12/10/2011 03:28:19
Bingerville: Les FRCI font 2 morts et un blessť grave
Les populations de la commune Bingerville ont vécu, hier en fin d’après-midi, d’intenses moments de frayeur. Suite à une vive altercation, un élément des Frci a ouvert le feu sur des jeunes de la ville. Cette violence inouïe a provoqué la mort de deux d’entre eux quand un troisième, qui a eu certainement plus de chance que les autres, a été admis à l’hôpital où il subit des soins intensifs.
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les populations de la commune Bingerville ont vécu, hier en fin d’après-midi, d’intenses moments de frayeur. Suite à une vive altercation, un élément des Frci a ouvert le feu sur des jeunes de la ville. Cette violence inouïe a provoqué la mort de deux d’entre eux quand un troisième, qui a eu certainement plus de chance que les autres, a été admis à l’hôpital où il subit des soins intensifs. D’autres sources l’annoncent pour mort. C’est entre 16h et 17h que des échauffourées éclatent hier à Bingerville, dans la banlieue abidjanaise, entre des éléments des Frci et des joueurs de cartes établis, selon les témoignages recueillis sur place, derrière le marché de poulets.

C’est journellement, explique un résident de la ville, que les Frci se rendent à cet endroit pour rançonner les joueurs de poker. Au motif qu’il s’agit d’une activité interdite par la loi et donc répréhensible. Tout serait parti d’un refus des joueurs de payer tout ou partie du «droit» que leur exigeaient les éléments des Frci. S’en suivent des échauffourées entre les deux camps et tout naturellement, les menaces et défis fusent de partout. Sans doute pour se faire respecter, un élément des Frci décide de faire usage de son arme à feu de type kalachnikov. Question d’intimider les adversaires et les obliger à accepter de se faire racketter.

Mais sans doute parce qu’il ne maitrisait pas son armes, il arrosera trois personnes à bout portant. L’une de ses victimes, atteintes de plein fouet, décède sur place.  Deux autres, grièvement atteintes, sont conduites d’urgence à l’hôpital de la ville pour des soins. L’une d’elles succombera à ses blessures quelques instants après son admission à l’hôpital. Le troisième serait entre la vie et la mort. D’autres sources annoncent même qu’il serait déjà mort.

S’agit-il de simples joueurs de poker ou de chauffeurs de gbaka «qui joueraient aux cartes pour passer le temps ?» La question se pose car, suite à ces violences, les chauffeurs de gbaka de ligne Bingerville-Abidjan ont arrêté le travail. Au motif que les individus abattus par les Frci étaient des membres de leur corporation. Ils menacent donc de débrayer ce matin pour protester contre les agissements des FRCI. Depuis hier en fin de soirée, ils refusent d’entrer dans la ville, déversant les passagers à l’entrée de la ville.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE