21/10/2011 01:24:05
Un siècle de manipulation et de contrôle
... Le Libéria est à reconstruire. La Sierra Leone est exsangue.Le Rwanda se remet de son traumatisme. Le Tchad va clopinant. La Somalie n’a plus rien d’un Etat. La Côte-d’Ivoire est pressurée et recolonisée.La Lybie est totalement dévastée.Et de ce chaos, montent les cris et les pleurs d’enfants et de femmes livrés à la misère et que tentent d’étouffer la voix des médias occidentaux passés maitres dans l’art de la désinformation.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Quel sens donner à la résistance farouche des tribus lybiennes qui refusent de livrer leur pays mains et pieds liés à la voracité tenace de la bête occidentale ? Comment interpréter le silence assourdissant des populations ivoiriennes, blessées dans leur amourpropre suite à l’invasion et à l’occupation de leur pays, se retenant devant des actes quotidiens de défiance et qui regardent dans l’indifférence la plus totale les comédiens de la nouvelle pièce théatrale baptisée « réconciliation nationale» assembler les éléments du décor de la scène ?

Que retenir du sentiment d’indignation qui s’élève de plus en plus dans le monde face à l’entreprise d’avilissement de l’Homme, menée par l’occident qui promène, de l’Afrique à l’Asie en passant par l’Orient, son cheval de Troie ; l’Organisation des Nations Unies (ONU) ? Une seule chose : la fin programmée d’un siècle de grande manipulation et de contrôle de l’humanité.

Assurément, quelque chose de nouveau qui s’apparente à un déclic s’est produit dans le monde. L’humanité est en train de se reveiller d’un sommeil profond à la limite de l’hypnose pour s’éveiller à la pleine conscience des réalités de ce monde. Une lueur a jailli des tréfonds de nos consciences pour vivifier nos esprits engourdis par tant d’années d’hibernation. Désormais, les populations africaines refusent de s’assimiler à des troupeaux parqués sur des routes et qu’on peut mener tranquillement sur des sentiers de pâturage. Elles s’affichent plutôt comme des hommes et des femmes dignes qui n’aspirent qu’à la souveraineté et qui révendiquent la révision des rapports entre les Etats. C’est le message que nous donnent la résistance lybienne, le silence indéchiffrable des Ivoiriens et la colère qui monte dans la conscience collective.

En effet, depuis un siècle et même plus, nous avons laissé le contrôle du monde aux mains d’une minorité d’hommes sans foi ni loi parce que nous avons abandonné nos responsabilités, notre sens de jugement. Nous avons laissé le soin à la minorité de décider de ce qui est bon pour nous, leur donnant par la même occasion un grand pouvoir sur nous. Notre inaction et notre inertie ont contribué à la consolidation de la manipulation et à l’extension de ses tentacules. «Aujourd’hui, cette minorité manipule la totalité de la planète par la globalisation des systèmes économiques et bancaires et par celles des communications. Le fondement est toujours le même : garder les hommes dans l’ignorance, dans la peur et en guerre contre euxmêmes. » Le plus grand secret, Vol 1 de David Icke, LCE, p.14.

La faillite décrétée, suivie du démantèlement de la banque franco-belge Dexia en est une parfaite illustration. Dans leur volonté de contrôler les finances mondiales, les adeptes des sociétés sécrètes provoquent le chaos dans les banques privées qui ne rentrent pas dans leur vision. Une fois la faillite décretée, ils rachettent les capitaux de la banque et relancent ses activités sous un autre nom. Rappelons-nous le chaos provoqué par la fermeture des filiales françaises en Côte-d’Ivoire et ordonnée par la BCEAO, elle même manipulée par la France. Les conséquences qui en ont découlé sont les mêmes que vivent les clients de Dexia en France et en Belgique.

Dans un de mes précédents articles intitulé «Le soleil s’est couché sur l’Occident» j’ai donné un bref aperçu du rôle joué par l’ONU dans la manipulation et le contrôle des pays faibles. Aujourd’hui, je voudrais plutôt m’attarder sur les torrents de sang qui jalonnent l’histoire de cette organisation pour aider à la compréhension de la nullité de son rôle de maintien de la paix dans le monde.

Vous comprenez aisément que loin de maintenir la paix dans le monde, l’ONU et ses différentes déclinaisons créent et alimentent plutôt les conflits pour se repaître du sang des humains et dérouler leur machine prédatrice. Souvenons-nous du Congo, du Togo, du Nigeria, du Libéria, de la Sierra Leone, du Rwanda, du Tchad, de la Somalie et plus récemment de la Côte d’Ivoire et de la Lybie. Les morts se comptent par millions et le flot de sang versé dans les fleuves du Congo, du Zambèze, du Fouta, du Cavaly, de la Lagune ébrié et dans le désert du Sahara se quantifie en tonnage. C’est du sacrifice rituel du sang et de la souffrance des hommes que les adeptes des sociétés secrètes tirent leur pouvoir et leur puissance.

Souvenons-nous également des passagers du bus 19 qui ont péri récemment dans la lagune ébrié et du dialogue de sourds entre les autorités en place, soucieuses de connaitre le nombre de morts, et l’officier des sapeurs pompiers qui s’égosillait à expliquer les efforts pour repecher les corps. Le Grand maitre de la Rose-croix Christian Bernard avait séjourné à Abidjan avant la tragédie, soit dit en passant. Voici cinquante (50) ans que l’ONU est au Congo, mais le Congo n’a pas encore retrouvé la paix.

- Le pétrole du biaffra a été pillé, abandonnant les Biaffrais du Nigeria dans la précarité avec un environnement pollué et des sources d’eau contaminées.

- Le Libéria est à reconstruire.

- La Sierra Leone est exsangue.

- Le Rwanda se remet de son traumatisme.

- Le Tchad va clopinant.

- La Somalie n’a plus rien d’un Etat.

- La Côte-d’Ivoire est pressurée et recolonisée.

- La Lybie est totalement dévastée.


Et de ce chaos, montent les cris et les pleurs d’enfants et de femmes livrés à la misère et que tentent d’étouffer la voix des médias occidentaux passés maitres dans l’art de la désinformation. C’est cela le sort réservé depuis toujours au continent africain qui pleure ses enfants et qui refuse, comme Rachel, d’être consolé par les meurtriers aux mains dégoulinant de sang.

Vous vous posez certainement la question de savoir pourquoi des humains peuvent-ils créer autant de souffrance et de misère. Eh bien ! D’abord parce qu’ils sont de sang froid comme des reptiles, ils sont moins enclins à l’émotion et éprouvent des difficultés à exprimer l’amour. Ensuite parce que «créer des guerres est un extraordinaire moyen d’amasser des vastes fortunes et d'ébranler le statu quo. Vous prêtez de l’argent aux deux antagonistes afin de financer la guerre, et vous leur prêtez encore plus pour la reconstruction de leur pays dévastés. Ils deviennent endettés face à vous (contrôle) et vous augmentez votre richesse (pouvoir). Après que la guerre que vous avez créée et financée a fait son oeuvre en détruisant les structures, votre pouvoir vous permet de construire une nouvelle société à l’image de votre plan» Le Plus Grand Secret, Vol. I, David Icke, LCE, p. 326.

Vous avez-là les motifs réels des guerres qui ensanglantent l’Afrique et ruinent toutes ses possibilités de développement. C’est un plan conçu depuis des générations par des adeptes des sociétés secrètes et appliqué de la même manière dans tous les pays sous-développés via l’Onu. Ils opèrent à travers la technique Problème-Réaction-Solution.

Ils créent le problème : un matin, vous vous réveillez et vous apprenez subitement que vous êtes xénophobes ou que vous pratiquez l’exclusion ou que vous massacrez votre peuple. Ils encouragent la réaction en manipulant certains esprits égarés : « quelque chose doit être fait». Et alors, ils, toujours les mêmes, offrent la solution. Cette stratégie est le résumé de la dévise Francmaçonne «Ordo ab chao» ce qui signifie : «Du chaos jaillit l’ordre».

Le mot Solution qui a enrichi le vocabulaire des Ivoiriens pendant la campagne présidentielle provient de là. Nombreux sont les Africains qui, dans leur naïveté, croient bêtement à la vocation de protecteurs de peuples en danger, expression cher au président Nicolas Sarkozy, dont s’affublent les Occidentaux et qui «boivent » sans discernement les discours des politiciens avides de pouvoir. Or le but inavoué est de déregler, de-structurer les pays faibles et leur ôter toute envie d’émergence.

«...Nulle autre puissance n’aurait pu saper avec autant d’efficacité les fondements des institutions étatiques. Son internationalisme et ses millions d’yeux ont contribué à renverser les derniers obstacles qui se trouvaient sur notre chemin. Aujourd’hui enfin la totalité du nord nous appartient. Les deux grandes places-fortes du despotisme oriental sont tombées. Il est grand temps pour les conquérants du nord d’imposer leur politique » Les Protocoles des Sages de Sion, version de Butmi, p. 4

Doit-on désespérer de la vie et de l’Afrique ? L’éminent Pasteur Ivan Castanou nous apprend dans ses enseignements qu’il est temps de dire maintenant, ça suffit ! Il nous apprend que nous pouvons changer nos vies en changeant nos mentalités et redevenir des hommes que nous devrions être. Pour résumer ses enseignements, retenons simplement que nous pouvons changer notre monde en changeant nos pensées car c’est par la pensée qu’on contrôle l’individu et cela ne tient qu’à nous.

C’est pourquoi l’invitation de l’écrivain d’origine camérounaise Jean-Paul Pougala aux 50 pays africains à quitter l’Onu ne doit pas être rejetée du revers de la main, mais être regardée comme une alternative pour enclencher le processus de respectabilité (Nouveau courrier n°245 du Samedi 18 au Dimanche 19 juin 2011). Comme pour décourager toute velléité d’affranchissement, sachant pertinemment, en vertu de la dialectique de Heggel, qu’un esclave ne saurait indéfiniment rester esclave, voici ce qu’ils nous répondent : «Vous objecterez qu’il y aura contre nous des soulèvements armés si nos plans sont découverts prématurement ? En prévision de cette éventualité, nous avons en réserve un moyen pour ne rien laisser subsister des capitales que nous ferons sauter avec leurs organisations et leurs  documents.» Les Protocoles des Sages de Sion, version de Butmi , Chapitre III, 3ème Séance, p. 14

Voilà exactement ce qui est en train de se dérouler actuellement en Lybie. L’OTAN, dans sa déroute, détruit systématiquement Tripoli et planifie un génocide à Syrte. Le monde entier le sait, les médias occidentaux fortement représentés en Lybie le savent, mais ils ont décidé de faire un blackout là-dessus parce que cela participe du plan. C’est aussi le même scénario que la France s’apprête à dérouler en Côte d’Ivoire quand les patriotes, fatigués d’être humiliés, tenteront de mettre les forces françaises en déroute. En témoigne, l’acquisition de nouveaux matériels de guerre et le renforcement de la capacité militaire de la force Licorne (Le Temps du vendredi 19 août 2011, Réunions secrètes à l’ambassade : Tout ce que prépare la France sous la plume de Yacouba Gbané).

Mais qu’ils sachent qu’ « il y a dans l’humiliation une force cachée qui peut courir longtemps, souterrainement, dans le silence de l’histoire, mais qui surgit tôt ou tard au grand jour, avec une violence torrentielle. Toute société qui inflige à des hommes l’humiliation accumule dans ses fondations l’explosif sous l’effet duquel elle volera un jour en éclats. Qu’on ne s’étonne pas alors si la révolte est furieuse et sanglante ; car le ressentiment qui se donne ainsi cours a été longuement accumulé dans les âmes, il a grandi avec la conscience que les humiliés prenaient de leur humiliation, il a engendré non pas seulement une détermination plus forte que le péril et la mort, mais quelque chose de positivement insensé, qui ne s’assouvira que dans les gestes aveugles et dévastateurs.» Violence et conscience, Thierry Maulnier, Gallimard, Ed. 1945.

Dieu bénisse la Côte d’Ivoire et l’Afrique.

Gottha Yves Otché

Professeur de lettres

gotthayvesotche@yahoo.fr

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE