15/11/2011 01:26:29
Cameroun: La réélection de Biya étouffe son « anniversaire » à Akonolinga
La base du Nyong et Mfoumou, au lieu de s’appesantir sur le 29e anniversaire de l’accession de Paul Biya au pouvoir, a plutôt passé son temps à s’auto glorifier sur le bon score enregistré lors de la présidentielle du 9 octobre dernier. Ce que le ministre Robert Nkili, délégué du comité central du Rdpc n’a pas apprécié. 
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

La base du Nyong et Mfoumou, au lieu de s’appesantir sur le 29e anniversaire de l’accession de Paul Biya au pouvoir, a plutôt passé son temps à s’auto glorifier sur le bon score enregistré lors de la présidentielle du 9 octobre dernier. Ce que le ministre Robert Nkili, délégué du comité central du Rdpc n’a pas apprécié. 

1. Auto satisfaction de tout un département

6 novembre 2011. Il y a exactement 29 ans, Paul Biya accédait à la magistrature suprême du pays, en remplaçant Ahmadou Ahidjo, démissionnaire. C’est un évènement exceptionnel pour les militants et sympathisants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc). En ce dimanche de novembre, le parti fête en grandes pompes « l’anniversaire » de son champion à travers le pays. A Akonolinga, cette célébration a commencé la veille par un méga concert organisé par jean Claude Bekolo, Pdg de la Socaepe. Avec des artistes comme Longuè Longuè, Lady Ponce, Ama Pierrot ou encore X-Maléya. Si les populations ont apprécié cette entrée en matière, les militants du parti des flammes dans le Nyong et Mfoumou vont essuyer une véritable douche froide lors du meeting organisé dans l’après-midi du dimanche.

Tout commence aux environs de 16 heures par une série de discours des différents responsables du parti à la base. Et c’est l’allocution du maire qui donne le ton. Dr. Ekodo Roger s’appesantit longuement sur la victoire de Paul Biya à l’élection présidentielle du 9 octobre dernier, au lieu de parler des 29 ans de pouvoir du président de la République. Pour lui, il faut rendre un « hommage mérité au département pour le vote historique » en faveur du candidat du Rdpc. Un vote qui a tutoyé les 100% « grâce à une organisation exceptionnelle qui a démontré la maturité du Nyong et Mfoumou ». Ici, Paul Biya a remporté par 97,52% des suffrages valablement exprimés. C’est la 2e meilleure performance par département, après le Dja et Lobo, d’où le président du Rdpc est originaire. Et le maire d’inviter tous à « resserrer davantage les rangs (…), de réaffirmer leur foi en Paul Biya pour les prochaines années de manière à gagner les batailles qui se présenteront ».

Pour un mot de bienvenue à la délégation du comité central du Rdpc, le premier magistrat de la commune d’Akonolinga balise, pour ainsi dire, le chemin à emprunter par les autres discoureurs. M. Metogo Nang, président de la sous-section Rdpc d’Akonolinga Sud, suit aussitôt, quoique plus modestement. Après avoir rappelé que « Dieu a fait coïncider cet anniversaire avec la fête de la Tabaski, et en plus un jour qui lui est spirituellement consacré dans la Bible », il apprécie le fait que le Très Haut ait redonné au Cameroun le président qu’il lui faut. « Le président qui rassure, le sage, l’homme de la paix », claironne-t-il avec emphase. Quelques minutes plus tard, les jeunes du Rdpc suivent la même voie, à travers le président de la sous-section Ojrdpc d’Akonolinga Sud. Charly Junior Messi Belinga explique comment la jeunesse du département est comblée « d’avoir plébiscité le président ».

2. Litanie de félicitations 

Après les jeunes, viennent les femmes avec, comme à l’accoutumée des chants dithyrambiques distillés par des décibels à vous casser le tympan. Marie Louise Ondoua, entourée d’autres « militantes engagées », remercie « les élites dynamiques du département grâce à qui un bon score a été réalisé. Le résultat ayant dépassé toutes les attentes ». Cette présidente de sous-section Ofrdpc rappelle toutefois le rôle important joué par les femmes dans le plébiscite de Paul Biya dans le Nyong et Mfoumou. Et si les militants de la base n’ont pas encore reçu de manière formelle des félicitations pour leur mobilisation massive, cela semble imminent. C’est du moins les assurances de Gabriel Bienvenue Aya, président de la commission communale de la campagne d’inscription sur les listes électorales engagée par le Rdpc plusieurs mois avant le scrutin présidentiel. « Nous nous apprêtons à aller dire merci aux militants du Rdpc », assure-t-il. Mais déjà, il est prescrit à ces militants de se réjouir  et de se féliciter de cette « éclatante victoire ». Le député Paul Georges Akamba Sembe leur demande en effet de dire « vive nous-mêmes ! » pour le travail accompli. Il sera par contre l’un des rares causants à parler véritablement de l’anniversaire de l’accession au pouvoir de Paul Biya. Un anniversaire particulier, selon l’élu du peuple, qui implique la responsabilité de chacun et de tous.

Puis, vient Boniface Ngoa Nkou, directeur général de la Société immobilière du Cameroun (Sic). Il s’exprime avant le ministre du Travail et de la sécurité sociale, Robert Nkili. Malheureusement, il plonge lui aussi dans la soupe de la célébration…de la victoire. « La hiérarchie du parti vous remercie grandement pour ce que vous avez fait. Nous avons eu plus de 97% alors que nous sommes dans un département cosmopolite où les divergences de points de vue politiques sont nombreuses », se réjouit ce membre du comité central du Rdpc. Bernard Abada Abada, président de la section Rdpc d’Akonolinga sud, se lancera lui aussi dans une litanie de remerciements à l’endroit de tous ceux qui ont participé à la victoire de Paul Biya. Durant dix bonnes minutes, tout y passe : élites, autorités administratives, chefs traditionnels, hommes d’église, opérateurs économiques, etc. Bref, tous ceux qui ont activement participé à la victoire dans le département du Nyong et Mfoumou. Et nous résumons une grande partie des catégories sociales concernées par ces remerciements. Surtout que l’homme avait dans un premier temps remercié le président du parti pour avoir répondu « oui » à « l’appel de son peuple ».

3. Le sermon de Robert Nkili

On commençait à se lasser quelque peu de tous ces messages de satisfaction et d’autoglorification sur la réélection de Paul Biya à la magistrature suprême du Cameroun. C’est alors que Robert Nkili, délégué du comité central du Rdpc pour le département du Nyong et Mfoumou prend la parole. Pour, to de go, raviver les mémoires des uns et des autres que « nous sommes ici pour nous rappeler que depuis 29 ans, notre président est au pouvoir ». L’emphase est suffisamment bien dosée pour que tout d’un coup, certains se mordent les doigts de n’y avoir pas vraiment fait allusion. Surtout lorsque le ministre du Travail et de la sécurité sociale (Mintss) exige : « Et je voudrais qu’on s’arrête à cela. Nous ne sommes pas là pour fêter la victoire ». Selon lui, c’est plutôt le moment de se rappeler ce que le président a apporté au Cameroun en 29 ans de magistrature suprême. Et Monsieur le ministre de se lancer dans un bilan qu’il juge « très positif ».

D’abord, c’est la chanson des chantres du Rdpc : la paix. « Le président nous a apporté la paix. Et à ce titre, nous sommes un pays très respecté à l’international grâce à cette paix », clame Robert Nkili. Et sur le plan du développement, le Cameroun est déjà un pays émergent, d’après lui. « Toutes les actions posées par notre président permettent de développer notre pays », souligne Robert Nkili. Qui estime que le recrutement spécial de 25 000 jeunes diplômés dans la fonction publique est une preuve de prospérité. « Et durant les sept prochaines années, le département du Nyong et Mfoumou fera un bon en avant en ce qui concerne le développement. Avec la construction des routes, l’énergie et l’eau potable accessibles à tous, plus de centres de santé, etc. » Une occasion de jouir de la croissance économique. Par ailleurs, il demande à certaines élites à l’instar de Jean Claude Bekolo et Boniface Ngoa Nkou de « revenir au village pour investir. C’est comme cela que l’on apportera le développement dans le département ». En tout cas, la majorité des « Akonolinga » espèrent que cette prescription sera suivie.

Alain NOAH AWANA

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE