17/11/2011 04:16:32
Guiglo: Les Frci rackettent les planteurs d'hévéa
Les hévéaculteurs de la sous-préfecture de Nizahon, dans le département de Guiglo, vivent un véritable calvaire depuis l’avènement des Frci dans leurs différentes localités.
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les hévéaculteurs de la sous-préfecture de Nizahon, dans le département de Guiglo, vivent un véritable calvaire depuis l’avènement des Frci dans leurs différentes localités.

Ces planteurs ploient sous le racket des militaires tant sur les routes que quand ils interviennent dans les règlements des cas de vol. «Si vous mettez à la disposition du commandement des Frci de Nizahon un voleur d’hévéa, attendez-vous à creuser vous-même une tombe pour ce dernier », s’indigne un planteur qui a requis l’anonymat.

Récemment, des hévéaculteurs qui ont été victimes de vol ont vu leurs stocks restitués grâce à l’intervention des éléments des Frci qui tiennent la localité. En contrepartie, les planteurs qui étaient heureux de retrouver leurs productions seront contraints de verser un « droit » allant de 700.000 Fcfa à 1.000.000 Fcfa à leurs «bienfaiteurs » Frci. En pareille circonstance, témoigne une source au sein de la filière hévéa dans la région, les planteurs n’ont d’autre choix que de payer, auquel cas ils risquent de payer leurs productions.

En effet, il arrive que les Frci confisquent des stocks litigieux ou appartenant à des planteurs qui n’ont pas pu payer « les droits » qui leur ont été imposés. Les Frci, la kalachnikov au dos, s’approprient ainsi des stocks qu’ils vendent eux-mêmes et empochent l’argent. Les cas sont légions dans la région. Le phénomène est d’une ampleur telle que dans la sous-Préfecture de Nizahon, les Frci s’attribuent la propriété de quelques hectares d’exploitation d’hévéa. En huit mois de présence dans la zone, certains éléments des Frci revendiquent la propriété de 8 à 10 hectares d’hévéa. Les populations, désemparées, s’interrogent même sur la subite recrudescence du vol d’hévéa à Nizahon. De plus en plus, il revient dans les conversations qu’il existe un vrai deal entre Frci et les voleurs d’hévéa dans le Nizahon.

Coulibaly Zana

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE