08/10/2011 15:37:33
Présidentielles: Un membre de l'Addec porté disparu
Il aurait été amené par les agents du commissariat central n°1 alors qu’il entreprenait une grève de la faim à l’esplanade de l’hôtel de ville. Il est déclaré officiellement introuvable depuis hier jeudi par les membres de l’Association pour la défense des Droits Des Etudiants (Addec)
Nouvelle expression
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Il aurait été amené par les agents du commissariat central n°1 alors qu’il entreprenait une grève de la faim à l’esplanade de l’hôtel de ville. Il se nomme Minlend Bipindi, étudiant à l’université de Yaoundé II Soa, membre de l’Addec, par ailleurs moto taximan à ses heures perdues. Il est déclaré officiellement introuvable depuis hier jeudi par les membres de l’Association pour la défense des Droits Des Etudiants (Addec).

Le temps d’une conférence de presse ces derniers ont expliqué dans les détails les conditions dans lesquelles Minlend Bipindi est porté disparu. Selon Cyril Sapé, Secrétaire général de l’Addec, leur camarade serait enlevé alors qu’il entreprenait depuis 3 jours une grève de la faim demandant le départ de Paul Biya. Il explique « il se trouvait à sa troisième journée de grève de la faim qu’il a débutée le mardi 04 octobre 2011 vers 13h00 au lieu dit  place de l’indépendance en face de l’hôtel de ville de Yaoundé. Il avait à peine entamé sa grève de la faim cet après-midi là, lorsqu’une milice de la communauté urbaine de Yaoundé s’est rué sur lui, tout en lui infligeant plusieurs coups en s’emparant de la banderole. Une banderole où l’on pouvait lire  «Paul Biya retire ta candidature. Non à la modification de la constitution».

Une arrestation qui conduira le gréviste au poste de police du commissariat central n° 1.  « Après avoir été informé de son arrestation nous nous sommes rendus au commissariat central mais personne n’a voulu nous dire exactement où il se trouvait » continue Cyril Sapé. Et Temenou, conseiller n°2 de l’Addec de renchérir «j’ai été plus proche de la victime ces derniers jours. Pour lui, il était question de manifester de façon pacifique son désarroi face à la représentation de la candidature du président Paul Biya. Après la nouvelle de son arrestation j’ai été au poste de police mais deux policières m’ont fait savoir qu’il subissait un interrogatoire mais qu’elles ne savaient pas où exactement j’ai par ailleurs rencontré le commissaire qui dit ne pas l’avoir vu ».

A cet effet, le Secrétaire générale de ladite association estudiantine dit vouloir attirer l’attention de l’autorité publique sur ces dérives institutionnalisées,  tout en exigeant la libération de leur camarade dont le seul crime a été d’avoir osé s’exprimer. « Si Minlend n’est pas libéré dans de brefs délais, nous comptons entreprendre des actions pour y remédier. Il faut cependant ajouter que nous tenons au maintient de la paix au Cameroun mais que l’administration œuvre à son tour pour conserver cette paix» insiste Cyril Sapé à la fin de la rencontre avec la presse.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE