
Versatilité

Ces derniers mois en tout cas, les relations entres les autorités américaines et celles du Cameroun n’étaient que rarement  chaleureuses. On se souvient qu’en visite à Addis-Abeba au siège de l’Union africaine, il y a quelques mois de cela, Hillary Clinton, la secrétaire d’Etat américaine, avait condamné les chefs d’Etat qui s’éternisent au pouvoir. Elle avait même fait un casting des chefs d’Etat qui ont une longévité qualifiée d’anormale par l’administration américaine actuelle. Paul Biya en faisait évidement parti. Lors de la célébration de la fête nationale du Cameroun, Hillary Clinton avait poussé le bouchon plus loin, en félicitant non pas la plus haute autorité camerounaise, mais plutôt le peuple camerounais. Et plus tard, lorsque le président américain Barack Obama a invité à la Maison Blanche les chefs d’Etat africains considérés comme les plus démocrates de l’heure, Paul Biya avait royalement été ignoré.

Le président américain semblait clairement reprocher, en coulisses, à Paul Biya sa trop grande longévité à la tête du Cameroun. On a alors pensé que face à l’élection présidentielle annoncée cette année au Cameroun et surtout la candidature de Paul Biya, au pouvoir depuis 29 ans, fermement réclamée par ses partisans, l’actuel chef de l’Etat était dans l’œil du cyclone de Barack Obama qui a pris l’habitude de stigmatiser les chefs d’Etat qui « s’éternisent au pouvoir par la violence et la corruption ». En tout cas, la visite de Robert P. Jackson et surtout les propos tenus sur le perron du Palais de l’unité, étaient assez rassurants pour les hiérarques du régime et avaient provoqué quelque enthousiasme au sein du sérail politique camerounais.
 
Crainte de déstabilisation

Seulement, les autorités camerounaises vont apprendre par le biais des services de sécurité que le 19 septembre dernier, avant d’aller rencontrer à sa demande, Paul Biya au Palais de l’Unité, Robert P. Jackson a fait accueillir dans la salle de conférence de l’ambassade des Etats-Unis à Yaoundé, la 11è réunion du Forum de la société civile camerounaise pour la démocratie. Selon le programme, il a ouvert ladite réunion avant d’aller féliciter Paul Biya pour sa réélection à la tête du Rdpc. Pour les autorités de Yaoundé, il s’agit là d’une attitude suspecte. « On se pose bien des questions sur le jeu que veut jouer l’ambassadeur des Etats-Unis à Yaoundé. Peut-on accepter aux Usa d’Amérique que les problèmes politiques internes à ce pays, soient discutés par des acteurs politiques à l’intérieur de l’ambassade du Cameroun à Washington DC ? C’est ce qui s’est passé lors de cette réunion du forum de la société civile camerounaise pour la démocratie. On appelle cela en langage diplomatique une ingérence manifeste dans les affaires intérieures du Cameroun ? »

Au cours de la 11è réunion du Forum de la société civile pour la démocratie qui s’est tenue à l’Ambassade des Etats-Unis à Yaoundé, et dont Victor Epie Ngome était le modérateur, les participants ont discuté des sujets relatifs à l’accréditation des observateurs d’élection, de la société civile, de la menace du ministre Tchiroma sur les médias, de la situation d’Elecam et de sa base de données sur l’élection présidentielle. Tout comme ils ont abordé des sujets sur les dernières informations sur l’affrontement entre Tranparency international et le ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation entre autres.

Pour les tenants du pouvoir au Cameroun, l’ambassade des Etats-Unis à Yaoundé « a mis en procès au sein de son ambassade le gouvernement camerounais ». Un diplomate du Minrex commente de manière plus véhémente encore : « Il n’est un secret pour personne que ce Forum de la société civile pour la démocratie mène une activité politique intense. On y trouve par exemple le porte parole de l’Offre Orange qui n’est pas partie prenante du processus électoral actuel, mais qui a promis de mettre en place un certain « plan Ninja » au lendemain de l’élection présidentielle pour libérer le Cameroun. Logiquement on ne peut pas accepter qu’une telle activité politique se déroule au sein d’une ambassade d’un pays ami. Ce n’est pas acceptable».

A l’Ambassade des Etats-Unis à Yaoundé, aucun responsable n’a voulu réagir officiellement sur ce sujet. Mais sous anonymat, une source proche de cette ambassade nous a répondu que « les Etats-Unis sont pour la transparence électorale. Ils encouragent les autorités camerounaises et toutes les parties à aller vers cette voie. Nous facilitons aussi le dialogue entre les tenants du pouvoir et l’opposition. Par le passé, nous avons déjà accueilli ce genre de rencontres ici à l’ambassade sans que cela ne fasse problème ».

Des sources proches du ministère camerounais des Relations extérieures indiquent que dans les prochains jours, si ce n’est des heures, l’ambassadeur des Etats-Unis à Yaoundé risque d’y être convoqué pour que lui soit signifiée la désapprobation du Cameroun sur son attitude en cette période électorale. Côté société civile, le porte-parole de l’Offre Orange interrogé par nos confrères de Mutations a préféré parler « d’une simple réunion de stratégie qui s’est tenue à l’ambassade des Etats-Unis ». Au final, on peut dire qu’entre le Cameroun et les Etats-Unis, ça risque d’être bien chaud pendant cette période électorale.

Jean François CHANNON

NB: la tiraille est de la rédaction de cameroonvoice

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE