04/11/2011 04:34:05
RDC : Polémique sur «l'avion» de Tshisekedi
Les autorités congolaises ont-elles interdit le candidat à la présidentielle, Etienne Tshisekedi d'atterrir sur l'aéroport de Kisangani, dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) ? L'aviation civile dément s'être opposée à l'atterrissage de l'avion du leader de l'UDPS, alors que le secrétaire général du parti dénonçait des « tracasseries administratives». Difficile d'y voir clair...
afrikarabia
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les autorités congolaises ont-elles interdit le candidat à la présidentielle, Etienne Tshisekedi d'atterrir sur l'aéroport de Kisangani, dans l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) ? L'aviation civile dément s'être opposée à l'atterrissage de l'avion du leader de l'UDPS, alors que le secrétaire général du parti dénonçait des "tracasseries administratives". Difficile d'y voir clair

Mercredi, le patron de l'UDPS et candidat à l'élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC) devait arriver à Kisangani pour entamer une longue tournée électorale dans l'Est du pays. Mais l'avion d'Etienne Tshisekedi n'est jamais arrivé à Kisangani. Dans la journée, le secrétaire général de l'UDPS s'est fendu d'un communiqué dénonçant l'interdiction de l'aviation civile congolaise (AAC). Pour Jacquemain Shabani, l'aéroport de Kisangani a "empêché" l'atterrissage de l'avion du "sphinx de Limete" en provenance d'Afrique du Sud.

Problème d'autorisation ? L'UDPS affirme ne pas comprendre, puisque la compagnie sud-africaine est "habituée à atterrir en RDC". Aujourd'hui, est tombée la version officielle de l'aviation civile congolaise (AAC), qui est formelle : "il n'y avait pas de demande de l'UDPS d'autorisation d'atterrissage en RDC". Qui dit vrai ? Jacquemain Shabani a accusé le chef de l'Etat, Joseph Kabila, de vouloir "décourager ses adversaires". Il faut dire que la tournée électorale du leader de l'opposition démarrait en plein fief "kabbaliste".

Bilan de l'incident : Tshisekedi est toujours cloué en Afrique du Sud et l'UDPS n'a toujours signé le code de bonne conduite électorale qu'elle devait ratifier aujourd'hui. L'UDPS conditionne toujours la signature du document à la libération des 17 militants du parti arrêtés et gardés au Centre pénitentiaire de rééducation de Kinshasa... et maintenant à la venue de leur président national à Kisangani pour démarrer sa campagne.

Christophe RIGAUD

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE