12/10/2011 03:24:42
Dérives. Le journal du Rdpc publie des tendances
Alors que la loi le proscrit même à Elections Cameroon des spéculations sur les résultats du scrutin, l’Action annonce en sa manchette de Une « Paul Biya en pôle position ».
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Alors que la loi le proscrit même à Elections Cameroon des spéculations sur les résultats du scrutin, l’Action annonce en sa manchette de Une « Paul Biya en pôle position ».

On l’aurait certainement signalé comme un impair si la presse indépendante sérieuse avait annoncé un candidat issu de l’opposition en pôle position. La faute grave commise par la tribune d’information du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) n’a pas retenu l’attention du Conseil national de la communication, encore moins du ministère de la Communication ou même des services du Premier ministre. Lesquelles  entités s’étaient réunies au mois d’août dernier pour tancer la presse qu’elle accusait de dénaturer l’opération Epervier. Comment cela aurait-il pu en être le cas ? Puisque à la tête de ces instances se trouvent respectivement, un évêque qui n’a pas convaincu par son indépendance ;  un Issa Tchiroma devenu le griot du président de la République et Philémon Yang, directeur de campagne de Paul Biya ?


Ces responsables n’ont – ils pas lu ce chapeau de la « Une » de la livraison n° 800 du lundi 10 octobre 2011 du journal « L’Action »  qui souligne que « quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, les premiers échos sur le terrain ne laissent aucun doute sur la victoire du candidat du Rdpc ». Ou peut-être que cette phrase n’est pas considérée par ces autorités de la sphère médiatique camerounaise comme la publication de tendances. Mais « L’Action » ne s’en contente pas. Tant dans les colonnes de la même édition, le journal dirigé par Jacques Fame Ndongo, non moins secrétaire à la communication du « parti de la flamme » annonce un vote massif en faveur de Paul Biya à Buéa, dans le Sud-Ouest. C’est le même son de cloche qui est relayé par l’envoyé spécial du journal dans le Haut-Nyong à l’Est « Le Haut Nyong a fait sa promesse, plébisciter Paul Biya par un score sans appel pour un nouveau septennat à la tête du Cameroun », écrit le reporter. Plus loin, « L’Action » estime que « c’est Paul Biya » le vainqueur à Ngoulemakong. C’est sur le même ton que l’hebdomadaire qui a changé de périodicité à l’occasion de la présidentielle de 2011  fait le compte rendu du déroulement du scrutin sur le « terrain » dans le Mbam et Inougou, à Mbalmayo, dans la région du Nord ou encore dans la Mémé.

Cela s’est fait au mépris de la loi (comme d’ailleurs ce qui est des affichages de campagne) qui interdit les médias comme toute entité de publier des tendances ou des résultats avant la Cour suprême. De nombreux observateurs décrivent cette dérive de « L’Action » comme le zèle d’un journal dirigé par « le pays organisateur » qui  annonce la victoire du capitaine du « pays organisateur ». Il peut ainsi  publier des tendances, alors que les autres journaux en sont privés. Pôvre « Cameroun, pays de droit »

Rodrigue N. TONGUE

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE