14/10/2011 03:53:44
Elecam fait son mea culpa
A la délégation régionale pour le Littoral d’Election’s Cameroon, on reconnaît que le scrutin a été entaché  d’irrégularités.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

A la délégation régionale pour le Littoral d’Election’s Cameroon, on reconnaît que le scrutin a été entaché  d’irrégularités.

Cinq jours après l’élection présidentielle du 9 octobre 2011, les populations de la capitale économique en reparlent. A les entendre, et s’en tenant aux  informations relayées par les médias nationaux, cette élection a été truffée d’irrégularités. Encre délébile dans certains bureaux, absence de cartes d’électeurs, ouverture tardive des bureaux de vote, absence des bulletins de vote de certains candidats sont entre autres couacs décriés. A la délégation régionale d’Elecam    du Littoral, Ghislain Nganguè, le chargé de la communication, avoue que tout n’a pas été rose. « Comme tout Camerounais, je reconnais qu’il y a eu plusieurs irrégularités, mais nous avons accompli notre mission, celle d’organiser les élections, ce d’autant plus que les Camerounais sont allés voter. En cela, notre challenge a été gagné ».

S’agissant du fort taux d’abstention relevé dans les bureaux de vote, Ghislain Nganguè affirme sans convaincre qu’il n’est pas au courant. Par contre pour ce qui est du problème de cartes d’électeurs, il affirme cependant que « Elecam n’ignorait pas que tous les électeurs ne pouvaient entrer en possession de leurs cartes. Notre objectif était de distribuer le maximum de cartes…ce qui a été fait ».

Et de poursuivre : « le jour des élections, nous étions à neuf-cent-vingt-neuf mille quinze électeurs pour le Littoral. Et vendredi, nous avons environ six cent mille cartes distribuées, soit 60% de cartes dispatchées». Pour sa part, le fait que  des électeurs n’aient pas voté   faute de cartes ne saurait incomber à   son organisme. « On avait pris des dispositions particulières pour booster l’opération d’attribution des cartes. A Douala 2ème par exemple, les populations des 23 quartiers ont reçu leurs cartes, via la grande campagne par nous organisée ».
Devant cet échec, Ghislain Nganguè trouve que « pour un premier essai c’est normal. Elecam est un nouveau bébé et comme tout enfant, avant d’accéder à la maturité, connaît d’énormes difficultés. Un enfant ne saurait marcher sans trébucher. On a pris note de tous les manquements enregistrés cette année. Mais nous promettons de faire mieux les années à venir ».

En attendant de faire mieux lors des prochaines échéances électorales, à Elecam du Littoral on s’atèle à transmettre les procès verbaux  au niveau de la commission départementale qui a 72 heures pour les acheminer à la commission nationale de recensement de vote. 

Valgadine Tonga  

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE