28/09/2011 03:51:37
A cause du RDPC, James Onobiono échappe à la mort
James Onobiono était en train de courir pour rattraper la réunion des contributeurs financiers et des militants et élites du Mfoundi qui se tenait à l’Hôtel de ville de Yaoundé. L’ancien PDG de la Sitabac a dû dire à son chauffeur de rouler à tombeau ouvert pour ne pas manquer la réunion.
Camerpress
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L’homme d’affaires camerounais a failli passer de vie à trépas dans un accident de la circulation le lundi 26 septembre non loin de Bokito, son village natal, où il mène des activités champêtres. Il avait pris la route avec son chauffeur pour Yaoundé, alors qu’il avait plu abondamment. Chemin faisant, sur une chaussée glissante, sa Mercédès 4x4 ML "dernier cri" s’est enroulée plusieurs fois dans la boue avec ses occupants avant de reprendre la route pour la capitale politique qui accueille le lancement de la campagne électorale du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) ce mardi 27 septembre.

James Onobiono était en train de courir pour rattraper la réunion des contributeurs financiers et des militants et élites du Mfoundi qui se tenait à l’Hôtel de ville de Yaoundé. L’ancien PDG de la Sitabac a dû dire à son chauffeur de rouler à tombeau ouvert pour ne pas manquer la réunion. La peur de se voir accuser de manquer de loyalisme envers le chef et président national d’Etoudi? A leur arrivée à la communauté urbaine de Yaoundé autour de 17h30, Onobiono et son chauffeur étaient tous les deux couverts de boue et avaient l’esprit ailleurs, certainement là où ils ont failli finir une campagne qui n'avait pas encore commencé.

James Onobiono a tout de même réussi à remettre son chèque au président du CODI du Mfoundi, le trésorier du comité central du RDPC et chef de la campagne du parti au pouvoir dans le Centre, Gilbert Tsimi Evouna. Les autres militants, élites, ministres du Mfoundi ont aussi déposé leurs contributions au cours de cette dernière réunion des contributions. A titre de rappel, la Merco 4x4 qui a failli tuer l’homme d’affaires de Bokito coûte au prix de la maison 115 millions de nos francs. Elle est arrivée à Yaoundé en ronflant comme une épave de transport clandestin.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE