21/10/2011 02:07:20
Maintien de l'ordre. Les manifestations publiques interdites dans le Wouri
L’arrêté préfectoral n°0138/Ap/C19/Sa2 prohibe toutes réunions, rassemblements et manifestations publics dans le département du Wouri pendant la période du 20 octobre au 3 novembre 2011.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L’arrêté préfectoral n°0138/Ap/C19/Sa2 prohibe toutes réunions, rassemblements et manifestations publics dans le département du Wouri pendant la période du 20 octobre au 3 novembre 2011.

La réunion de sécurité d’Etat major  qui a eu lieu hier, 20 octobre 2011 à Bonanjo avait pour but, outre de mettre en garde les responsables locaux des partis politiques, de les convaincre de veiller à la préservation de la paix. A quelques heures seulement de la proclamation des résultats du dernier scrutin présidentiel du 9 octobre 2011 par la Cour suprême agissant en lieu et place du conseil constitutionnel,  le préfet du Wouri ne fait pas de cadeaux aux partis politiques. Hier, au cours de la réunion de sécurité élargie aux partis politiques à laquelle prenaient part sous-préfets, magistrats municipaux, commandants de groupement de gendarmerie, commissaires centraux et commissaire central aux renseignements, Bernard Okalai Bilaï a mis en garde les représentants locaux des partis politiques.

Aussi leur a-t-il demandé de contribuer à la préservation de la paix qui, selon le chef de terre, est primordiale pour le développement. Déterminé à faire régner l’ordre par tous les moyens dans le département du Wouri, le préfet s’est dit très préoccupé par le maintien de l’ordre public. C’est dans cette optique que l’arrêté préfectoral commis à cet effet interdit toutes réunions, rassemblements et manifestations publiques dans le département du Wouri. On peut y lire : « sont interdits pour compter de la date de signature du présent arrêté toutes réunions, rassemblements et manifestations publics sur l’ensemble du département du Wouri pendant la période du 20 octobre au 03 novembre 2011 ».

Dans le même temps les commerçants du Wouri se désolidarisent des appels à manifestation lancés par certains leaders de l’opposition. Ils l’ont fait savoir à la presse, hier jeudi 20 octobre 2011, à Douala.  Le communiqué signé  et lu par Alice Maguedjio, présidente du syndicat des commerçants détaillants du Wouri (Sycodew) au cours d’une conférence de presse  précise clairement la position des commerçants.  « Suite aux multiples appels à la révolte et au désordre lancés par certains leaders politiques et quelques ennemis de la République, les commerçants du Wouri réunis au sein du syndicat des commerçants détaillants du Wouri, s’engagent à préserver la paix et l’unité nationale ainsi que la stabilité si chère à notre pays. Ainsi, le Sycodew appelle tous les commerçants à ne pas prêter le flan aux fauteurs de trouble qui veulent déstabiliser le pays et partant nos institutions », lit-on dans ledit communiqué.

De ce fait, prescrit la présidente, tous les commerçants doivent librement vaquer à leurs occupations habituelles. « Sans la paix nous ne pouvons pas vivre. La paix pour un pays comme le nôtre est un élément indispensable. Nous ne voulons pas la guerre. Surtout en ce moment où notre beau pays est en train d’imprimer une page importante de son histoire. L’étape la plus attendue reste la proclamation des résultats de l’élection présidentielle du 9 octobre dernier », a affirmé celle qui, depuis des années, préside aux destinées de ce syndicat qui lutte au quotidien pour l’éducation et le bien-être des commerçants du Wouri.

«Nous ne disons pas qu’ils n’ont pas le droit de revendiquer quoi que ce soit. Nous disons tout simplement que les commerçants veulent la paix. Car comme dit l’adage, un vendeur d’œuf n’a pas besoin de lutter. Nous sommes d’ailleurs surpris qu’ils se soient regroupés avec une telle promptitude. Ce qu’ils auraient pu faire avant le scrutin et présenter un candidat unique», a déclaré un commerçant.

Depuis quelques jours en effet des appels invitant les populations à adhérer au mot d’ordre lancé par certains leaders de l’opposition, y compris des tracts, fusent de partout à Douala. Cet appel des commerçants du Wouri arrive après celui  des présidents des centrales syndicales du  Cameroun qui,  regroupés à Douala, ont commis une déclaration appelant les travailleurs en particulier et les Camerounais en général à barrer toutes les voies internes ou externes conduisant à l’implosion du pays.

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE