11/10/2011 02:58:18
Fraude électorale: Le fils d'Achidi Achu dans les mailles de la gendarmerie
On l’a surpris avec plusieurs cartes d’électeurs, son père accuse le Sdf de sabotage et d’intimidation.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

On l’a surpris avec plusieurs cartes d’électeurs, son père accuse le Sdf de sabotage et d’intimidation.
 
On ne parlera jamais assez des irrégularités qui ont entaché l’élection présidentielle du 9 octobre dernier au Cameroun en général et singulièrement dans la région du Nord-Ouest. A Santa, comme nous le prédisions dans l’une de nos précédentes éditions, la bataille était rude entre le Rdpc et le Sdf. Et pour cause, cette ville est le bastion de l’ex Premier ministre Simon Achidi Achu, militant du Rdpc, parti au pouvoir et fief du leader de l’opposition John Fru Ndi du Sdf.

Dimanche dernier alors que le vote se déroule, le fils de l’ancien Premier ministre est pris à parti pour tentative de fraude. Lovet Achu, pour le citer, a été interpellé par un groupe d’assaillants, certainement acquis à la cause de l’opposition.  Selon ces assaillants, « il avait sur lui 61 cartes d’électeurs qu’il devait utiliser pour voter plus d’une fois ou acheter des gens pour le faire ». Ces derniers ont passé leur victime à tabac. Il n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention des éléments de la gendarmerie. Lovet Achu a été conduit et gardé à la brigade de gendarmerie. Jusqu’à 21 heures dimanche dernier, il s’y trouvait.

Pour Achidi Achu, son fils est victime de la barbarie des militants du Sdf. A l’en croire « lorsque les militants du Sdf l’ont vu, ils ont bourré ses poches des bulletins de vote et se sont mis à le bastonner pour rien ». Simon Achidi Achu a déclaré aux journalistes que si son fils a été retenu à la gendarmerie, c’était justement pour sa sécurité qui était menacée. Une de ses relations, le jeune Tamasang Jordan Yemeli, 19 ans, a été aussi malmené par ces assaillants.

On se souvient que vendredi dernier, la population de Baligham, sous la coordination de Babila Henry Boma du Rdpc, s’engageait à voter pour le parti au pouvoir, évoquant le peu d’intérêt du maire Clement Atanga Wanki du Sdf au développement de leur village. Elle énonçait l’abandon depuis près de 21 ans du re-profilage de la route qui mène à leur village.         

A Bihnjenj par Nkambe dans le département du Donga Mantung, rapportent nos sources, une partie du matériel électoral notamment la lampe-tempête, l’encre, l’encrier et le dateur ont été volés alors qu’on procédait au dépouillement des bulletins. Néanmoins les responsables ont pu sécuriser le procès-verbal.

A Mbingo dans le département du Boyo, certains partis politiques ont continué à battre campagne pendant le déroulement du scrutin. « Malgré mes récriminations sur cette violation des dispositions de la loi, ils m’ont même menacé » s’est plaint Nde, scrutateur de la candidate Esther Dang dans ce département.

A Balinyonga, malgré la distribution samedi dernier de 110 sacs d’engrais aux femmes de la vingtaine de sous-sections que compte la section Rdpc de la Mezam III, les électeurs ont jeté leur dévolu sur le Sdf. Au terme des élections dans cet arrondissement, le Sdf vient en tête avec 4545 voix contre 3742 pour le Rdpc.

Donat SUFFO

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE