26/10/2011 01:19:37
Coup de théâtre à Yaoundé: Fru Ndi d'accord avec Biya pour la paix
Le leader du SDF  jette l'éponge et appelle les camerounais « à préserver la paix»
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Le leader du Front social démocrate a donné hier, 25 octobre 2011 à Yaoundé, la position de son parti sur l’élection du 9 octobre. Il prend acte des résultats et appelle les Camerounais à préserver la paix, à travailler en vue du développement du pays et l’avènement d’un système électoral plus équitable.

Ni John Fru Ndi

«Il en résulte que la mascarade du 9 octobre dernier qui a été constatée par les principaux partis qui y ont pris part la société civile ainsi que la communauté internationale dont nos principaux partenaires à l’étranger  ne peut aboutir qu’à plonger notre pays dans un précipice incommensurable. Nous devons inverser cette tendance afin de faire triompher la justice et préserver notre cohésion sociale, ainsi que la paix. » Déclaration dont Le Messager a pris connaissance quelques minutes après la sortie médiatique de Paul Biya, candidat réélu du Rdpc à l’élection présidentielle du 9 octobre dernier. Une déclaration du chairman du Social democratic front (Sdf) qui apporte des éléments de réponse à la question du Messager d’avant-hier lundi à savoir si  Fru Ndi roule pour Paul Biya (LM n°3457, p. 3).

Ni John Fru Ndi affirme que «Le Sdf prend acte de la proclamation par la Cour constitutionnelle des résultats des élections du 9 octobre 2011 en faveur de M. Biya.» Aussi, le chef de file du Sdf précise que, «les zélateurs fascistes du régime ont cyniquement utilisé la Déclaration de Yaoundé signée par sept candidats aux élections d’octobre 2011 pour créer la psychose et surtout semer la confusion dans la compréhension de nos intentions et de notre positionnement républicain. La Déclaration de Yaoundé faite en toute légalité et légitimité dans l’intention de faire prévaloir la justice exigeait de M. Biya  l’annulation de l’élection présidentielle. En cas d’autisme et de refus, elle invitait les Camerounais à manifester pacifiquement. Ce qui est un droit fondamental reconnu par la Constitution de notre République.»

Des raisons pour le candidat du Sdf à l’élection présidentielle du 9 octobre dernier d’inviter tous les Camerounais, «y compris le candidat proclamé, à s’investir pour que notre pays mette en place des règles équitables pour l’organisation des élections libres et transparentes afin de lui épargner d’autres mascarades qui contribuent considérablement à jeter le discrédit et la honte sur notre pays.»

La sortie de Ni John Fru Ndi intervient au plus fort d’une psychose entretenue autour d’une éventuelle déstabilisation du pays par les acteurs sociopolitiques nationaux sous des couverts divers. On le comprend, l’homme ne veut pas porter la responsabilité d’une insurrection. Sur ce point, le message de Fru Ndi rejoint celui de Paul Biya : acceptation de la proclamation de Paul Biya comme président élu, nécessité d’œuvrer pour le maintien de la paix, réunion des forces pour développer le pays. Sa seule singularité réside dans la dénonciation des irrégularités ayant marqué le scrutin et l’appel à une amélioration du système électoral. Mais doit-on prendre cela pour argent comptant? Un tel message peut-il viser à endormir le pouvoir pour laisser se former le lit d’une révolte populaire?

Joseph Olinga

NB: Le chapeau est de la rédaction de cameroonvoice

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE