09/12/2011 02:41:37
Cameroun. Françoise Foning au centre d'un détournement de 40 mille timbres
Au moment où la mairie est en rupture de stock depuis deux mois, le lot de timbres destinés à la mairie de Douala 5e est en vente dans un centre d’Etat civil du même arrondissement. Face aux soupçons qui pèsent sur sa personne, la maire de Douala 5e évoque «un complot ourdi».
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Au moment où la mairie est en rupture de stock depuis deux mois, le lot de timbres destinés à la mairie de Douala 5e est en vente dans un centre d’Etat civil du même arrondissement. Face aux soupçons qui pèsent sur sa personne, la maire de Douala 5e évoque «un complot ourdi». La direction des impôts gèle les approvisionnements en timbres à destination de cette mairie.

Impossible depuis deux mois de s’approprier un timbre communal dans les services de la mairie d’arrondissement de Douala 5e. Rendu au guichet de la mairie de Douala 5e, au quartier Bonamoussadi, le reporter se voit dire qu’il ne peut acheter le timbre communal qu’il sollicite. En outre le guichetier fait savoir que le précieux sésame est plutôt disponible au centre d’Etat civil de Mbanya à quelques lieux de là. Une affirmation qui est vérifiée quelques minutes plus tard par le reporter. Ici, au lieu de 200 Francs cfa, le timbre communal est vendu à 300 Francs cfa. 

Pour l’essentiel, le nommé Joseph Wamba Ngakou réceptionne 40 mille timbres communaux à la sous direction des timbres de la direction des impôts à Yaoundé, le 9 octobre 2011. Une transaction facilitée par la présentation d’une commande «authentifiée» par la signature de la maire de Douala Ve ainsi que du cachet de cette collectivité. Les vignettes obtenues au prix symbolique de 1 Fcfa auprès de la direction des impôts valent en fait 8 millions de Fcfa au prix de vente conseillé par la loi. Seulement, contre toute attente, le lot de timbres officiellement destinés à la mairie de Douala 5e sera plutôt acheminé au centre d’Etat civil de Mbanya. Jusqu’au moment où le receveur municipal de la mairie de Douala 5e sollicite la livraison de la commande de timbres faite par la maire Françoise Foning en date du 28 octobre 2011.

A en croire des sources concordantes et proches des différentes parties, c’est sous insistance des autorités administratives de la région que le receveur municipal de Douala 5e est mis en mission à Yaoundé en vue de rentrer en possession de la commande initiale de 200 mille timbres destinée à cette mairie. Une sollicitation qui ne trouvera pas d’écho auprès de la direction des impôts malgré la rupture de stock que connaît cette collectivité. Pis, il est demandé au receveur de faire acheminer les documents d’usage en vue de la tenue du livre comptable de la direction des impôts. Une découverte qui fait monter la tension d’un cran et laisse libre cours aux suspicions de tous genres à la mairie de Douala 5e.

Interpellation

Lors de notre passage au centre d’Etat civil de Mbanya, le maître de céans laisse entendre que «monsieur Wamba n’est pas là.» Une curiosité car, lors de notre arrivée sur les lieux, le responsable du centre d’Etat civil de Mbanya (reconnaissable par les multiples photos qui occupent le babillards de cette représentation communale) est aux prises avec des agents de forces de l’ordre en civil qui entendent avoir le cœur net sur le lot de timbres vendus dans ce centre. Un échange qui s’achève à bord d’une voiture de police garée non loin du bâtiment. Jusqu’au moment où nous allions sous presse, toutes nos tentatives pour avoir le receveur de la mairie de Douala 5e sont restées vaines. Toutefois, des correspondances présentées au reporter par des sources introduites laissent dire que le receveur, Eric Tchidjio, aurait interpellé l’édile de Douala 5e,   par le biais d’une correspondance, sur la pénurie de timbres à Douala 5e, son incidence sur le budget de cette commune  avec une évocation liée à la récurrence de ce type de légèreté dans la gestion des fonds de cette mairie.

Une démarche que reconnaît la maire de Douala 5e. Néanmoins, François Foning crie à un complot ourdi contre sa personne à la veille des prochaines élections municipales. Cette source affirme que la signature et le cachet apposés dans «le bon de commande» polémiqué «sont falsifiés». D’autant poursuit-elle, que «ces documents ont été produits au moment où je partais pour la conférence des femmes chefs d’entreprises au Mexique.» Au sujet des interpellations faites par le receveur municipal à son encontre, la même source évoque le refus du commis des finances à se rapprocher des services de perception mis en place par le maire de Douala 5e.

En outre, Françoise Foning croit savoir que «le fait que monsieur de Mbanya soit de la même région que moi a dû lui faire croire que j’allais couvrir ce genre de manigance.» Un imbroglio dont la conséquence se traduit dans le refus de la direction des impôts d’approvisionner la mairie de Douala 5e en timbres. Au grand dam des usagers classiques et autres élèves des classes d’examens appelés à constituer leurs dossiers aux prix exigés par l’unique distributeur de l’arrondissement.

Joseph OLINGA

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE