23/07/2009 15:40:03
40 ans du CUSS : 30% des médecins camerounais formés s'expatrient chaque année
La journée d’hier était consacrée à l’exposition-photos, aux conférences  et colloques.
Le Jour
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Sous le haut patronage de M. Paul Biya, président de la République du Cameroun, la faculté de médecine et des sciences biomédicales fête ses 40 ans d’existence. Les manifestations qui ont pour cadre de déroulement le campus de la faculté de médecine et des sciences biomédicales de Yaoundé prévoyaient une conférence de presse du musicien, Manu Dibango, parrain de la fondation Hippocrate Cameroun, qu’assistait le musicien Henry Njoh.

Appelé à s’expliquer sur l’évasion des cerveaux qui concerne plus de 30 à 40% des médecins camerounais, Manu Dibango répond par une pirouette : « Et que dites-vous de l’évasion des capitaux» qui cause plus de mal aux finances publiques. « Cette hémorragie au niveau de nos médecins, relève le doyen Tetanye, préoccupe les pouvoirs publics, compte tenu des lourds investissements et des sacrifices consentis par le gouvernement pour former ces médecins ». Cette fuite des cerveaux s’explique par l’environnement socio-politique camerounais.

Revenant sur la fuite des cerveaux qui touche les médecins dans le cadre du collègue réuni dans l’un des amphithéâtres de la faculté,  le professeur Kingue estime que l’exode des médecins n’est pas un problème spécifiquement camerounais. Chiffres à l’appui, il déclare que 20% des médecins africains choisissent de s’établir dans les pays riches. Mais l’Afrique subsaharienne enregistre plus de 28% de départ. Le professeur Kingue relève par ailleurs que ce phénomène d’exode est plus accentué dans les pays lusophones. Ainsi, 95% des médecins angolais, de Sao tomé et du Cap vert sont établis au Portugal, alors que 21 000 médecins nigérians exercent aux Etats-Unis.  Un phénomène qui, révèle-t-il, trouve son fondement au Cameroun par la baisse des salaires consécutive à la dévaluation du Franc cfa en 1994. A titre d’exemple, un médecin généraliste gagne 140 000 Fcfa en moyenne au Cameroun, alors qu’en France la même praticien a un salaire mensuel qui oscille entre 2 et 7 000 Euros.

L’exposition-photos, très illustrée du reste, revient, avec force et détails, sur les principales dates qui jalonnent l’histoire l’histoire  du Cuss. Des dates qui vont de la création de l’école de médecine en 1969 à la sortie de la dernière cuvée des médecins de ce qui est devenu la faculté de médecine, en passant par la prestation du serment d’Hippocrate des 29 étudiants de la première promotion des médecins formés au centre universitaire des sciences de la santé. C’était le 20 septembre 1975, en présence du défunt président Ahidjo.

Evariste Menounga

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE