15/12/2011 15:34:04
Chirac condamné!
Dans un silence de cathédrale, trois juges indépendants ont condamné Jacques Chirac, jeudi 15 décembre au matin, à deux ans de prison avec sursis dans l'affaire dite des emplois fictifs de la mairie de Paris
Mediapart
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L'ancien président de la République est reconnu coupable d'abus de confiance, de détournements de fonds publics et de prise illégale d'intérêts, pour avoir fait supporter par les contribuables parisiens les salaires de plusieurs chargés de mission qui travaillaient soit au siège du RPR, soit pour le candidat gaulliste à l'élection présidentielle, mais en tout cas pas pour la Ville.

C'est la première fois qu'un chef d'Etat est condamné par la justice ordinaire.

Sarkozy et Chirac en 1976Sarkozy et Chirac en 1976 La XIe chambre correctionnelle de Paris, présidée par Dominique Pauthe, a jugé que l'ancien maire de la capitale était à la fois l'initiateur, l'auteur principal et le bénéficiaire de ce système illicite, monté en toute connaissance de cause.

Les attendus du jugement sont sévères le concernant (on peut les lire intégralement ici): « par son action délibérée, en ayant recours à 19 emplois totalement ou partiellement fictifs, Jacques Chirac a manqué à l'obligation de probité qui pèse sur les personnes publiques chargées de la gestion des fonds ou des biens qui leur sont confiés, cela au mépris de l'intérêt général des Parisiens », écrivent les juges.

Pendant les débats, l'énumération des différentes filières d'emplois fictifs (corrézienne, corse, francilienne ou sportive) avaient donné un tableau saisissant du système, cela même en l'absence du prévenu Chirac Jacques.

L'ex-maire de Paris risquait une peine maximale de dix ans de prison ferme, mais le tribunal a tenu compte à la fois de l'ancienneté des faits, du remboursement intervenu, du désistement de la mairie de Paris, de l'absence d'enrichissement personnel, de l'âge du prévenu, de son état de santé, et de ses deux mandats à l'Elysée pour décider, finalement, de le condamner à une peine de deux ans de prison avec sursis.

Pour mémoire, l'affaire avait débuté en 1998, avec la plainte d'un contribuable parisien défendu par l'avocat Pierre-François Divier. Son avancée s'est heurtée, depuis lors, à une obstruction constante des parquets de Paris et de Nanterre.

Fichier attachéTaille
chirac1.PDF 2.04 Mo
chirac2.PDF 1.64 Mo
chirac3.PDF 1.43 Mo

MICHEL DELÉAN

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE