25/07/2009 17:21:02
Arrestation d'un prof noir : Le mea culpa d'Obama
Le président américain, qui avait qualifié de «stupide » l'arrestation d'un professeur noir de Harvard, a reconnu qu'il avait usé de mots malheureux, et a invité à la Maison Blanche l'universitaire ainsi que le policier blanc à l'origine de l'interpellation.
Le Figaro
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

 

 

En s'invitant de façon inhabituelle au point presse quotidien de la Maison Blanche vendredi, Barack Obama a surpris tout le monde. Soucieux de calmer le jeu après la polémique suscitée par l'interpellation d'un professeur noir de Harvard et ses propres déclarations sur l'attitude des forces de l'ordre, le président américain est intervenu en personne en salle de presse pour faire son mea culpa. Sans toutefois présenter des excuses publiques, Barack Obama a reconnu sur la forme qu'il avait usé de mots «malheureux» en déclarant que la police avait agi de façon «stupide» en arrêtant Henry Louis Gates Jr. la semaine dernière. Le président américain a par ailleurs annoncé avoir téléphoné au professeur en question ainsi qu'au sergent Crowley à l'origine de l'interpellation, qu'il a invités pour «une bière à la Maison Blanche».

Barack Obama est en revanche resté ferme sur le fond. Estimant que le sergent James Crowley était un remarquable agent de police, le chef de la Maison Blanche a souligné qu'il continuait à penser que le policier blanc et l'universitaire noir avaient réagi de façon excessive lors de l'incident. Et Barack Obama - habituellement prudent sur la question raciale - d'affirmer qu'il ne regrettait pas de s'être exprimé sur le sujet, manifestant l'espoir que l'affaire constitue un moment riche d'enseignement aux Etats-Unis.

L'affaire, qui a suscité une vive polémique aux Etats-Unis après la prise de position du chef de l'Etat, avait débuté la semaine dernière, lorsque le sergent James Crowley s'était rendu au domicile de Henry Louis Gates Jr. à la suite de l'appel d'une voisine, qui affirmait avoir vu «deux Noirs avec des sacs à dos» tentant d'entrer par effraction. Il s'agissait en réalité d'Henry Louis Gates Jr., de retour d'un voyage à l'étranger, accompagné d'un ami, qui essayaient de forcer la porte d'entrée, restée coincée.

A l'arrivée du policier blanc, Henry Louis Gates Jr. était à l'intérieur de la maison. Et malgré des papiers attestant qu'il était bien le propriétaire, le ton était alors monté entre les deux hommes, provoquant l'interpellation de l'universitaire d'Harvard. «Cet incident est le signe que «la race reste un facteur important de notre société, avait estimé quelques jours plus tard Barack Obama lors d'une conférence de presse. La police a agi de façon stupide.» Des propos qui ont provoqué une vive polémique cette semaine dans les médias américains, et profondément «déçu» le policier incriminé.

Bastien Hugues

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE