02/10/2011 01:59:55
Présidentielle 2011: Lettre ouverte à Monsieur Paul Biya
« Il vous faut choisir maintenant, car les trompettes de l’histoire ont déjà commencé à sonner et, ce ne sera plus pour longtemps... »
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille
...Votre régime autoproclamé et de terreur devra prendra fin le 9 octobre prochain. Je me permets en tant que le fruit d'une génération sacrifiée de vous suggérer un départ en douceur pour vous éviter toutes sortes d’humiliations, car le peuple est déjà mobilisé pour vous mettre hors d’état de nuire.



Monsieur, le président de la république du Cameroun. Citoyen camerounais engagé et patriote, j’ai l’honneur de vous signifier par la présente que nos parents vous ont applaudi en 1982 tout en espérant vivre le changement tant escompté. Nos mêmes parents, décédés pour certains à cause de la misère ambiante, d'autres encore en vie ont soif de voir renaître un autre Cameroun. Leurs progénitures que nous sommes, depuis 29 ans n'avons jamais vu la lumière, le bonheur. De ce fait, votre régime autoproclamé et de terreur devra prendra fin le 9 octobre prochain. Je me permets en tant que le fruit d'une génération sacrifiée de vous suggérer un départ en douceur pour vous éviter toutes sortes d’humiliations, car le peuple est déjà mobilisé pour vous mettre hors d’état de nuire.

A la lumière de toute votre vie de haut fonctionnaire, du premier magistrat, de l'homme lion et d’homme politique souillée  de corruption, règlements de compte, de crimes économiques et sociaux, je peux déjà souligner que votre vie n’est pas glorieuse pour ce que vous avez fait du Cameroun et de son peuple. Malgré les pantomimes de votre pouvoir, votre gestion apparaît la plus chaotique en Afrique et on est loin de se demander si le Cameroun pourra retrouver ses lettres de noblesse, le respect et sa place éminente dans la sphère des nations. Il est inutile de vous rappeler des procès en attente et les rapports accablants de la classe politique et des organismes internationaux sur vos massacres et crimes économiques et sociaux.

Raoul Pokam

Vous êtes l’instigateur principal de tous les maux qui minent le Cameroun. Vous êtes passé maître dans ces domaines. Votre bilan démontre que vous avez complètement détruit le Cameroun. S’il y a des domaines où le monde peut vous reconnaître des qualités, ce sont ceux du pillage et de la démagogie. Pour ne citer que quelques preuves, vous avez été l’instigateur principal de l'opération dite de «Opération Epervier » qui vous a permis d'envoyer en prison tous ceux qui chantaient les mêmes cantiques que vous et qui par la suite sont devenus vos principaux rivaux politiques redoutables. Toute l’opinion nationale et internationale sait que vous êtes la personne qui doit en premier se retrouver en prison.

En tenant compte de nos ressources et potentialités, il m’a parfois semblé que vous souffrez de troubles psychologiques pouvant aller à la schizophrénie ou à la psychopathie paranoïde politique. Par conséquent, soyez rassuré que les Camerounais n’ont pas la mémoire courte, ils savent et sont au courant de tous les coups fourrés montés par vous pour vous imposer malhonnêtement aux postes suprêmes, quand bien même ils sont persuadés que vous êtes arrivé par utopie à laquelle quelques uns avaient fini par croire un peu avec l’espoir d’aspirer à des changements. Aujourd’hui, le contraire démontre que vous n’êtes qu’un monstre sans la moindre humanité

Le Cameroun, pays producteur du pétrole en Afrique, vous en avez fait le pays le plus pauvre et le plus endetté au monde, par tête d’habitant, avec une dette de plus ou moins 7 milliards de dollars. Je vous invite à relire le dernier rapport de la banque mondiale sur l'indice de pauvreté. Il est inutile que je vous rappelle vos détournements des richesses nationales éloquemment évoqués par la presse internationale ainsi que par des Organisations Non Gouvernementales internationales et notamment des associations humanitaires. Le pétrole camerounais est devenu la source de revenu de toute votre famille, une monarchie de gestion, une arme de chantage vous permettant d’arriver à vos fins et de vous sortir des impasses judiciaires. Pour gérer le Cameroun, vous faites recours à des méthodes rétrogrades, notamment la gabegie, le tribalisme et l ‘affairisme. Ces Camerounais qui rêvaient d’un monde meilleur, vivent dans le plus grand dénuement et n’ont plus que leurs larmes pour pleurer. Vous avez gravement bradé et trahi notre pays.

Bien que le pétrole soit devenu une ressource non négligeable, le Cameroun n’est pas moins riche d’autres ressources parce que son sous-sol regorge des gisements énormes, comme la potasse, le phosphate, le zinc, le fer, le cuivre, le plomb, l’or et le diamant. A son abondance en essences inexploitées, l’on ajouterait une richesse fabuleuse de sites naturels qui pourrait dynamiser le tourisme. Le réseau routier qui faisait la fierté de tout un pays et était parmi le plus performant d’Afrique centrale s’apparente aujourd’hui à un mauvais songe dont on oublie à chaque réveil l’épilogue pour les quelques uns que vous avez forcés au départ. Les Camerounais sont conscients et appuient leurs compatriotes qui n’ont pour seule arme de revendication démocratique que les tintamarres des fonds de marmites, légitime moyen de revendication qu’ils ont emprunté d’outre manche. Quelle honte ?

Si le système éducatif est désolant, il n’en est pas moins pour le système sanitaire que vous avez détruit, avec l’absence d’une politique conséquente de soutien à l’éducation, à la santé, à la recherche visant le bien-être de la population en comparaison avec des pays moins nantis que le nôtre. Pour détruire le pays, vous avez fait de la jeunesse camerounaise une jeunesse désabusée, trompée, droguée, tribalisée et criminalisée pour servir vos intérêts partisans. Vous êtes maintenant les ennemis de l’avenir du pays et de cette même jeunesse, car cette jeunesse a fini par comprendre que son avenir ne dépend plus du soutien aveugle aux assassins, mais plutôt de son adhésion à ton départ immédiat.

Vous avez détruit le tissu social et l’Etat Camerounais n’existe plus que de nom depuis votre coup contre le processus démocratique de notre pays. Depuis 1982, date de votre accession au pouvoir, l’histoire de notre pays ne fait que s’assombrir en Afrique et dans le monde. Que de dossiers accablants en matière de droits de l’homme ! Vous avez décapité la démocratie, la justice, la liberté et les droits fondamentaux au Cameroun. Vous avez activé des conflits pour faire asseoir votre pouvoir.

En tant que  président de la république, vous vous êtes plus occupé à préserver votre fauteuil qu’à gouverner. Vous ne gouvernez plus, vous passez la majeure partie de votre temps à vous sécuriser et à vous éviter une "Gbagbotisation" ou une "Kadhafisation".  Votre départ immédiat vous permettra d’éviter le jugement et l’humiliation de l’histoire.  « Un homme averti en vaut deux ».

Monsieur, vous êtes devant un carrefour de l’histoire qui vous conduit sur une seule voie, à savoir celle du départ. 29 ans de gabegie, c'est trop. En ma qualité de Citoyen patriotique et engagé, je vous propose de prendre le courage d’Hercule pour quitter le pouvoir. Partir définitivement le 9 octobre prochain, en refusant d'être sur la liste des candidats à la présidentielle et de retourner cultiver votre plantation d'ananas de Mvomeka'a  abandonnée depuis des années

Je vous signifie que le contexte actuel sur le plan national et international ne vous permet plus de compter sur qui que ce soit, ni même sur votre fameuse armée multinationale, car différents lobbies, les fameuses sectes ne seront plus en mesure de vous soutenir, la donne ayant changé.  Pour terminer, votre sort se trouve entre vos propres mains. Il vous faut choisir maintenant, car les trompettes de l’histoire ont déjà commencé à sonner et, ce ne sera plus pour longtemps car, seul le peuple tranchera.

Raoul POKAM, Citoyen Camerounais

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE