06/10/2011 04:49:07
Présidentielles 2011: Les chefs sawa redoutent des violences
Ils invitent les populations à observer un comportement citoyen pendant les périodes pré et post électorales.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Ils invitent les populations à observer un comportement citoyen pendant les périodes pré et post électorales.
 
C’est autour de sa majesté Din Dika Akwa III, président en exercice du Ngondo, que les chefs sawa se sont retrouvés mardi 4 octobre 2011 à Douala. Avec pour objectifs de sensibiliser les populations sur lanécessité de la préservation de la paix, avant, pendant et après la présidentielle du 9 octobre prochain. «Cette rencontre avec les forces vives du département du Wouri n’est que l’aboutissement de toutes les campagnes pour la paix que nous avons organisées ici et là pour que Douala soit et demeure un havre de paix. Nous disons non à la violence. Le Cameroun ne doit pas être à feu et à sang. Tout est mis en place pour que la paix puisse régner à Douala», dit Din Dika Akwa III.

Propos confirmés par les chefs et représentants des chefs des communautés allogènes résidant à Douala qui ont promis de mener des actions de proximité au sein des comités et tontines afin de faire passer le message de la paix. «A qui profite le désordre? A personne, sinon à des gens mal intentionnés qui veulent semer le chaos. Que peut-on faire de positif en temps de guerre ? Même si je ne suis pas totalement d’accord avec les idéaux défendus par le Renouveau national, je suis pour la paix. C’est pourquoi je souscris aux idéaux du Ngondo qui nous demande de tout mettre en branle pour le maintien de la paix. Nous avons signé un pacte social avec toutes les forces vives de la ville. Ce n’est plus par Douala que le désordre passera comme en 2008», témoigne sous anonymat un chef de troisième degré du canton Akwa.

Ce n’est pas la première fois en cette année que le Ngond’a Sawa, l’assemblée traditionnelle du peuple sawa monte au créneau pour « évangéliser » sur la paix et exorciser les démons de la violence et du désordre. On se souvient que samedi 23 juillet 2011, au cours du lancement des activités du Ngondo 2001, le thème «Musango» qui signifie «paix », avait été dévoilé comme devant servir de creuset aux activités de cette année. Justifiant le choix de ce thème par le contexte socio-politique de l’heure lié à la présidentielle, le président du Ngondo avait eu ces propos. «On a connu le maquis, les villes mortes, les émeutes de la faim. Nous ne voulons plus de désordre aussi bien à Douala que dans tout le Cameroun. Rien de grand ne peut se construire sans la paix. C’est pour cela que nous avons choisi ce thème fort évocateur pour sensibiliser les populations sur le nécessaire maintien de la paix et la cohésion sociale».

Il en a été de même lors de la soirée républicaine organisée au Castel hall de Douala avec le concours de la Communauté urbaine. A la cérémonie de clôture de ces appels à la responsabilité civile et citoyenne, il a été également demandé aux populations de retirer leurs cartes d’électeurs, et de se rendre massivement aux urnes pour voter non pas seulement le candidat du Rassemblement démocratique du peuple camerounais, mais l’homme susceptible d’apporter paix et prospérité au Cameroun.

Etame Kouoh

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE