04/11/2011 14:22:46
Anicet Ekanč veut entrer au gouvernement
« Nous ne refuserons pas une proposition nous appelant à entrer au gouvernement ». Ce sont les propos d’Anicet Ekanè, candidat du Mouvement africain pour la Nouvelle Indépendance et la Démocratie (Manidem) scrutin du 9 octobre 2011.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

« Nous ne refuserons pas une proposition nous appelant à entrer au gouvernement ». Ce sont les propos d’Anicet Ekanè, candidat du Mouvement africain pour la Nouvelle Indépendance et la Démocratie (Manidem) scrutin du 9 octobre 2011.

Cette position n’est pas nouvelle en soi, comme il dit. On sait que plusieurs leaders de l’opposition attendent cette ouverture gouvernementale promise par Paul Biya pendant le troisième congrès ordinaire du Rassemblement démocratique du peuple camerounais. Pour faire partie du gouvernement, Ekanè pose cependant comme condition : « nous voulons une gestion plus consensuelle du pays et une refonte du système actuelle ».

Analysant le discours de Paul Biya pendant sa prestation de serment, le « chasseur du sorcier d’Etoudi » qui n’a pas jugé « utile et nécessaire » la protestation avortée de Jean Jacques Ekindi à la Salle des Fêtes d’Akwa hier jeudi 3 novembre 2011 argue qu’« il a reconnu que la situation sociale au Cameroun n’est pas très bonne et que les conditions de vie des populations des zones périphériques étaient très mauvaises. Il  faut une inflexion ».

S’agissant de la présence d’aucun chef d’Etat à la cérémonie d’investiture, Anicet Ekanè pense « que les problèmes de notre pays ne peuvent être résolus que par les Camerounais eux-mêmes. Il ne faut pas accorder trop d’importance à l’absence de la communauté internationale ». Il se dit d’ailleurs persuadé que ces relations vont se normaliser très vite. Et de conclure : « le discours était triomphaliste, peut-être qu’avec l’âge, arrive la sagesse ».

Valgadine Tonga


Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE