16/12/2011 03:05:58
CPI: les manoeuvres contre la défense de Gbagbo ont commencé !
Les prétendues preuves d’Ocampo invisibles. Comment le procureur veut gagner du temps. Déjà des entraves flagrantes contre les avocats. Ce qui s’est passé à hier à La Haye, ce qui se passe aujourd'hui.
Le nouveau courrier
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Les prétendues preuves d’Ocampo invisibles. Comment le procureur veut gagner du temps. Déjà des entraves flagrantes contre les avocats. Ce qui s’est passé à hier à La Haye, ce qui se passe aujourd'hui.

Ocampo, très en verve tant qu’il s’agissait de déverser des généralités accusatrices sur le président Gbagbo, traîne des pieds pour transmettre les prétendues preuves dont il dispose à ses avocats. Qui ne disposent pour l’instant pas des moyens généralement donnés par la CPI pour permettre aux accusés d’organiser leur défense.

La prévisible danse de sorciers autour de la procédure opposant, devant la Cour pénale internationale (CPI), le président Laurent Gbagbo à l’accusation représentée par Louis Moreno-Ocampo, a déjà commencé. L’avocat du plus célèbre prisonnier de La Haye a levé, hier, un coin du voile sur ces manoeuvres, lors d’une audience de «mise en état». En filigrane, l’on comprend que des obstacles logistiques mais surtout juridiques et judiciaires sont posés sur le chemin de la défense du fondateur du Front populaire ivoirien (FPI). «Nous n’avons pas encore pu commencer nos enquêtes en raison de l’absence d’aide judiciaire», a expliqué Maître Altit. «En ce moment, nous n’avons pas de bureau, pas d’ordinateur, pas accès au système informatique de la Cour, pas de moyens», a-t-il précisé.

Le porte-parole de la CPI, Fadi el-Abdallah, questionné par l’AFP, a affirmé que le greffe n’avait pas encore rendu de décision «quant à l’éventuelle indigence de M. Gbagbo». Très clairement, le greffe de la CPI se demande encore si un homme dont les biens, réels et supposés, ont été officiellement gelés en Côte d’Ivoire et à l’étranger, et dont les soutiens ont été persécutés et pourchassés à la fois par le régime Ouattara et par l’Union européenne, a les moyens financiers de se battre contre une machine politico- judiciaire constituée par la CPI ellemême, le régime Ouattara, et des grandes puissances comme la France et les Etats- Unis.

Au-delà de la question financière, qui peut être réglée par la mobilisation des patriotes ivoiriens et africains, qui attendent le top départ officiel pour mettre la main à la poche, ces lenteurs orchestrées et ces tracasseries administratives – il est en effet élémentaire que les avocats de Gbagbo aient accès au système informatique de la CPI, par exemple – témoignent une fois de plus d’une volonté de prendre de court l’adversaire, de l’empêcher de s’organiser à temps.

Les prétendues preuves d’Ocampo invisibles

Plus fondamentalement, Louis Moreno Ocampo traîne les pieds pour remettre à la défense du président Gbagbo des piècesclés, qui devraient notamment édifier tout le monde sur la solidité du dossier qu’il a ficelé pour obtenir le transfèrement du «prisonnier de la communauté internationale» à La Haye. «Nous n'avons pas reçu la requête du procureur aux fins de la délivrance de mandat d'arrêt. Nous n'avons pas reçu non plus les éléments de preuve qui appuient cette demande», explique Maître Altit. Qui ajoute quelque chose de fondamental : «ces éléments nous permettront de contester la légalité de la détention du président Gbagbo». Et appelle l’accusation à communiquer «au plus vite» à la défense les éléments de preuve dont elle dispose.

Dans une interview exclusive publiée par Le Nouveau Courrier du 6 décembre dernier, Maître Altit annonçait les couleurs. «Le procureur a obligation légale de nous transmettre tous les éléments en sa possession le plus vite possible». Le bureau d’Ocampo, pour faire diversion, affirme avoir déjà communiqué 36 documents au président Gbagbo. Des documents de toute évidence secondaires, et qui excluent la fameuse requête aux fins de la délivrance de mandat d’arrêt, visiblement goupillée à la hâte. Cette bataille judiciaire est d’une importance capitale. En effet, il est plus que vraisemblable qu’Ocampo et ses alliés français et américains, pour satisfaire à l’agenda de Ouattara, ont goupillé à la hâte un dossier quasiment vide contre le président Gbagbo.

Un dossier qu’ils comptent «remplir» au fur et à mesure d’ici le 18 juin prochain. Il faut donc perdre du temps pour empêcher la défense de tailler en pièces les éléments fragiles – voire fabriqués – présentés à la juge Silvia Fernandez de Gurmendi. Cette méthode de la prise par surprise a été, rappelons-le, utilisée pour empêcher les avocats de Gbagbo de contester, alors qu’il se trouvait encore à Korhogo, son transfèrement express maquillé sous de fausses procédures ivoiriennes.

Aujourd’hui, une audience à huis clos, durant laquelle la défense et le greffe discuteront des modalités de l’organisation de la défense du président Gbagbo, aura lieu. A la suite d’un ordre de la juge Fernandez de Gurmendi. Plus que jamais, la vigilance est de mise.

Philippe Brou

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE