04/10/2011 17:17:49
Bazzaville: L'ambassadeur du Cameroun fait embastiller un Camerounais
Le péché de la victime ? Avoir désapprouvé que le diplomate préside un meeting en faveur du candidat du Rdpc. Le récit des faits tel que recoupé auprès de confrères congolais...
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le péché de la victime ? Avoir désapprouvé que le diplomate préside un meeting en faveur du candidat du Rdpc. Le récit des faits tel que recoupé auprès de confrères congolais…
 
Bienvenu Tedem Donsop médite actuellement son sort dans les géôles de la Direction générale de la surveillance du territoire (Dgst) de la République populaire du Congo à Brazzaville. Il y a été conduit manu militari dimanche dernier 3 octobre après avoir été séquestré dans les locaux de l’ambassade du Cameroun pendant quelques huit heures de temps, de 11h à 19h. Les ennuis de ce compatriote commencent quelques minutes avant lorsque revenant d’une séance de sport avec d’autres Camerounais, ils tombent sur un meeting organisé en faveur du candidat du Rdpc à la présidentielle du 9 octobre.

A la tête de ce meeting se trouve l’ambassadeur du Cameroun au Congo-Brazza, Komidor Njimoluh. Cette situation ne laisse pas ces Camerounais indifférents et ils le font savoir en désapprouvant la démarche du diplomate qui, dans cette circonstance selon eux, devrait afficher une stricte neutralité. Ces remontrances ne plaisent pas à Komidor Njimoluh. Pas diplomate sur ce coup-là et au lieu de faire profil bas, le concerné, frais émoulu membre du comité central, en prend ombrage et décide de réprimer les importuns. Et fait interpeller par les éléments de la police congolaise préposés à sa sécurité, celui qu’il considère dans le tas comme le leader de la contestation.

C’est ainsi que Bienvenu Tedem Donsop est appréhendé et conduit contre son gré à l’ambassade du Cameroun où il est gardé au frais de 11h à 19h. Solidaires de la dénonciation de l’implication de l’ambassadeur dans le meeting, les autres Camerounais convergent en masse vers la chancellerie camerounaise et exigent la libération immédiate et sans condition de leur ‘frère’. Informé de l’incident camerouno-camerounais, le cabinet du chef de l’Etat congolais, devant l’ampleur que prend la manifestation et craignant une contagion sur la population congolaise, décide d’exfiltrer l’otage.

Mais au lieu de le remettre en liberté, le conduit dans les locaux de la Direction générale de la surveillance du territoire congolaise. Sans doute par devoir de solidarité avec son homologue camerounais, le pouvoir congolais indique officiellement qu’il est hors de question que des Camerounais installent le désordre au Congo. Officieusement, d’aucuns n’hésitent pas à faire un rapprochement avec les événements de jeudi dernier sur le pont sur le Wouri à Douala. Et Sassou Nguesso voudrait de ce fait donner des gages à Paul Biya et lui envoyer un message clair : son pays ne saurait servir de base arrière à ses adversaires politiques. On apprend ainsi que Bienvenu Tedem Donsop ne pourra être libéré qu’après le scrutin du 9 octobre…

Contacté par la presse congolaise pour savoir comment un ambassadeur peut faire arrêter son propre compatriote qu’il a entre autres la charge de protéger, Komidor Njimoluh déploie le parapluie. « Je n’ai pas voulu le faire arrêter. J’ai simplement averti les autorités congolaises qui se sont saisies du problème », aurait-il répondu à un confrère congolais. Interrogé sur la nécessité de garder ce compatriote jusqu’à la fin du scrutin, le diplomate camerounais fait du ponce-pilatisme. « Le problème n’est plus à mon  niveau », s’esquive-t-il.

Cet incident vient jeter le trouble sur le processus électoral au niveau de la diaspora. Et renforcer les craintes de nombreux observateurs qui dénonçaient le parti pris des autorités consulaires en faveur du candidat du parti au pouvoir. Le comportement de Komidor Njimoluh démontre en effet que le processus est vicié. Comment en serait-il autrement si les diplomates en place se mettent à battre campagne pour le président sortant ?

ESSOMBA Franck

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE