02/12/2011 06:03:52
Africain, je te parle !
On ne te délivrera jamais un tapis rouge parce que tu es noir  et « Tiers-mondiste » selon leurs propres expressions.  Arrêtons de nous apitoyer sur la couleur de notre peau et  réfutons sans ambages l’idée selon laquelle  l’occident et ses alliés de guerres impérialistes nous doivent beaucoup...
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

On ne te délivrera jamais un tapis rouge parce que tu es noir  et « Tiers-mondiste » selon leurs propres expressions.  Arrêtons de nous apitoyer sur la couleur de notre peau et  réfutons sans ambages l’idée selon laquelle  l’occident et ses alliés de guerres impérialistes nous doivent beaucoup...

Puisons de l’expérience de la souffrance que nous avons subie,  de l’énergie que nous avons dépensée pour apprendre, développer, et faire émerger nos vraies valeurs. Promouvoir notre culture sera une arme pour retrouver la vraie origine Bantoue qui nous incarne. L’écrivain Richard Gatchoko dans son ouvrage : le rêve d’un démocrate africain : « Harmattan Mars 2010 » faisait déjà remarquer qu’ « aucune nation au monde ne s’est développée avec la culture et la tradition des autres…Tout développement technologique découle d’un attachement  culturelle et traditionnelle propres à un peuple ».

Partant de cette conception, il s’avère important, voire catégorique  de fonder   notre nouvelle identité à partir des entités culturelles et traditionnelles  qui caractérisent notre Monde.  Afin de  ressembler à ce qu’on est et non  à ce que les modernités occidentales veulent que nous soyons. C’est à nous et rien qu’à nous de lever la tête et  faire changer les choses car personne ne viendra faire de nous ce que nous voulons être. Je trouve incisif et âpre d’implorer tous les jours les mémoires de nos héros comme  Sankara, Moumie, Nyobe, Lumumba, etc … qui ont  combattu seuls et ont péri  pour une cause commune alors que nous sommes incapables de défendre les raisons de leur mort.  De lutter pour une forte idéologie, « une idéologique africaine et africaniste  » selon les terminologiques de Dongmo Africas.  Nous devons chers africain laver cet affront, cette humiliation.

Frères noirs , c’est en peuple intègre, humaniste, conquérant et surtout uni que nous pourrions mener un combat digne pour faire bouger la balance dans ce monde assombri de  désespoir, d’injustice, et de dévergondes. Ne soyons plus de simples soubordonnées ; ceux à qui on dit comment ils doivent se diriger et comment ils doivent s’éduquer. La modernité occidentale  nous vole notre culture, mais ce n’est pas la faute à celle-ci, c’est sans doute la faute à nous tous. Nous pouvons à partir de notre culture, développer un sens de modernité. Car tout ce qui est moderne découle des valeurs en cours dans l’Etat de société.  En innovant   notre identité culturelle, on retrouvera sans doute une modernité africaine. Un exemple reste de nos jours de belles tenues vestimentaires qui à bases de nos pagnes nous sont proposées par nos couturiers et couturières.

Il devient impératif pour nous africains de rechercher    notre histoire afin de connaitre et de devenir un des véritables  témoins de la nouvelle histoire de l’Afrique que nous réécrirons. Car mes frères notre histoire est douteuse; “la découverte de l’Afrique”.

Mes frères africains unifions nous et travaillons dur pour nous même rééduquons nos enfants sur l’Afrique et apprenons leur à aimer l’Afrique, parlons leur de nos belles végétions, des fruits naturels, de notre bonté, du sens de notre solidarité et  arrêtons de croire que nous sommes les peuples de ceux qui ne savent rien, des ignorants. Si les occidentaux et leurs alliés de guerres impérialistes ont pour véritable but la déstabilisation de l’Afrique ;   c’est aussi parce qu’ils sont conscients que notre unité et une liberté véritable changeront le monde et équilibreront les balances sur le marché commercial, politique, social, et humaniste. C’est sans doute parce qu’ils savent qu’un peuple uni est une solution, une clé divine pour l’accès au salon du concert des nations libres et développées. 

Chers Africains, il n’est nullement question de faire la guerre car elle ne nous aidera  pas à panser nos plaies  et de la traite d’esclave,  et de la colonisation, et de l’actuelle coopération. Elle ne   remplacera  non plus  ces 400 ans de persécutions qu’on a subies.  Le meilleur combat est celui de l’intellectualisme,  du  nationalisme et du patriotisme. Développons l’Afrique et assurons notre souveraineté.

Hugue Tchouta

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE