23/12/2011 04:20:00
Droit du sol ou droit du sang?
J’aimais  serrer   Fanta Kapsiki entre mes bras et sentir son parfum violent aux odeurs d’huile de palmiste. Fanta avait cette beauté noire magnifiée par Senghor : « Femme noire, femme obscure/Huile que ne ride nul souffle, huile calme aux flancs de l'athlète, aux flancs des princes du Mali/Gazelle aux attaches célestes, les perles sont étoiles sur la nuit de ta peau... »
Le Messager
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

J’aimais  serrer   Fanta Kapsiki entre mes bras et sentir son parfum violent aux odeurs d’huile de palmiste. Fanta avait cette beauté noire magnifiée par Senghor : « Femme noire, femme obscure/Huile que ne ride nul souffle, huile calme aux flancs de l'athlète, aux flancs des princes du Mali/Gazelle aux attaches célestes, les perles sont étoiles sur la nuit de ta peau/Délices des jeux de l'Esprit, les reflets de l'or ronge ta peau qui se moire/A l'ombre de ta chevelure, s'éclaire mon angoisse aux soleils prochains… »

Femme noire, Fanta Kapsiki… Qu’es-tu devenue mon doux breuvage aux senteurs tropicales, ma femme de jeunesse sur les bords silencieux du Logone ? Ce Logone où naquit comme chacun le sait, Abraham Pétrovitch Hannibal, grand-père de notre compatriote Alexandre Pouchkine, devenu russe comme mes ancêtres sont gaulois.

Qu’es-tu devenue mon doux breuvage aux senteurs tropicales, ma femme de jeunesse sur les bords silencieux du Logone ? Chair à canon pour mâles en rut où poule pondeuse dans le ‘saré’ d’un aladji ? Toi qui pour toute éducation avais-fait des études sommaires de coran à l’ombre d’un iman dominateur, avais tu le choix, entre les maternités précoces et le trottoir, avais-tu le choix, femme sans nationalité issue d’un père kotoko du Tchad et d’une mère kotoko du Cameroun ? Petite fille issue d’un lit polygame, à cheval sur deux frontières, ballottée entre Kousseri et  Ndjamena. Qu’es-tu devenue ma kapsikienne des bords du Logone tranquille ?

Et ton brave père ! Je garde de lui le souvenir d’un berger sans âge, juché sur son vélo, traversant insouciant, le pont sur le Logone, qui relie le Tchad au Cameroun, entre Ngueli et Kousseri. Ce vieux forban de Miskine Ngarlejar blanchi sous le harnais, sifflotait en pédalant derrière ses bœufs lorsque les policiers l’interpellèrent pour un contrôle de routine.

Miskine avait deux cartes nationales d’identité. La tchadienne et la camerounaise. Par erreur, il montra la tchadienne à la grande surprise des policiers camerounais. Il s’excusa alors, fouilla dans ses poches et présenta la carte d’identité camerounaise aux policiers interloqués. Homme libre, insouciant des barrières et des frontières, Miskine demanda aux policiers furieux, de quelle nationalité pouvaient se prévaloir les poissons du Logone, à la poursuite de leurs amours aquatiques, qui nageaient indifféremment de la rive tchadienne à la rive camerounaise,

Né à Kousseri, résidant à Ndjamena, marié à une Camerounaise et à une tchadienne, le vieux Miskine avait des enfants des deux côtés de la rive tchado-camerounaise. Il conduisait ses bœufs au pâturage d’un pays à l’autre, se couchait selon ses humeurs dans l’un ou l’autre de ses domiciles adorés, sans se soucier des frontières héritées de la colonisation. 

Dis, Fanta. De quelle nationalité était ton éleveur de père ?

Et toi, fille libre qui a vécu indifféremment chez tes parents des deux côtés de la frontière, de quelle nationalité es-tu ? De quelle côté bat ton cœur quand les Lions Indomptables croisent le fer avec les Sao du Tchad ? De quelle nationalité, mieux de quelle tribu est issu ton unique fils, né à Kouekong, non loin des rives du Noun, d’un père né lui-même dans les plantations de café à la banlieue de Bafoussam, petit fils d’un…Tchadien chauffeur de grumier. Est-il autochtone ou allogène ?

Entre le droit du sol et le droit  du sang  que revendiquera t-il demain quand naîtront les périls ? Si c’est le sol qui fonde son identité, ton fils est un autochtone natif de Kouekong, ce beau village agricole à la périphérie de Bafoussam. Si c’est par le sang qu’il s’identifie, il sera classé allogène, donc infréquentable.

Est-il le seul dans ce cas ? Prenons Jean Jacques Ekindi, dont les ancêtres venus du Congo sont d’origine nilotique. Il fait quoi à l’Assemblée nationale du Cameroun ? Pourquoi n’est-il pas retourné en Haute Egypte, où il aurait pu devenir pharaon sous le nom de Toutankhamon VI, au lieu d’offrir son noble postérieur à la fessée nationale souveraine de triste mémoire ? Et Albert Dzongang, né à Babeté dans les Bamboutos de parents d’origine Bahouang, village enclavé dans le Koung-khi derrière Bandjoun. Dans quelle circonscription électorale… Rdpc milite t-il ?

Voici Biya, d’origine Yezoum dans la Haute Sanaga du côté de Nanga Eboko, né à Nden dans la Mvila, marié à une Endom et plus tard à une française d’origine camerounaise ou vice -versa.  Biya réside à Yaoundé pour des raisons professionnelles, mais est planteur à Mvomeka’a. Quel est l’âge du capitaine ?

Et Leonel Bakassi, fils de ‘petit piment’, né quelque part, élève en Suisse pour des raisons économiques et sécuritaires, membre d’office de la diaspora, la nouvelle région camerounaise selon le nouveau découpage électoral.  Dans quelle circonscription a-t-il voté  en 2011 ? Genève, Akonolinga, Meyomessala ou Nanga Eboko ?
Alors, Fanta Kapsiki, il y a comme cela des questions qui m’empêchent de dormir. Voyons un peu le cas d’Issa Tchiroma, prince au lamidat de Garoua, griot à la chefferie d’Etoudi. Devra t-il toujours danser le bikutsi pour s’affirmer camerounais ? Pourquoi voulez-vous que Jean Nkuete, adoubé par le prince pour dérouter les candidats à la succession, aille se faire élire député à Balessing où personne ne se souvient de lui, alors qu’il a déjà un demi-pied au cœur du pouvoir ?

Et toi Fanta Kapsiki femme noire, femme obscure, huile que ne ride nul souffle, huile calme aux flancs du voyageur de l’éternel été, toi en ligne de mire de la chair si triste quand j’ai lu tous les livres,  Fanta, fille de nulle part qui me donna les premiers frissons de la vie, d’où viens-tu et où vas-tu ?
 
Bon vendredi et à vendredi

Esking

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE