15/11/2011 02:02:35
Rebelote. Parfum de boycott dans la tanière.
Parfum de boycott dans la tanière. Attendus hier lundi 14 novembre à Alger pour affronter les Fennecs en amical, au stade du 05 Juillet ce jour, les Lions indomptables se seraient finalement désistés. A l’origine de la crise, le flou entretenu par les responsables de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) et du ministère des sports et de l’Education physique (Minsep) autour des clauses du tournoi LG Cup.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Parfum de boycott dans la tanière. Attendus hier lundi 14 novembre à Alger pour affronter les Fennecs en amical, au stade du 05 Juillet ce jour, les Lions indomptables se seraient finalement désistés. A l’origine de la crise, le flou entretenu par les responsables de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) et du ministère des sports et de l’Education physique (Minsep) autour des clauses du tournoi LG Cup. 

Du brouillard sous le ciel de Marrakech. La tanière est de nouveau en ébullition.  La paix et la sérénité qu’on célébrait déjà en grande pompe au sein de l’équipe nationale fanion n’était visiblement qu’une vue de l’esprit. Elles n’auraient duré que le temps d’un battement de cils. La preuve, annoncé à grands renforts de publicité, l’arrivée de Samuel Eto’o et ses coéquipiers sur le sol algérien pourrait finalement être un bide. En cause : une rocambolesque histoire de primes. A en croire nos confrères du site camfoot, les poulains de Denis Lavagne, après leur sacre à la LG Cup 2011 dimanche dernier à Marrakech, devaient s’envoler hier lundi pour Alger où ils y sont attendus pour affronter les Fennecs ce jour.

Malheureusement, jusqu’au moment où nous mettions sous presse, ceux-ci étaient encore cloués à l’hôtel Palmeraie Golf Palace de Marrakech. Seul le capitaine Samuel Eto’o avait quitté le groupe à bord de son jet privé en direction de Moscou. Pour quelle raison ? Courroucés pour n’avoir pas perçu leurs primes de participation à cette compétition, tous ont annoncé au soir de leur victoire sur le Maroc (3-1) qu’ils ne se rendraient pas de l’autre côté de la frontière.

En effet, « les joueurs estiment que ni la Fécafoot, encore moins le Minsep ne leur a tenu le langage de la vérité avant le tournoi. On les a laissé jouer comme des bêtes de somme sans leur signifier à l’avance qu’aucun franc ne leur était réservé pour leur participation à cette compétition. Se sentant donc pris au piège et trahis, ils ont décidé de manifester leur ras le bol en boycottant le match amical si rien n’est fait pour que leur situation revienne à la normale», commente l’une de nos sources proche des Lions.  Informés de la situation, les responsables de la Fécafoot et du Minsep (membres de la délégation officielle ayant quitté le Cameroun pour le Maroc), ont tenté de désamorcer la bombe. En vain.

Puisque plusieurs joueurs cadres, notamment Alexandre Song, Jean II Makoun, Carlos Idriss Kameni, Eyong Enoh et Guy Roland Ndy Assembé, convoqués par les dirigeants pour aplanir le différend ont catégoriquement refusé de quitter le sol marocain s’ils ne percevaient pas leurs dûs.

500 000 Fcfa au lieu de 1000 000 Fcfa

Camfoot nous apprend même qu’incapables de convaincre les joueurs d’aller disputer ce match amical en Algérie sans percevoir leurs primes, « les responsables de la fédération camerounaise de football auraient, à un moment donné, pensé à utiliser la méthode forte. Ils auraient pris la résolution de suspendre les cadres ». Mais Denis Lavagne, se serait farouchement opposé à cette décision. Le technicien français, apprend-t-on, aurait prétexté qu’en prenant une telle décision, la fédération allait casser la dynamique du groupe. Pour lui, « il s’agit d’une affaire de groupe et plutôt que de cadres. Pendant ce temps, les responsables de l’hôtel de Marrakech demandaient à être payés et aux joueurs de quitter leurs chambres... », rapporte camfoot.

Dans la foulée, Tombi A Roko Sidiki, secrétaire général de la Fécafoot qui prenait part à la réunion de crise avec les cadres de l’équipe nationale a quitté la salle, les nerfs à fleur de peau. Ce dernier « reproche au représentant du ministère des sports, Blaise Omgbwa, de chercher l’affrontement avec les joueurs plutôt que de trouver une solution au problème ». Le calme revenu, la réunion se serait poursuivie tard dans la nuit, mais sans véritable issue. Des 30 millions représentant le chèque attribué au vainqueur de la Lg Cup, soutient notre source, « chaque joueur a perçu 500 000 Fcfa pendant que la Fécafoot aurait empoché la rondelette somme de 150.000 dollars ».

Une injustice (de trop) que les joueurs n’ont pas voulu digérer. Ceux-ci réclament plutôt 1 000 000 Fcfa par joueur et exigent des responsables de la Fédération qu’ils leur disent ce qu’ils gagnent de cet autre match amical. Les Lions ne veulent donc pas jouer gratuitement face à l'Algérie ; ce qui n'est pas du goût de la Fécafoot qui ne veut non plus verser de prime. Une vraie cacophonie. C'est donc le statu-quo pour le moment, même si nos sources annonçaient qu’un communiqué des joueurs était attendu en fin de journée.

L’Algérie riposte

Pourtant côté Algérie, les Fennecs avaient déjà affûté leurs crocs pour bouffer du Lion. L’équipe nationale a repris dimanche matin les entraînements au stade du 5 Juillet pour préparer ce match choc dans l’enceinte olympique. Cette séance était réservée uniquement aux joueurs qui n’avaient pas participé au match contre la Tunisie, samedi. Ils ont effectué des exercices avec ballons et des étirements, sous la conduite du sélectionneur national, Vahid Halilhodzic. Aux dernières nouvelles, l’on apprend que l’avion qui a été affrété par la fédération algérienne de football (Faf) pour transporter la délégation camerounaise est reparti en Espagne après plus de cinq heures d’attente à l’aéroport international de Marrakech.

Selon des informations puisées à bonnes sources, le président de l’instance faîtière algérienne qui a discuté avec son homologue de la Fécafoot a dit être prêt à payer 30 000 dollars aux joueurs dès leur arrivée à Alger. Malgré cette promesse, soutient camfoot, les Lions sont restés de marbre. « Ils ont une fois de plus dit qu’ils ne bougent pas de l’hôtel s’ils ne reçoivent pas l’argent liquide ». Face à cet imbroglio, Mohamed Raouraoua, le président de la Faf menace de saisir la fédération internationale de football association (Fifa) pour, dit-il, « réparer le préjudice qu’il pourrait subir puisque la fédération algérienne a déjà engagé beaucoup de frais pour préparer le match ». Plus grave, plusieurs chaînes de télé avaient déjà acheté les droits de retransmission et le match se jouera à guichet fermé. Tout ça pour une vulgaire histoire de primes...

Christian TCHAPMI

 

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE