30/12/2011 01:31:36
RDC: Plusieurs opposants interdits d'accéder à la résidence de Tshisekedi
Diomi Ndongala, Olenghankoy, Moni Dela, Pathy Katanga, Franck Diongo, Christian Badibangi, Jacquemin Shabani... sommés d’obtenir une autorisation préalable avant de rendre visite à leur leader politique.
Mediacongo
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Diomi Ndongala, Olenghankoy, Moni Dela, Pathy Katanga, Franck Diongo, Christian Badibangi, Jacquemin Shabani (photo ci dessus)… sommés d’obtenir une autorisation préalable avant de rendre visite à leur leader politique.

Dans son édition d’hier mercredi 28 décembre 2011, La Tempête des Tropiques avait publié en grand titre « Etienne Tshisekedi en résidence surveillée ». Et bien, les faits qui se sont déroulés dans l’après-midi ont donné raison à ce quotidien qui est toujours à la pointe de l’actualité.

Mercredi 28 décembre, vers 16h00’, une forte délégation de leaders politiques de l’Opposition a pris l’initiative de rendre visite à Etienne Tshisekedi dans sa résidence privée située sur l’avenue Pétunias, 10ème rue/Limete, à Kinshasa. Eugène Diomi Ndongala, Franck Diongo, Joseph Olenghankoy, Christian Badibangi, Moïse Moni Dela, Pathy Katanga, Jacquemin Shabani, faisaient partie de ces opposants.

Mais avant d’arriver à destination, ils sont décidé de saluer quelques cadres de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) qui tenaient leur réunion non loin de l’avenue Pétunias où habite le sphinx de Limete.

Cette réunion à laquelle ont pris part le secrétaire général, les secrétaires nationaux, la ligue des jeunes, la ligue des femmes, les membres du cabinet et les hauts cadres de l’UDPS, avait pour but d’évaluer la situation politique de l’heure.

Il était aussi question de faire le point de la plainte à charge des éléments de la police nationale congolaise, déposée hier chez l’auditeur supérieur militaire, signée par Jacquemin Shabani, SG de l’UDPS.

Dans cette plainte, ce parti a dénoncé le pillage de son siège par les éléments de la police nationale congolaise en date du 23 décembre dernier, alors que le quartier Résidentiel/Limete était entièrement bouclé par ces éléments.

Selon la même plainte, ces policiers ont non seulement violé le siège de l’UDPS, mais aussi passé à tabac les militants qui se trouvaient sur le lieu. A bout portant, ils ont rué un militant nommé Kingotolo, enlevé d’autres et emporté des biens de valeur dont des ordinateurs, imprimantes avec scanner, mobiliers de bureau, documents importants ainsi qu’un coffre fort contenant une comme de 425.000USD.

De là, les deux groupes ont décidé de faire route ensemble pour voir le président du parti dont le siège a été systématiquement pillé pour la quatrième fois en quatre mois.

Arrivés à l’avenue Canas, à quelques mètres de celle abritant la résidence de Tshisekedi, ils ont rencontré une barrière de plusieurs policiers postés à cet endroit.

Ces derniers se sont farouchement opposés au passage de ces paisibles Congolais qui ne voulaient rien d’autre que voir leur modèle politique.

Comme dans leurs habitudes, ces policiers ont même commencé à brutaliser quelques cadres de l’UDPS et bien d’autres leaders de l’Opposition. Des traitements dégradants étaient sur le point d’être commis, n’eût-été l’intervention d’un major dont le comportement a été salué par des observateurs. Il fallait donc négocier leur passage. Toutes les explications se sont avérées vaines ;

Au même instant, huit pick-up de la police sont venus en renfort, avec un déploiement impressionnant de plusieurs autres éléments, comme s’il y avait une alerte rouge ou une attaque des ennemis.

Finalement, les commandants de la police qui prenaient langue avec ces hommes politiques ont lâché la phrase qui a donné raison à ceux qui étaient convaincus que Tshisekedi est assigné à résidence. Ils leur ont clairement dit que pour accéder à la résidence du président de l’UDPS, il faut au préalable avoir l’autorisation de l’inspecteur général de la police, Charles Bisengimana. C’est donc l’instruction qu’ils ont reçue, et rien d’autre à négocier.

Les journalistes présents sur le lieu n’ont pas pu filmer cette scène malheureuse, de peur que leurs matériels ne soient extorqués. Ils se sont retirés de plusieurs mètres pour sauver leur intégrité physique.

Ces Opposants ne se sont pas arrêtés là. Décidés d’aller jusqu’au bout de leur logique pour épuiser tous les arguments des autorités de la police, ils ont pris le soin de joindre au téléphone le général Charles Bisengimana qu’ils ont facilement eu. Après lui avoir posé leur problème, ce haut officier de la police leur a demandé de venir à son bureau pour en parler de vive voix.

Malheureusement pour eux, ils sont arrivés à ce bureau alors que son occupant n’était plus sur place. C’était la désolation.

Plusieurs observateurs se demandent aujourd’hui si le Congo qui se dit démocratique ne s’est-il pas déjà engagé sur la voie du retour à la pensée unique. Cela, parce que Tshisekedi n’est plus libre de ce mouvement. Depuis quelques temps, il est encerclé par des policiers qui l’empêchent de sortir de son domicile. Ce, sans raison officielle.

Lefils Matady

Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE