20/12/2011 15:22:33
RDC: Lettre ouverte Kabila
Je souhaite que cette correspondance vous parvienne avant mardi date prévue pour votre prestation de serment, en caressant le secret espoir qu'elle vous évitera d’entrer à reculons dans l'histoire politique de votre grand et beau pays.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Excellence, Monsieur le Président,

Je souhaite que cette correspondance vous parvienne avant mardi date prévue pour votre prestation de serment, en caressant le secret espoir qu'elle vous évitera d’entrer à reculons dans l'histoire politique de votre grand et beau pays.

Au-delà de l'ivresse du pouvoir qui touche fatalement la quasi totalité des dirigeants de l'Afrique, notre continent, j'imagine que, comme la majorité de vos pairs, vousi êtes pris en otage par votre entourage, plus  porté sur ses intérets prébendiers que sur celui supérieur du peuple. Des multinationales, des lobby occultes et des puissances occidentales alimentent ce qui apparaît  chez vous comme une dérive monarchique : ils l’alimentent pour mieux gruger la RDC. A votre décharge et au vu de ce qui précède, je veux croire que vous n'avez pas tous les détails de la manière calamiteuse dont s'est déroulée la dernière consultation du 28 novembre dernier.

On peut fermer volontiers les yeux sur les dysfonctionnements mineurs qui sont presqu'inhérents à l'organisation des élections en Afrique. On peut même ne pas soupçonner  les attermoiements de la CENI à proclamer les résultats. Difficilement, Monsieur le Président, on ne peut passer sur ces milliers de bulletins de vote cochés à l'avance en votre faveur qui circulaient, ni sur les tonnes d'autres arrivés en RDC après le scrutin et dont on s'interroge toujours sur leur destination finale.

La configuration des suffrages par province et par candidat, non seulement suscite beaucoup de curiosités, mais surtout contraste fort avec la ferveur militante observée sur le terrain pendant la campagne électorale, en faveur, disons le clairement, du candidat de l'UDPS, Etienne Tshisekedi.

Des fraudes massives donc et en arrière-plan, une volonté résolue de falsifier la volonté de tout un peuple. S'il y a une seule chose sur laquelle les observateurs nationaux et internationaux s'accordent, c'est que cette élection a été tout, sauf transparente. Si votre entourage vous a trompé, la CENI et la Cour Suprème se sont peut-etre aussi trompés sur l'issue de la consultation.

Excellence Monsieur le Président,

Tous ces dysfonctionnements plus ou moins orientés, toutes ces fraudes plus ou moins massives ont eu pour seul objectif de liguer la majorité du peuple congolais de l'interieur comme de la diaspora contre votre personne, contre votre régime.

Ces Congolais, vos compatriotes, à en juger par leurs mouvements d'humeur au Congo et à travers le monde, semblent décidés à prendre leur destin en mains, comme l’ont fait les peuples tunisiens et égyptiens, et même le peuple congolais quand il eut mare de la dictature de Mobutu.

 En bon général, vous savez qu'aucune armée, aussi puissante soit-elle, ne peut résister à la détermination d'un peuple déchaîné.

Prendiez-vous la responsabilité de gouverner envers et contre tous ? Porteriez-vous sur votre conscience la mort d'autres fils du Congo, des morts de plus et de trop ?

A l'allure où on va , Monsieur le Président, la confrontation semble inéluctable : si le peuple se lève, rien ne pourra l’arrêter et vous courez le risque de perdre la face.

Souvenez-vous de la manière absolument arbitraire dont vous êtes arrivé au pouvoir, pour comprendre la nécessité et l'urgence pour votre pays d'avoir enfin à sa tête un dirigeant conforme à la volonté populaire.

Souvenez-vous de l'élection de 2006 où du sang des Congolais avait encore coulé, dans  des circonstances presqu'analogues, pour des raisons presqu'identiques, pour savoir que la RDC est fatiguée des tourments et des tribulations.

Il n'y a aucune faiblesse à faire un pas en arrière et à se conformer à la volonté de son peuple qui, seul, est souverain.

Vos compatriotes dans leur grande majorité ont choisi Tshisekedi, donnez-lui une chance et la postérité vous en saura gré.

Joli-Beau Koube

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE