24/07/2009 15:45:02
La mésaventure d'un professeur noir ravive la question raciale aux Etats-Unis
Les Américains n'ont pas fini d'entendre parler du 16 juillet, jour où Henry Louis Gates Jr., l'un de leurs professeurs les plus connus, titulaire de la chaire d'études africaines-américaines à Harvard, grand spécialiste de l'histoire du racisme et de la ségrégation, a été arrêté chez lui comme un vulgaire malfrat par un policier blanc du commissariat de Cambridge, dans le Massachusetts. La victime a promis d'en tirer toutes les leçons. "J'en ferai un documentaire, a-t-il juré. Le système de justice pénale est vraiment pourri."
Le Monde
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le professeur revenait d'un séjour en Chine, où il était allé enquêter sur les origines familiales du violoncelliste Yo-Yo Ma. Depuis que le recours à l'ADN s'est banalisé, Henry Louis Gates s'est spécialisé dans les recherches généalogiques. Avec l'écrivain Maya Angelou, il est remonté jusqu'en Sierra Leone. Avec l'acteur Don Cheadle, jusqu'à la tribu indienne des Chikasaw. A chaque fois, il en rapporte un documentaire vu par des millions de téléspectateurs. Il a aussi fondé un site Internet "black", financé par le Washington Post, The Root. A Cambridge, où il habite sur Ware Street, dans une maison à quelques blocs de l'université, les gens le saluent dans la rue.

Ce 16 juillet, la serrure de la porte de sa maison était un peu grippée, la clef tournait mal. Avec son chauffeur de taxi, M. Gates a forcé la porte. Voyant deux Noirs à l'ouvrage de ce quartier bourgeois, une femme (dont l'identité n'a pas été révélée) a appelé la police. C'était le début de l'après-midi. L'appel fait mention de "deux grands Noirs" munis de sacs à dos.

A ce stade, les versions divergent. Le professeur Gates a montré ses papiers, prouvé qu'il était chez lui, et à son tour, a demandé à son interlocuteur de justifier de son identité. Le sergent James Crowley, onze ans de métier, aurait refusé et le professeur Gates aurait dénoncé un délit de faciès.

La discussion s'est terminée au poste, où l'universitaire, un homme de 58 ans et d'allure plutôt chétive, est arrivé menotté. Il n'est ressorti qu'au bout de quatre heures et après l'intervention de Charles Ogletree, alias "Tree", célèbre professeur de droit de Harvard et mentor du président Barack Obama au début de sa campagne.

L'incident, qui s'est déroulé suivant un scénario bien connu des Noirs américains, a réveillé les réflexes classiques. "Les seules personnes qui vivent dans un monde post-racial sont les quatre habitants" de la Maison Blanche, a commenté M. Gates, amer. Dans le Washington Post, le journaliste Wil Haygood a raconté d'expérience ce moment où, quel que soit le statut social, les individus reproduisent des comportements qui les dépassent : "Oubliez Harvard, (M. Gates) est dans cette zone délicate où se rencontrent la peau noire et les forces de l'ordre (...) Ce moment où l'homme noir porte une éternité pour bagage."

Le sergent Crowley a refusé de présenter ses excuses. Il n'a probablement pas fini non plus d'entendre parler de l'incident. Le professeur Gates compte en faire l'emblème des contradictions de l'Amérique à l'heure de son premier président noir. L'élection de novembre 2008 n'a pas été suivie de "changements structurels", a-t-il constaté. Vu la popularité des démocrates à Cambridge, le policier a "probablement voté pour Barack. Cela ne m'a pas été d'un grand secours".

Pendant sa conférence de presse, mercredi à la Maison Blanche, le président Obama a été interrogé sur l'incident. "Skip est un ami, a-t-il dit, en utilisant le surnom du professeur. Je risque d'être partial." Toujours extrêmement prudent dès qu'il aborde la question raciale, pour ne pas apparaître comme l'homme d'une communauté, il a cette fois-ci pris parti. "D'abord, je crois qu'on peut dire, que nous serions tous assez en colère (dans cette situation). Deuxièmement, la police de Cambridge a été stupide d'arrêter quelqu'un alors que la preuve était établie qu'il était dans sa propre maison. Troisièmement, cet incident nous rappelle qu'il y a une longue habitude dans ce pays de contrôler les Africains-américains et les latinos de manière disproportionnée."

Corine Lesnes

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE