03/12/2011 02:04:56
Le vrai visage de Louis Moreno-Ocampo
Accusé de violences sexuelles et protégé par une sorte d'impunité...
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

En première ligne dans l’opération « envoyer Gbagbo à la CPI », le magistrat argentin Louis Moreno-Ocampo est un homme critiqué pour ses moeurs privées et pour sa soumission totale à des agendas de groupes d’influence au final moins soucieux par la justice que par leurs propres intérêts.

Qui est vraiment Louis Moreno-Ocampo, le procureur de la Cour pénale internationale qui a décidé d’ajouter la tête du président Laurent Gbagbo à son tableau de chasse avant son remplacement annoncé par la Gambienne Fatou Bensouda ? Un preux cavalier de la lutte contre l’impunité ? C’est en tout cas ainsi que le présentent de nombreux médias occidentaux. Mais le magistrat argentin, côté cour et côté jardin, est en réalité moins lisse que ce que ses thuriféraires laissent croire. Son profil est d’ailleurs plutôt inquiétant. Dans son livre «Menaces sur le Soudan et révélations sur le procureur Ocampo», le journaliste d’investigation Charles Onana met en lumière un certain nombre de casseroles d’un homme qui prétend incarner la justice. Nous l’avons lu pour vous.

Accusé de violences sexuelles et protégé par une sorte d'impunité

Avec effarement, les Ivoiriens ont entendu les médias internationaux répéter que le président Laurent Gbagbo était accusé de viols et de violences sexuelles, en tant que «coauteur indirect ». En gros, Louis Moreno-Ocampo l’accuse d’avoir mis en place un «plan» de répression dans le cadre duquel des abus sexuels ont été commis. Bien entendu, il n’aura pas à justifier cette terrible accusation lors d’un procès futur puisqu’il refilera son dossier parsemé de mines à son successeur.

Ce qui est piquant dans cette affaire est qu’Ocampo a lui-même été accusé d’avoir fait subir, au bas mot, du  harcèlement sexuel à une journaliste sud-africaine le 28 mars 2005. Il a été accusé à l’époque par Christian Palme, un journaliste qui travaillait alors comme analyste à la CPI. A l’époque, des enregistrements des mobiles de la CPI ont donné de la crédibilité à ces accusations. Au final, un panel de trois juges de la CPI déclare la plainte «non fondée». Mais le plus curieux est qu’ils veulent faire disparaître des preuves qu’ils considèrent pourtant comme nulles.

«Ce qui est plus intéressant est que les juges suggèrent [au plaignant, ndlr] «de rassembler et de remettre au président de la cour, pour destruction, toutes les copies de l’enregistrement sonore d’une conversation entre un de ses collègues et la prétendue victime, qu’il avait présenté comme élément de preuve à l’appui de sa plainte». Le moins que l’on puisse dire est que les moeurs et les pratiques de ceux qui sont censés lutter contre l’impunité internationale favorisent, de manière scandaleuse, leur propre impunité individuelle et collective !

Au final, l’homme qui, à la CPI, a osé s’attaquer au mythe Ocampo sera licencié sans préavis par Ocampo. Le Comité consultatif de discipline aura beau marteler, dans un rapport, que ce licenciement était «entaché d’un vice de procédure » et demander que la décision soit annulée, rien n’y fera. La CPI préfèrera payer des dommages et intérêts très importants pour licenciement abusif que de contrarier Ocampo. Au nom de quelle méga protection ? Mystère.

Sur le dossier Soudanais aussi, un procureur inféodé aux lobbies aux lobbies et écartant les vrais experts

L’Histoire retiendra que «l’enquête» d’Ocampo, qui a conclu à son mandat d’arrêt contre Gbagbo, a été d’une rapidité incroyable, durant moins de deux mois. Et qu’elle a marginalisé la Division des droits de l’Homme de l’ONUCI pour s’appuyer sur des ONG souvent fantoches, directement créées pour les besoins de la cause et téléguidées par le camp Ouattara, pourtant suspecté lui-même des pires crimes contre l’humanité.

Louis Moreno-Ocampo a utilisé le même type de méthodes pour lancer un mandat d’arrêt international contre le président soudanais Omar Al-Bashir, pour «génocide». La thèse du «génocide» visant «les Noirs du Darfour» a été largement développée par le gouvernement américain, des ONG créées pour les besoins de la cause comme «Save Darfur», «Urgence Darfour», richement financées par des intérêts puissants. Le problème est que la thèse du génocide n’a jamais été considérée comme sérieuse par les techniciens des droits de l’Homme. Une commission onusienne, qui dénonce les violations des droits de l’homme au Soudan, produit un long rapport détaillant de nombreux éléments «disqualifiant l’intention génocidaire» dont parle Ocampo.

Sa conclusion est claire : «La Commission conclut que le gouvernement soudanais n’a pas poursuivi une politique de génocide.» Par la suite, le juge italien Antonio Cassese, à la tête de cette Commission a dénoncé le «caractère spectaculaire et inutile du mandat d’arrêt» contre Al-Bashir. Qu’importe : la volonté du gouvernement américain a été  accomplie.

Quand les juges de la CPI disent non, pour se soumettre finalement à la volonté d'Ocampo

Sur le dossier ivoirien, des dissensions se sont exprimées très clairement sur la période de l’enquête et sur la méthode utilisée – qui visait très clairement à gagner du temps pour obtenir le résultat qui vient d’être obtenu. Au final, alors que les réserves de la juge Fernandez de Gurmendi sur l’approche de la Chambre préliminaire n’ont pas franchement été prises en compte, Ocampo a reçu ce qu’il attendait : un mandat d’arrêt contre le président Gbagbo et lui seul. Sur le Soudan, les choses se sont – assez curieusement – déroulées d’une manière similaire. Les juges de la CPI ont par deux fois rejeté la fameuse accusation de «génocide».

«Bien que son dossier judiciaire sur le génocide des «Noirs au Darfour» reste pauvre et fragile, le procureur Moreno-Ocampo va obtenir de façon spectaculaire et inattendue l’inclusion du «génocide» dans un second mandat d’arrêt contre le président soudanais», écrit Charles Onana dans son livre-enquête. Au final, on se pose une question : qui peut refuser quoi que ce soit à Ocampo, qui se sait intouchable et influent parce qu’il est le cheval de Troie, sur chacun de ses dossiers, d’intérêts politiques et géostratégiques puissants ?

En tout cas, un article paru le 24 septembre 2010 dans le quotidien américain Washington Times reprend les propos d’un ancien stagiaire au bureau d’Ocampo. «Concernant le principe d’impartialité et celui d’objectivité, ceux-ci se mesurent non seulement dans la capacité du bureau du procureur à respecter et à faire respecter le principe de la présomption d’innocence des personnes poursuivies et celle de résister à la pression de l’opinion publique, des médias, des victimes et même des ONG, mais aussi dans sa capacité de mener une instruction à décharge comme l’exige d’ailleurs le statut de la CPI. Dans la pratique du bureau du procureur en matière de respect de la présomption d’innocence, des réserves peuvent néanmoins être émises dans la mesure où les propos (…) que tiennent les membres du bureau du procureur devant les médias, lorsqu’ils présentent le déroulement d’une affaire, sont loin de respecter la présomption d’innocence».

Théophile Kouamouo

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE