31/12/2011 02:14:58
Dernière heure. Des espions de Ouattara arrêtés au Ghana
En mission secrète auprès des exilés. Comment ils ont été démasqués. Ce qu’ils ont dit à la police ghanéenne.
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

En mission secrète auprès des exilés. Comment ils ont été démasqués. Ce qu’ils ont dit à la police ghanéenne.

Décidément, le régime Ouattara éprouve toutes les difficultés à garder une certaine sérénité. Au point même d’aller faire espionner de pauvres réfugiés dans les camps ghanéens qui ont pourtant fui la barbarie des combattants pro-Ouattara. Avant-hier mercredi, la police ghanéenne a mis le grappin sur cinq d’entre eux.

Les exilés ivoiriens ayant fui la guerre et la traque des Frci et autres combattants pro-Ouattara, pour trouver refuge au Ghana voisin, ne sont plus en sécurité. Et pour cause, des «mercenaires» envoyés par le régime Ouattara qui faisaient de l’espionnage dans les camps de réfugiés d’Ampain non loin d’Elubo et celui d’Egykrom à Elmina, ont été démasqués et arrêtés. Selon les informations en notre possession, ce sont cinq individus, venus d’Abidjan depuis une semaine, qui espionnaient dans les deux camps suscités, en filmant les camps.

C’est en pleine action, mardi dernier, dans le camp de réfugiés d’Egykrom à Elmina que ces individus, peu recommandables et méconnus de la communauté des réfugiés, ont été surpris. Ils sont aussitôt pris en chasse par un groupe de réfugiés. Trois réussissent à s’enfuir quand les deux derniers sont maitrisés. La police ghanéenne est aussitôt informée et elle se rend immédiatement dans le camp, pour arrêter les deux individus. Avant que la police d’Elmina n’arrive, les deux individus ont commencé à cracher le morceau. Selon les informations reçues, ces derniers disent être des éléments des Frci.

Plus tard la police ghanéenne mettra le grappin sur les trois autres complices. Une fouille minutieuse de leurs véhicules permettra de découvrir des treillis Frci dissimulés dans les véhicules et d’autres effets confirmant pour l’heure leur appartenance aux forces républicaines de Côte d’Ivoire. Les premières informations qu’ils ont livrées à la police ghanéenne font état de ce qu’ils sont en repérage dans les camps de réfugiés depuis le 24 décembre et avaient pour mission de ramener des informations sur le quotidien, les habitudes dans les camps de réfugiés ivoiriens.

Deux ont pu être identifiés, selon les documents en leurs possessions, comme répondant aux noms de N’diapo Ehoué et Akpatou Joël. La police les a embarqués en direction d’Elmina pour un interrogatoire plus poussé. Depuis mercredi dernier donc, ils sont aux mains des autorités policières ghanéennes.

Frank Toti

www.nouveaucourrier.info

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE