14/10/2011 03:57:56
Kah Walla sermonne la « communauté internationale »
La candidate du Cameroon people party (Cpp) dénonce les rapports élogieux des observateurs occidentaux de l’élection présidentielle du 9 octobre.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La candidate du Cameroon people party (Cpp) dénonce les rapports élogieux des observateurs occidentaux de l’élection présidentielle du 9 octobre.
 
Doit-on valider une élection entachée de tant d’irrégularités? Existe-t-il des standards d’acceptation d’une élection, une pour l’Afrique et l’autre pour l’occident? Telles sont les questions qui étaient à l’ordre du jour, hier jeudi 13 octobre 2011 à Douala. Au cours d’un point de presse organisé au siège du quartier-général de la candidate du Cameroon people party (Cpp), Kah Walla se dit courroucée à cause de la position prise par la « communauté internationale », notamment la France, et les observateurs de l’Union africaine, conduits par Pierre Buyoya, ex-chef d’Etat burundais.

D’après Edith Kah Walla, «Alain Juppé peut-il accepter qu’une élection se passe en France avec tant d’irrégularités. Il a déclaré que la présidentielle au Cameroun est acceptable. Que serait-il passé s’il y avait mort d’homme? Je n’accorde aucune crédibilité aux rapports commis par ces observateurs qui ont été d’ailleurs reçus par Paul Biya. La France prépare les esprits pour imposer un dictateur au Cameroun alors que ce scénario n’est pas réalisable chez eux. Nous n’avons de leçons à recevoir de personne». Elle poursuit. «L’élection qui s’est déroulée le 9 octobre est une honte pour le Cameroun. Nous avons étalé notre incompétence en matière de gestion d’un processus électoral au monde entier. Cette élection est loin de se conforter aux normes africaines. Pourquoi le régime actuel fait-il toujours des choix qui placent le Cameroun parmi les médiocres? Ceux qui ont fraudé ont manqué de respect pour la patrie. Ils ont posé des actes criminels en introduisant la violence, le meurtre et la haine ethnique, en mettant en danger la sécurité de notre pays».
 
Appel à mobilisation

C’est pourquoi cette transfuge du social democratic front (Sdf) lance un appel citoyen pour une mobilisation populaire. «Le déroulement de cette élection souligne l’importance des Camerounais qui souhaitent voir un changement à la tête de notre nation, de se mobiliser, de s’organiser et d’agir. Le grand gagnant de cette élection est l’immobilisme et la non participation. Le destin du Cameroun est entre nos mains. C’est l’action stratégique et structurée des Camerounais qui nous permettra de reprendre ce destin en main. Le pouvoir est en nous».

En demandant l’annulation du scrutin du 9 octobre, la réforme immédiate du système électoral, et la mise sur pied d’un cadre de concertation entre le gouvernement, les partis politiques et Elecam pour définir un calendrier et des modalités claires, Kah Walla évoque par anticipation une «victoire volée» du candidat du Rdpc. Et se félicite des résultats obtenus de la grande mobilisation extraordinaire des volontaires pendant la campagne. En dehors de Kah Walla d’autres leaders de l’opposition et candidats à l’élection présidentielle, ont adressé des requêtes aux fins d’annulation totale des opérations électorales relatives à l’élection du 9 octobre 2011.

Etame Kouoh

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE