31/10/2011 04:05:07
Ah, ces dysfonctionnements innocents!
Dysfonctionnements…   D’année en années, d’élection en élections, ils sont là ! Ils font partie constitutionnelle et consubstantielle du processus électoral chez nous. Il n’y a pas élection, il n’y a pas fonctionnement sans… dysfonctionnement. C’est clair. Une fatalité, en somme. Une fatalité innocente, non susceptible – ah, ça, jamais ! – d’empêcher les  réélections inéluctables d’un président-fondateur promis à  la perpétuité.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Dysfonctionnements…   D’année en années, d’élection en élections, ils sont là ! Ils font partie constitutionnelle et consubstantielle du processus électoral chez nous. Il n’y a pas élection, il n’y a pas fonctionnement sans… dysfonctionnement. C’est clair. Une fatalité, en somme. Une fatalité innocente, non susceptible – ah, ça, jamais ! – d’empêcher les  réélections inéluctables d’un président-fondateur promis à  la perpétuité.

*       Trois morts RDPC, de vieux morts, peuvent  voter  chacun  trois fois, après une merveilleuse révision des listes. Ça ne fait que 9 votes favorables. Dysfonctionnements, pas plus !

      Des citoyens vivants et volontaires  peuvent  s’inscrire et  ne retrouver ni leur carte d’électeur ni leur bureau de vote ; alors que d’autres, rémunérés, reçoivent  deux, trois, quatre  ou davantage de cartes, sans s’être inscrits nulle part, et voter autant de fois, dans le même bureau  ou dans plusieurs. Dysfonctionnements. Légers dysfonctionnements.

*       L’encre est délébile partout, tout de suite, et  tout le monde peut le faire constater au président du bureau de vote. Pas de problème ! Sinon, comment voterait-on plusieurs fois pour justifier le dysfonctionnement ?

*       Les bureaux de vote sans scrutateurs et parfois même sans président ELECAM ? Petite affaire ça ! Léger dysfonctionnement, ou, si vous préférez, irrégularité sans conséquence…

*       Les électeurs peuvent sortir de l’isoloir avec 22 bulletins « opposants » à vendre aux fans du « Choix du peuple ». Et alors ? Les sauveteurs électoraux n’ont-ils pas le droit  d’exercer et de vivre eux aussi ? Dysfonctionnement, il faut en profiter, les gars !

*       Les autres partis, tolérés à Yaoundé, Douala et Bafoussam, sont, par intimidations, corruption, tribalisme et voies de fait, interdits d’implantation, de meetings et de campagne électorale dans le « pays organisateur ». Petits malentendus. Dysfonctionnements. Rien de grave ! De toute façon, la cause est déjà entendue là-bas. A quoi bon y aller ?

*       Les candidats non intitulés RDPC peuvent recevoir une partie de leur subvention étatique de campagne la veille du scrutin, et l’autre après. Y a quoi ? Les difficultés de trésorerie par temps de crise financière internationale, vous savez ! Dysfonctionnement, et pas mauvaise volonté, on vous dit !

*       Les observateurs nationaux et internationaux sont parcimonieusement accrédités par le Ministère de la préfectorale, agent électoral impénitent du candidat RDPC, apparemment dessaisi de la gestion des élections. Dysfonctionnement  imperceptible, non susceptible de… ELECAM, si jeune, si frêle, ne peut quand même pas tout faire, voyons !

*       Le président-candidat-président peut dérouler  sa campagne électorale/ visite officielle avec frais de mission aux frais de l’Etat, pour les "forces de sécurité" et une centaine d’accompagnateurs/militants. Chuuut ! Irrégularités et dysfonctionnements mineurs…

*       La CRTV, tous les médias d’Etat et les médias privés intimidés ou corrompus peuvent couvrir en direct, en toute  partialité et en intégralité le congrès-campagne du RDPC et de son candidat, en accordant seulement des spots tendancieux aux autres. Ils n’y a pas chat à fouetter. Dysfonctionnements et simples irrégularités, d’ailleurs ignorées et  vite pardonnées par le MINCOM et autres CNC, censeurs patentés et vigilants.

*       Autre dysfonctionnement, dicté, celui-là, par la loi : l’interdiction de publier toute tendance, y compris les faits et chiffres réels sortis des procès-verbaux des dépouillements. Cela s’appelle ordinairement censure, entrave au professionnalisme, bâillonnement de la presse. Mais non ! Il faut laisser aux gens le temps des tripatouillages, pour éviter tout dérapage incongru.

*       Tous les fonctionnaires et agents publics et parapublics vident les services et vont en campagne RDPC avec armes, engins et finances, leur "devoir de réserve » n’étant réservé qu’aux autres candidats. On ne scie pas la branche … vous savez ! Que deviendrait le directeur (général), le (sous)préfet, le gouverneur ou le chef traditionnel-auxiliaire-de-l’Administration, qui n’assurerait pas son "obligation de résultat" dans sa sphère de commandement ? Mais tout ça, c’est rien, rien qu’une petite irrégularité dans une démocratie avancée–apaisée sans foi ni loi ? Les vandales n’avaient qu’à nommer leur part de (sous)préfets !

*       ELECAM ? Ah, ELECAM ! Tous ces dysfonctionnements et irrégularités ne sont-ils pas dus à sa "jeunesse" ? Cette "jeunesse » elle-même  due – mais faut surtout  pas le dire ! - à un petit dysfonctionnement de la gouvernance par à-coups d’un vacancier qui n’a  eu ni le temps ni la volonté, en trente ans de règne et de revendications, de mettre en place un système électoral démocratique, et de fabriquer une structure de gestion indépendante, impartiale et compétente des élections.

Vous avez dit « jeunesse » ? Ils ont dit « dysfonctionnements » ? Quand on est bien–pensant, on peut allègrement se prévaloir de sa propre turpitude !...

Célestin LINGO

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE