03/12/2011 05:33:54
Bras de fer diplomatique entre Paul Biya et Obama qui gagnera?
Les vraies raisons d'un remaniement ministériel qui risque d'attendre l'approbation des grands partenaires du Cameroun...
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les vraies raisons d'un remaniement ministériel qui risque d'attendre l'approbation des grands partenaires du Cameroun...

Quand le temps finit par rattraper Paul BIYA. Un proverbe camerounais dit qu'on ne peut pas tromper son coiffeur car le cheveux repousseront toujours.

Quand les États-Unis refusent de se faire jouer une seconde fois par Paul Biya et mettent en branle un moyen de pression invisible mais difficile pour la légitimé du régime

Quand les pays du Commonwealth suivent à la lettre les recommandations américaines au lendemain de l'élection présidentielle du 9 octobre dernier au Cameroun.

On le savait que 2011 allait être une année de transition politique au Cameroun car selon Selon une analyse des membres du directoire de l’Union pour l’Alternance Démocratique au Cameroun (UPAD), Paul Biya avait demandé aux américains de l'aider à convaincre son opposition la plus radicale d'accepter de participer à l'élection présidentielle et il les assurait d’avoir pris toutes les dispositions et dégager les moyens nécessaires pour que « Elections Cameroon » fasse son travail dans toute la transparence et une totale impartialité. A la question qu’ils posent de savoir quelle garantie Paul Biya leur avait donné sur la transparence d’une élection organisée par une structure acquise à sa cause, les diplomates américains ont dû révéler qu’il y avait « une forte probabilité pour que M. Biya ne se porte pas candidat si les leaders de l’opposition lui garantissaient toute sa sécurité et tous ses droits d’après règne. »

La suite on le sait Paul Biya s’est représenté, a gagné les élections avec un fort poucentage de près de 80 % . Mais il faut retenir de cette élection aux dires des observateurs américains une élection marquée par les multiples irrégularités observées à tous les niveaux .

Presque deux mois après cette mascarade électorale aucun pays membre du Commonwealth n'a félicité Paul Biya. Geste diplomatique fort qui met en question la légitimité du régime.

Certains défenseurs du régime minimisent pourtant  la porté d'une lettre de félicitations dans les relations internationales chose curieuse sur le site de la présidence du Cameroun, une manipulation grave de l'information : En page d’accueil  Une photo du président Obama et Paul Biaya laisse insinuer une lettre de félicitation du président américain Barack Obama adressé à Paul Biya. Or il s’agit en raélité d’une lettre ouverte au monde entier à l'occasion de la fête de l'Aïd el-Kébir

On peut constater  que l'attente de la lettre de féliciations des grabds parteanires du Cameroun et les pays membres du commonwealth met de la pression sur le régime qui s’active sur un point fort des récommnadations américianes : La lutte contre la corruption.

Paul Biya peut-il faire un remaniement ministériel sans l'approbation des grands partenaires du Cameroun de son mandat?

À la lumière de tout ceci il en ressort que jouer avec le temps reste un astuce une fois de plus pour le régime de Yaoundé.

Dans l'attente de ces lettres de félicitations des États-Unis et de la grande Bretagne, ou d'un pays fort crédible comme le Canada, le mécanisme de diversion est mis en place pour faire ignorer au peuple les vraies raisons de ce remaienment minsitériel qui attend en réalité l'appobation du régime par les grands partenaires du Cameroun.
Quand le temps finit par rattraper Paul BIYA. Un proverbe camerounais dit qu'on ne peut pas tromper son coiffeur car le cheveux repousseront toujours. Paul Biya peut faire son remaniement ministériel sans l,appobation des grand partenaires de son mandat. Mais quand on est pays pauvre et très endetté....

On  peut se tromper pour abus de confiance une fois mais deux fois...Paul Biya peut-il encore jouer les américains?

Les marges sont restreintes aujourd'hui dans sa relation avec les États-Unis l'heure est à l'action . Et ce que attendent les américains, des élections libres et transparentes pour 2012 et la lutte contre la corruption.
Un pouvoir illégitime pire qu’un gouvernement minoritaire . Et quand on est pays pauvre et très endettés les bailleurs de fonds dictent tout...

Félicité Ngadja

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE