12/10/2011 03:30:57
Polémique. Le Sdf « prouve » le militantisme de Virginie Djemo
Un mandat de scrutatrice, des cartes de membres et une fiche de cotisation établis au nom de la défunte comme militante du parti de Fru Ndi sont brandis.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Un mandat de scrutatrice, des cartes de membres et une fiche de cotisation établis au nom de la défunte comme militante du parti de Fru Ndi sont brandis.

Jean Tsomelou, président régional du Front social démocrate (Sdf en anglais) à l’Ouest a passé presque toute la journée du mardi 11 octobre dernier au bureau régional de cette formation politique à l’Ouest. Accompagné de Pierre Sukam,3e adjoint au maire de la commune de Bafoussam II, Florent Tchangop, secrétaire provincial, Godefroid Fogué, secrétaire à l’organisation de la Circonscription électorale de Poumougne à Bandjoun, Martin Njitat, président de la cellule de Djeleng à Bafoussam Ier, le président régional du Sdf a tenu a réuni un ensemble de document à expédier à la hiérarchie nationale de son parti sur « la qualité de militante du Sdf » reconnue à Virginie Djemo.

Ainsi, deux cartes de membre établis au nom de Virginie Djemo, cette quinquagénaire tuée dans la soirée du 9 octobre dernier après le dépouillement des votes à Keng à Bandjoun et signées respectivement le 10 mai 2009 et le 7 août 2008 sont brandies. Il en est de même d’un mandat de scrutatrice délivré au nom de Virginie Djemo, pour le bureau de l’école publique de Keng, à la veille de cette consultation électorale par Roninssom Tomla, président de la Ce Sdf de Poumougne à Bandjoun. A s’en tenir au contenu du document en question, elle devrait travailler avec Chrétien Tagne, représentant du Sdf expulsé du bureau de vote de Keng lors du déroulement des opérations électorales et conduit à la brigade de gendarmerie de Bandjoun. Deux fiches de cotisation dont l’une est datée du 21 août 2008 font partie du dossier compilé par Jean Tsomelou et ses lieutenants.

Pièces militantes à titre posthume ?

A l’observation des documents présentés par les responsables régionaux du Sdf, plusieurs interrogations fusent. Pourquoi l’espace réservé à la signature du membre sur les deux gardes ne porte aucun visa ? Comment sur les deux fiches de cotisation en question, il est observé deux  vides avant et après le nom de Virginie Djemo ? Précisons que le numéro de la défunte étant le 12e, aucun nom ne se trouve à la 11e et 13 e place sur ledit fichier. A la 14e place est inscrit celui de son époux, Jean Pierre Takoguem. Interpellée au sujet de ses incohérences sur un document susceptible d’être assimilé à une pièce comptable, Jean Tsomelou, le président régional du Sdf à l’Ouest, a essayé de les banaliser. Pour lui, dans les structures du parti en zone rurale, on n’est pas régulièrement accroché au respect scrupuleux des formalismes de présentation des documents publics.

Relativement à la provenance des cartes en question, les responsables du Sdf à l’Ouest disent les avoir récupérés auprès de Jean Pierre Takoguem, militant du Sdf et époux de la défunte. Reste que lors de notre passage à Bandjoun, en début d’après-midi du 10 octobre dernier, celui-ci reconnaissait néanmoins que sa défunte épouse n’était plus militante active du parti du John Fru Ndi. Mais il n’avait non plus franchi le rubicond en indiquant que sa femme avait rejoint une autre formation politique. Reste que pendant que les politiques amplifient tentative de récupération et manipulation, l’on se demande toujours, quelle que soit la chapelle politique de Virginie Djemo, ce qui a poussé Nestor Waffo, à lui assener les coups de pied mortels.

Guy Modeste DZUDIE

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE