19/10/2011 13:05:29
L'Afrique et la dictature des vieux
...Qu’ils soient au pouvoir ou à l’opposition. Ici le mot vieux n’est pas seulement une question d’âge, mais surtout, dans l’incapacité à se défaire mentalement du rôle d’esclave que notre histoire commune avec l’Europe nous a conféré.  Il suffit de voir le comportement de l’Union Africaine devant les crises Ivoiriennes et Libyennes
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

En Afrique, les Jeunes doivent prendre le pouvoir  par Jean-Paul Pougala

En Afrique il y a habituellement ce que j’appelle : la Dictature des Vieux, qu’ils soient au pouvoir ou à l’opposition. Ici le mot vieux n’est pas seulement une question d’âge, mais surtout, dans l’incapacité à se défaire mentalement du rôle d’esclave que notre histoire commune avec l’Europe nous a conféré.  Il suffit de voir le comportement de l’Union Africaine devant les crises Ivoiriennes et Libyennes. Elle dit haut et fort ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas. L’Europe décide de l’ignorer et de faire l’exacte contraire. Et sans vergogne, ni gène, c’est toute l’Union Africaine à l’unanimité qui s’aligne sur les positions Européennes en se désavouant elle-même.

Le pire en Afrique c’est que ce genre de comportement envahit soit les hommes au pouvoir que ceux de l’opposition. Voir l’exemple de ceux qui ont fait rêver comme opposants:  Wade au Senegal, Condé en Guinnée qui à peine élu Président à reservé sa première visite  à l’étranger pour Jacque Chirac (même à la retraite). Il fallait d’abord qu’il fasse allégence au maître, comme rituel avant de démarrer. Un jeune aujourd’hui qui utilise les mêmes instruments qu’un autre en Occident, connait ses forces et ses faiblesses, Mais aussi ceux des autres nations. Il est donc conscient qu’il a 10 fois plus de chance de reussir qu’un autre jeune en Occident. et lorsque ce dernier viendra lui raconter qu’il peut l’aider, il saura non seulement qu’il ment, mais aussi que c’est une stratégie pour l’endormir afin de mieux le voler. Tout ce petit jeu, nos Vieux qu’ils soient Ministres ou de l’opposition, ne le savent pas et c’est trop tard pour le leur enseigner.

Comment changer tout cela ?

Jean Paul Pougala

Il faudrait au préalable et de façon prioritaire, conscientiser au maximum les jeunes africains, ceux-là qui ne sont pas encore inféodés dans les pratiques rentières du colonialisme. Ceux-là qui ne sont pas complexés par les Blancs comme leurs parents, ceux-là qui ne doivent pas à tout prix chercher à faire copain-copain avec les prédateurs de la "communauté internationale". Et la deuxième étape va consister à les faire descendre dans l'arène politique. Plus jeunes vous entrerez en politique et plus tôt nous pourrons réaliser le rêve d'une Afrique débout et fière d'elle-même. Il y a déjà des partis des Jeunes qui sont en train de faire sensation en Autriche, Allemagne, Suède, Finlande, Norvège, Hollande etc... jusqu'à gagner   même des sièges de députés dès l'âge de 21 ans.

A Genève, lors des dernières élections municipales, la moitié des candidats avaient moins de 25 ans. Cela se passe dans des pays où la majorité des votants a dépassé les 70 ans. Alors qu'en Afrique, les jeunes de moins de 18 ans sont la majorité absolue. Il faudra en même temps mener une sacro-sainte bataille de l’abaissement de l’âge du droit au vote un peu partout en Afrique. C’est déjà le cas au Bresil où on peut voter à 16 ans (puisque labàs aussi comme en Afrique, la majorité de la population est jeune). Mais il y a plusieurs autres pays où le droit de vote a été abaissé à 16 ans parce qu'un jeune aujourd'hui de 16 ans est plus mûr qu'un adulte de 21 ans il y a 30 ans. C'est le cas de Cuba, Nicaragua, Autriche, les Landers Allemands. En Autriche, par exemple, un mouvement du nom de Kinderwahlrecht jetzt : « droit de vote pour les enfants, tout de suite » milite pour appliquer le « droit de vote dès la naissance ». Pour eux, il sagit d’un moyen de reéquilibrage générationnel.

En Afrique, comme je l’ai dit plus haut, c’est la dictature des Vieux, vieux dans l’âge, vieux dans les idées, vieux dans la vision du monde d’aujourd’hui. On voit chez nous des vieux (avec tout le respect pour les vieux) qui n'ont de représentation du monde que le Patron Français ou Britannique et même lorsqu'ils sont Ministres, ils en sont à téléphoner à l'Ambassadeur Américain tous les matins pour demander ce qu'il doit faire, histoire de montrer qu'ils sont de bons et loyaux esclaves, très dociles (voir wikileaks).

Pour le système de gouvernement, j'aime beaucoup le système Suisse et je crois que dans une période transitoire, cela peut être appliqué à l'Afrique : en Suisse, les Ministres gagnent en moyenne 400.000 CHF par an, n'ont pas de garde du corps, vont en bus comme tout le monde et après 4 ans de Ministre, ils doivent abandonner la politique. Cela permet d’éviter de laisser s’installer certaines mauvaises pratiques de nepotisme et de corruption. Par ailleurs, après le vote, tous les partis gagnants et perdants gouvernent ensemble, le nombre de postes ministériels étant déterminé par le nombre de vote aux élections politiques nationales. Cela permet d’optimiser toutes les idées novatrices d’une nation et d’éviter que des partis soient à l’opposition à jamais, cultivant ainsi une frustration qui serait une menace pour la stabilité même de la sécurité du pays.


PS: On peut être un Jeune Vieux, lorsqu’on  est jeune dans l’âge, mais vieux dans les idées. et  malheureusement c’est le quotidien de très nombreux jeunes africains qui sombrent dans l’ignorance la plus totale. et c’est la mission de chacun de les aider. Et je tire un chapeau à nos Vieux-Jeunes, tous ceux qui sont avancés dans l’âge mais qu’on n’a jamais pu tromper comme la masse de nos parents et qui ont souvent risqué de leur vie, lorsque ce n’était pas leur poste qu’ils perdaient parce qu’ils expliquaient aux autres en les rendant visibles, les chaines invisibles de l’eclavage qu’ils portaient.

Jean-Paul Pougala

www.pougala.org

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE