05/12/2011 04:29:04
Transparency international 2011. Le Cameroun toujours parmi les pays les plus corrompus
Ce en dépit d’une note évaluée à 2.5 qui le propulse à la 134e sur 183 contre 146 sur 178. Le Pays de Paul Biya, selon Transparency International, peut améliorer son score sous certaines conditions connues de tous.
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Ce en dépit d’une note évaluée à 2.5 qui le propulse à la 134e sur 183 contre 146 sur 178. Le Pays de Paul Biya, selon Transparency International, peut améliorer son score sous certaines conditions connues de tous.

C’était attendu ! L’Indice de perception de la corruption de l’année 2011 de Transparency International. Tellement attendu qu’à d’autres occasions, Me Charles Nguini, président de la branche camerounaise a été interpellé sur cette question. Chaque année, dans un rapport, l’ong basée à Berlin classe la presque totalité des pays du monde du plus au moins corrompu.

Depuis 1998, le pays de Paul Biya y est constamment épinglé. Aussi était-on curieux de savoir ce qu’il en serait cette année. C’est chose faite ! Le suspense est levé depuis ce jeudi 1er décembre 2011 avec la publication officielle de l’Indice de perception de la corruption (Ipc) 2011 de Transparency International. L’Ipc établit depuis 1995 le classement des pays perçus comme étant les plus corrompus dans le monde entier. L’Ipc 2011 de cette organisation montre que certains gouvernements échouent à protéger leurs citoyens de la corruption, qu’il s’agisse de détournements de ressources publiques, de pots-de-vin ou de prises de décisions tenues secrètes.

L’indice de cette année note 183 pays et territoires de 0 (extrêmement corrompu) à 10 (extrêmement intègre) selon les niveaux de corruption perçus dans le secteur public. Il utilise les données de 17 enquêtes portant sur des facteurs tels que l’application des lois anti-corruption, l’accès à l’information et les conflits d’intérêts. Deux tiers des pays classés ont un score inférieur à 5. C’est dans ce registre que se situe le pays de Paul Biya avec une note évaluée à 2.5. Ce qui lui permet de gagner 12 places (134e en 2011 contre 146e en 2010) et d’obtenir selon Me Charles Nguini, son meilleur classement depuis son intégration à l’Ipc en 1998. D’après lui, plusieurs raisons expliquent cette légère avancée. Ce sont : la mise en place lente mais effective des institutions de lutte contre la corruption, la poursuite de la campagne d’assainissement des mœurs publiques et une certaine prise de conscience par les autorités publiques de la nécessité de mettre la loi camerounaise en conformité avec la législation camerounaise.

Peut faire mieux

Une avancée saluée par certains diplomates présents à la cérémonie de présentation dudit rapport au siège de Transparency International-Cameroun sis à Bastos-Yaoundé. Il en est ainsi de Reinhard Buchholz, ambassadeur d’Allemagne au Cameroun qui pense que « le Cameroun est sur la bonne voie ». Un avis partagé par Bharat Joshi, Haut-commissaire de Grande Bretagne au Cameroun qui félicite « le gouvernement du Cameroun, l’Etat et toutes les structures qui sont impliquées dans la lutte contre la corruption parce que c’est un progrès, un pas significatif qui montre la volonté politique de la part de l’Etat de combattre la corruption ». Toutefois tous s’accordent à dire qu’au regard du rang qu’occupe ce pays dans le classement, il reste beaucoup à faire. Car le « pays reste trop corrompu ». Raison pour laquelle, la lutte contre la corruption doit continuer. Et à ce propos, « les partenaires du Cameroun comme la Grande Bretagne, l’Allemagne et les autres qui participent dans le choc sont tout à fait prêts à soutenir le pays dans cette lutte », assure Bharat Joshi.

S’agissant du classement, Me Charles Nguini pense que celui-ci peut connaître une amélioration significative. Cela passe par la mise en œuvre des dispositions de la constitution sur la déclaration des biens et avoirs, le vote d’une loi anti-corruption et la ratification de la convention africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption et les infractions assimilées. Avec une note de 9.5, la Nouvelle Zélande arrive en tête du classement. Elle est suivie de la Finlande et du Danemark. Quatre pays africains ont une note supérieure ou égale à 5. Ce sont : le Botswana (1er pays africain avec 6.1), le Cap Vert, l’Ile Maurice et le Rwanda. Ce dernier connaît l’un des plus grand progrès avec un score de 5.0 en 2011 contre 4.0 en 2010. Au dernier rang avec une note de 1.0, se trouvent la Somalie et la Corée du Nord, classée pour la première fois.

Le Cameroun au fil des ans

Année  IPC    Rang
1988    1.4    85 sur 85
1999    1.5    99 sur 99
2000    2.0    84 sur 90
2001    2.0    84 sur 91
2002    2.2    89ex sur 102
2003    1.8    124ex sur 133
2004    2.0    129ex sur 145
2005    2.2    137ex sur 158
2006    2.3    138ex sur 163
2007    2.4    138ex sur 180
2008    2.3    141ex sur 180
2009    2.2    146ex sur 180
2010    2.2    146ex 178
2011    2.5    134ex sur 182

Nadège Christelle BOWA

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE