03/10/2011 03:08:44
Evénement. Les Bulus exorcisent les démons de la division à Douala
Lors d’un meeting organisé à Douala, les ressortissants du Dja et Lobo résidants dans la capitale économique ont appelé les acteurs politiques et les acteurs du processus électoral à œuvrer pour le maintien de la paix tout au long du processus électoral au Cameroun.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Lors d’un meeting organisé à Douala, les ressortissants du Dja et Lobo résidants dans la capitale économique ont appelé les acteurs politiques et les acteurs du processus électoral à œuvrer pour le maintien de la paix tout au long du processus électoral au Cameroun.

Le souvenir des émeutes de février 2008 concourre au lancement de la campagne pour « La paix avant, pendant et après les élections au Cameroun.» Le docteur Bernard Bwemba, l’un des intervenants du meeting du 1er octobre dernier de Douala n’en fait d’ailleurs pas mystère. Selon cette source, « Lorsqu’on parle de prévention pour la paix au Cameroun, il ne faut pas perdre de vue les émeutes de février dernier qui ont commencées à Douala avant d’embraser tous le pays.» Un spectre qui selon la même source plane à l’aune de l’élection présidentielle du 9 octobre prochain.

L’initiative de la Dynamique active de rassemblement (Dard) s’inspire aussi des expériences vécues à travers le monde depuis quelques années et pense qu’il y a un début de liberté à préserver au Cameroun. C’est dans cette optique que le mémorandum des hommes et des femmes pour le développement du Dja et Lobo invite «Tous les acteurs politiques et tous ceux qui souhaitent que notre pays reste ce havre de paix en Afrique, apportent leur soutien à l’action du candidat Paul Biya.» Ce faisant, cette association « apolitique » appelle les camerounais «à n’épargner, comme par le passé, aucun effort pour garantir la paix, gage de notre développement et de notre bonheur.»

Toutefois, précise le président de cette organisation, «ce soutien est le témoignage de la confiance que le cercle des hommes et femmes du Dja et Lobo, réunis dans une dynamique active de rassemblement des ressortissants à Douala et ses environs placent sur le candidat Paul Biya, président de la République et gardien suprême de notre paix.» Une conviction détaillée dans le mémorandum signé par le président du Chofedjal, Jean Daniel Ezo’o Ezo’o.

Toute société fonctionne avec des antagonismes qui doivent être gérés.  L’occasion pour cette association de préciser que «la paix c’est l’état de société maintenu à un niveau de violence acceptable.» Toutefois, précise à l’unanimité les différents intervenants de ce meeting «on ne peut pas avoir les gens d’une même tribu au pouvoir tout le temps.» Si la Dynamique estime qu’il faut un peu de justice et de bonheur pour préserver la paix, la conviction pour ses membres est que «lorsqu’on est citoyens d’un pays, on est fondé à aspirer à la fonction présidentielle.» Question à en croire, le Docteur Bernard Bwemba de préciser que «La paix ne se fabrique pas. C’est une main tendue permanente.»

Joseph OLINGA

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE