31/10/2011 03:32:08
Querelle avec le Rdpc: Le Sdf censuré aux obsèques de Virginie Djemo
Au moment de conduire à sa dernière demeure cette femme tuée à proximité d’un bureau de vote, les deux principaux partis politiques du Cameroun ont continué à disputer son militantisme.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Au moment de conduire à sa dernière demeure cette femme tuée à proximité d’un bureau de vote, les deux principaux partis politiques du Cameroun ont continué à disputer son militantisme.
 

Désigné représentant personnel du chairman Ni John Fru Ndi aux obsèques de Virginie Djemo à Bandjoun, Paul Tchatchouang, ancien vice-président de l’Assemblée nationale et coordonnateur départemental du Front social démocrate (Sdf en anglais) dans le Koung-Khi, n’a pas prononcé son témoignage. Alors que son parti a mobilisé un bon nombre de militants pour venir rendre un dernier hommage à Virginie Djemo, inhumée au quartier Keng à Bandjoun le samedi 29 octobre dernier. Militant du Sdf, Jean Pierre Takoguem, époux de la défunte, était carrément absent du lieu des obsèques. Une absence qui aurait été dictée par ses filles qui, depuis le décès de Virginie Djemo le 9 octobre dernier affirment, sans ambages, que Virginie Djemo militait dans les rangs du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc).

Une option autant prononcée que Jacques Obaté, préfet du département du Koung-Khi était là pour veiller aux grains en cas de « trouble à l’ordre public ».Au-delà d’avoir mobilisé ses militants au même titre que le Sdf, le parti de Paul Biya a eu droit à la parole au cours des témoignages. Albert Kouinché, président de la section Rdpc du Koung-Khi a ainsi renouvelé l’appel au calme et à la paix lancé par Paul Biya dans son adresse à la nation mardi 25 octobre courant. Il a déploré les circonstances tragiques de la disparition de Virginie Djemo. Jacqueline Teta, présidente de la section de l’Organisation des femmes du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Ofrdpc) dans le Koung-Khi et Calvin Foading, député Rdpc et membre du bureau de l’Assemblée nationale se trouvaient dans l’espace réservé aux têtes fortes de la délégation du parti des flammes. Docteur Michel Noubissi, producteur du feuilleton « Du cochon vampire à la paix » dans lequel jouait Virginie Djemo, a salué «les grandes dimensions artistiques» de la défunte. Et surtout son implication pour le développement de Keng.
 
Crime politique ou passionnel ?

En rappel, Virginie Djemo a été tuée le 9 octobre dernier suite à une dispute au terme des opérations électorales au bureau de vote de Keng dans l’arrondissement de Poumegne à Bandjoun. Son présumé bourreau, connu par les populations de Keng comme Nestor Waffo s’appellerait aussi Nestor Chamba. Jusqu’à présent, les enquêtes se poursuivent au niveau de la compagnie de gendarmerie du Koung-Khi à Bandjoun. Selon des sources proches du dossier, la thèse de l’ « assassinat politique est de plus en plus écartée ». Pour les habitants de ce quartier de Bandjoun, Virginie Djemo affichait entre autres une activité exubérante lors des séquences d’animation culturelle à Keng.

Une tendance qui aurait pu faciliter la création d’un précédent avec son présumé bourreau. Une personne à la faveur de qui témoignent certaines populations de Keng. Pour eux, le présumé assassin était en voie de reconversion et s’occupait de la sécurité du quartier. Ce serait notamment dans le cadre de cette mission qu’il s’est décidé de ramener à l’ordre Virginie Djemo, accusé à tort ou à raison d’avoir forcé un peu sur la bouteille le jour fatidique. Reste que pour l’instant, seule l’arrestation de Nestor Waffo et ses dépositions pourraient permettre aux enquêteurs d’avancer dans leurs recherches et contribuer à la manifestation de la vérité dans le cadre de cette affaire dont la dimension politique ne cesse de cristalliser les attentions.

Guy Modeste DZUDIE

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE