19/12/2011 01:42:50
La Chine affirme de nouveau ses liens amicaux avec l'Iran
L'ambassadeur de la Chine en Iran a réitéré la détermination de Pékin d’étendre ses liens avec Téhéran malgré les efforts de l’occident pour imposer des sanctions plus unilatérales sur la république islamique.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

L’ambassadeur de la Chine en Iran a réitéré la détermination de Pékin d’étendre ses liens avec Téhéran malgré les efforts de l’occident pour imposer des sanctions plus unilatérales sur la république islamique.

 Lors d’une visite Samedi dans la ville centrale iranienne d’Arak, l’ambassadeur chinois Yu Hongyang a décrit les relations sino-iraniennes comme satisfaisantes et a ajouté: “considérant la longue histoire de nos liens, il n’y a pas de politique en ce qui concerne un changement.”

La Chine cherche à donner un coup de fouet à ses liens politico-économiques avec la république islamique et nos collaborations bilatérales vont se développer plus avant dans le futur, a dit l’officiel chinois aux reporters.

Les remarques de Yu arrivent à l’encontre d’une campagne occidentale menée par les Etats-Unis pour glâner des sanctions diplomatiques et économiques contre l’Iran pour contre-carrer le progrès qu’à fait le pays en obtenant l’auto suffisance en utilisant la technologie nucléaire pacifique.

La Chine s’est opposée à des mesures punitives contre la république islamique et a incité au dialogue comme seule solution pour résoudre le surplace actuel dans le domaine du nucléaire iranien.

Le 6 Décembre, le porte-parole du ministre chinois des affaires étrangères Hong Lei a balayé les suggestions que la Chine accepterait les plans des Etats-Unis et de ses alliés pour étendre les sanctions anti-Iran jusqu’à un embargo pétrolier.

Téhéran est le troisième fournisseur de pétrole brut de Pékin. Les exportations vers la Chine d’autres produits iraniens comprennent le fer, l’acier, le cuivre, les pistaches, le safran et d’autres biens de consommations non pétroliers sont également en augmentation à l’exportation.

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada ont imposé des sanctions unilatérales supplémentaires sur les secteurs de l’énergie et des finances de l’Iran le 21 Novembre à la suite du dernier rapport de l’AIEA sur les activités nucléaires du pays.

L’Iran a rejeté le dernier rapport comme étant un rapport “déséquilibré et non-professionnel”, motivé politiquement sous les intenses pressions des Etats-Unis et de ses alliés proches comme la Grande-Bretagne et la France.

Les Etats-Unis, le régime israélien et certains de leurs alliés ont accusé Téhéran de manière répétée et réthorique, de poursuivre des objectifs militaires avec son programme nucléaire.

L’Iran argumente qu’en tant que signataire du traité de non-prolifération nucléaire et en tant que membre de l’AIEA, elle a le droit de développer et d’acquérir une technologie nucléaire à des fins pacifiques.

L’AIEA a fait d’innombrables inspections sur les facilités nucléaires de l’Iran et n’a jamais reporté quelque preuve que ce soit indiquant que le programme nucléaire civil de Téhéran ait été divertis dans la production d’armement nucléaire.


Article original en anglais : http://www.presstv.ir/detail/216370.html

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE