28/09/2011 14:53:35
Mila Assoute: Je ne dois aucun centime
Affaire Mila Assoute. Le président du Rdmc récuse les accusations qui lui ont valu la saisie de la caution qu’il a versée pour présenter sa candidature à la présidentielle.
Mutations
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Affaire Mila Assoute. Le président du Rdmc récuse les accusations qui lui ont valu la saisie de la caution qu’il a versée pour présenter sa candidature à la présidentielle.
 
Mila Assouté n'a pas attendu 48 heures pour réagir à la décision de maître Biwolé Jean René, huissier de justice à la 15ème charge près de la cour d'appel du Centre et les tribunaux de Yaoundé de saisir sa caution de 5 millions déposée dans le cadre de l'élection du 9 octobre prochain.

Dans une réaction parvenue à notre rédaction, il parle d'une « confiscation arbitraire » de sa caution. Souligne que « le régime de Yaoundé est véritablement aux abois et expose aux yeux du monde son acharnement injustifié contre sa personne ». Sans toutefois remettre en cause la somme de 49 millions de dommages et intérêts qu'il devrait verser à l'État du Cameroun, le président du Rassemblement démocratique des modernistes camerounais (Rdmc) entre dans les détails de l'affaire Camair et met en cause de nombreuses personnalités de la république encore en fonction.
 
Dans sa tentative d'éclaircir l'opinion, Mila Assouté indique : « Ma société Att (Sarl advanced technics trust limited) avait découvert un détournement de 70 millions par la Saa (South African Airways) et des complices encore en poste au gouvernement de Yaoundé, notamment Marafa Hamidou Yaya, Issa Tchiroma, et consort ». D'après lui, « L’Etat avait conclu une Convention avec Att qui avait découvert et dénoncé le détournement pour l’aider à récupérer la somme de 70 millions de dollars que la Saa avait frauduleusement pris à la Camair. Cette intervention d’Att devait se faire devant le tribunal arbitral de Paris moyennant 10% selon les termes de la Convention signée au nom de la présidence de la République par Fouman Akame Jean ».

L'on apprend que « les 70 millions ont été déposés dans un compte à la Sgbc ». Lors de la saisie prononcée par le juge le 12 juillet 2006, « la Sgbc nous apprenait que le compte était clôturé. Ouvert secrètement au nom de l’Etat du Cameroun par Jean Fouman Akame sur ordre de Paul Biya ». Avant de conclure : « Je ne dois aucun centime à l’Etat du Cameroun, ni dans le cadre de cette affaire de dommages et intérêts, pour ma créance toujours exigée qui n’est d’ailleurs pas close au fond devant le juge, ni dans aucune autre affaire ».

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE