27/09/2011 19:01:27
Kadhafi à son peuple: je me bats à vos côtés et j'y mourrai en martyr !
Le Colonel Mouammar Kadhafi a affirmé, dans un discours retransmis à la radio à Bani Walid, à 170 km au sud de Tripoli qu'il était toujours sur le sol libyen et attendait d'y mourir en martyr dans la lutte contre "l'Occident et ses agents médiocres".
Ria Novosti / TeleSUR / Cameroonvoice
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le Colonel Mouammar Kadhafi a affirmé, dans un discours retransmis à la radio à Bani Walid, à 170 km au sud de Tripoli qu'il était toujours sur le sol libyen et attendait d'y mourir en martyr dans la lutte contre "l'Occident et ses agents médiocres". Les mots du leader nord-africains coïncident avec l'entrée des rebelles dans sa ville natale, Syrte, avec l'aide de la coalition internationale. 

S'adressant à ses partisans combattant les insurgés libyens dans les villes de Bani Walid et de Syrte, l'ancien Guide a indiqué qu'il était avec eux sur les champs de bataille et non au Venezuela ou au Niger, comme le prétendent ses ennemis.

Il a menacé les "agents libyens de l'Occident" d'une riposte inattendue du peuple. La Libye deviendra un enfer pour l'Occident et ses agents insignifiants", a martelé le colonel. Il a une nouvelle fois accusé l'Occident d'avoir attaqué la Libye pour s'accaparer de son pétrole.

Kadhafi a parlé à ses disciples Warfala, la plus grande tribu en Libye, qui a rejoint la résistance et la lutte contre les rebelles semaines. 

"Grâce à votre djihad, vous rééditez les actes de vos ancêtres. Sachez que je suis sur le terrain comme vous", a déclaré Kadhafi, qui est toujours portées disparues. 

Les rebelles du Conseil national de transition (CNT) à l'aide OTAN ont fait mardi des progrès à l'intérieur de Syrte, où selon les insurgés il y a eu des affrontements avec les loyalistes de Kadhafi qui sont restés dans la résistance. 

"Ils se sont battus dans la nuit et maintenant ils ont le contrôle du port de cette ville sur la côte méditerranéenne", a déclaré le commandant de la brigade de Zanten, ben Mustafa Dardef, fidèle à la CNT. 

Les combats ont eu lieu lundi, quand les rebelles ont attaqué le nord du pays après avoir continuer à faire des progrès ailleurs. Des sources locales notent que l'OTAN a bombardé les différentes parties de Syrte du centre où réside un grand nombre de civils. 

Résistez jusqu'à la mort 

Plusieurs habitants des zones bombardées par l'OTAN ont donné leurs témoignages sur la situation critique qu'ils subissent à cause de l'invasion aérienne et l'avancée des forces rebelles du CNT. 

"Pas de nourriture, aucun médicament, et tous les soirs pendant cinq ou six heures, l'OTAN bombarde des bâtiments de toutes sortes", explique Sami Abdurrahman, à partir de la route en direction de Syrte, à deux heures la capitale libyenne, Tripoli . 

"Ils ont tué des centaines de femmes et d'enfants comme des animaux", a t-il déclaré à partir d'un centre de réfugiés. 

Pendant ce temps, d'autres déplacés sont dans ces abris temporaires alors que la plupart des bâtiments importants ont été bombardés par des avions de l'OTAN. 

"Les gens vont se battre jusqu'à la mort", dit un réfugié, ajoutant qu'il y a un hôpital ouvert à Syrte, mais sans médicaments. La population libyenne affectée a rapporté que les forces rebelles et de l'Ouest sont responsables de la souffrance de la population où il n'y a pas de médicaments alors que les hôpitaux ont été bombardés. 

Des milliers d'habitants ont à vivre avec un approvisionnement alimentaire limité, sans eau potable ni carburant, en plus d'être exposés aux bombardements des Occidentaux. 

Le week-end, l'Alliance a attaqué le sol libyen avec 367 sorties et 132 attaques contre Syrte, selon les déclarations de la même organisation.

 

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE