27/07/2009 14:22:05
Présidentielle en Guinée-Bissau: participation entre 55 et 60%, poursuite du décompte
BISSAU — Le taux de participation au second tour de l'élection présidentielle organisé dimanche en Guinée-Bissau varie entre "55 et 60%", a déclaré lundi à l'AFP le chef de la mission des observateurs de l'Union européenne (UE) alors que le dépouillement se poursuivait dans le calme.
AFP
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

"Le taux de participation varie entre 55 et 60% selon les régions. Ce sera très proche du premier tour" du 28 juin, où le taux de participation était de 60%, a déclaré Johan Van Hecke.

Il s'agit d'une estimation "basée sur les résultats de plus de 100 bureaux de vote" visités par les 21 observateurs de l'UE, sur près de 150 observateurs internationaux, et dont les résultats sont parvenus entre dimanche soir et lundi.

Selon lui, la participation est variable selon les régions. "Elle est plus élevée à Bissau que dans d'autres régions. Par exemple, elle a été basse à Biombo (région d'origine, dans l'ouest, du président Joao Bernardo Vieira, assassiné en mars) et dans les îles".

Dans le même temps, le décompte des voix se poursuivait lundi dans le calme, au lendemain de l'élection présidentielle opposant les deux ex-chefs d'Etat Malam Bacaï Sanha et Kumba Yala.

"Nous attendons les résultats des différentes régions. Les commissions régionales (électorales) travaillent d'abord (sur les résultats) avant de les fournir à la Commission nationale électorale (CNE)", a déclaré à l'AFP le porte-parole de la CNE, Orlando Viegas.

"Nous espérons dans la journée avoir tous les résultats" des neufs régions y compris ceux des îles d'accès difficile, a ajouté M. Viegas.

Ce scrutin anticipé oppose le candidat du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), Malam Bacaï Sanha, à l'opposant et dirigeant du Parti de la rénovation sociale (PRS), Kumba Yala.

Ces deux candidats étaient arrivés en tête au premier tour organisé le 28 juin avec respectivement 39,59% et 29,42% des suffrages.

Leurs directions politiques n'ont voulu lundi donner aucun résultat chiffré.

"Nous attendons comme tout le monde les résultats des bureaux de vote. Nous ne pouvons pour le moment rien dire parce que seule la CNE est habilitée à publier les résultats", a déclaré à la presse un membre de la direction de campagne de M. Yala, Gaspar Fernandes.

"Nous attendons. Nous sommes en train de rassembler les résultats au niveau national. Nous attendons que la CNE se prononce officiellement", a dit de son côté Rui De Araugo Gomes, directeur du département des relations du PAIGC.

Une animation fébrile régnait lundi aux sièges du PAIGC, dans le centre-ville, et du PRS, sur la route de l'aéroport international de Bissau.

Quelques personnes y étaient rassemblées dans l'attente des résultats.

A Bissau, où aucun déploiement de forces de sécurité n'était observé lundi, la vie avait repris son cours normal, après l'arrêt de nombreuses activités, commerciales notamment, pour la présidentielle de dimanche.

"Nous pensons que les résultats officiels seront publiés mercredi", a confié à des journalistes un responsable de la CNE.

Dimanche en milieu de journée, le chef d'Etat-major de l'armée, le général Zamora Induta, avait demandé aux deux candidats de "recourir aux instances judiciaires en cas de contestation (électorale) pour éviter de créer des perturbations".

"Nous n'accepterons pas que l'ordre public, la stabilité et la paix interne soient remis en cause", avait insisté le général Induta. L'armée est très influente en Guinée-Bissau, un pays aux périodes post-électorales généralement troublées.

L'envoyé spécial de l'Union africaine (UA) en Guinée-Bissau, Joao Miranda, avait également lancé dimanche un appel "au calme et à l'esprit de fair-play", notamment après les opérations de vote.

Malick Rokhy BA

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE