17/04/2009 06:28:09
Liberté économique : le Cameroun perd la première place en Afrique centrale.
Corruption, Etat omniscient et omniprésent, Entraves fiscales... plombent, une de fois plus, l’image du Cameroun comme destination d’affaires, selon le Wall Street Journal et The Heritage Foundation
TEXTE  TAILLE
Augmenter la taille
Diminuer la taille

Selon le dernier rapport sur la liberté économique produit par The Heritage Foundation et le Wall Street Journal, le Cameroun perd la 1re place en Afrique centrale au profit du Gabon. Le Cameroun se retrouve 27ème rang africain (136ème au monde) devant la Guinée Equatoriale (142ème), la République Centrafricaine (156ème), la RDC (166ème) ; mais derrière son voisin du sud, le Gabon, 24ème en Afrique et 118ème au monde. Ce nouveau rapport qui fait perdre au Cameroun sa place de « leader » dans la zone Cemac, condamne entre autres la persistance de la corruption (le rapport cite notamment les agences gouvernementales de lutte contre la corruption pour leur inefficacité, mais aussi les tribunaux accusés de pratiques de corruption, d’arrestations illégales et autres abus) ; la faiblesse du secteur financier (marché du crédit inexistant, coût élevé des financements, concentration dans les banques et dans les assurances, pléthore d’organismes de microfinance... ; et l’absence criarde d’investissement (due à une bureaucratie tatillonne : « …le Cameroun possède l’un des environnements les plus complexes du monde » dit le rapport. Tout ceci ne fait pas de l’environnement camerounais, un environnement sain pour le business. On observe une constante parmi les pays de la sous-région Afrique Centrale : le corpus de règlements en vigueur étouffe la liberté d’entreprise et par conséquent entrave la liberté économique. "Créer une entreprise prend en moyenne 58 jours, comparativement à la moyenne mondiale de 38 jours. L'obtention d'une licence d'affaires nécessite moins que la moyenne mondiale de 18 procédures et 225 jours. La fermeture d'une entreprise peut être longue et coûteuse" indique le rapport. "L'influence politique, la corruption et les coûts de production élevés entravent l'investissement", explique le rapport.

A l'échelle continentale, l'Ile Maurice, le Botswana et l'Afrique du Sud forment toujours le peloton de tête en matière de liberté économique, tandis que comme Hong Kong, Singapour et l’Australie occupent le trio de tête à l'échelle mondiale.


Rappelons que la Heritage Foundation, fondée en 1973 par le milliardaire américain Joseph Coors, est l’un des plus importants think tank conservateur américain. En  partenariat avec le Wall Street Journal, la Fondation Heritage publie annuellement l'Index of Economic Freedom. Cette publication annuelle propose un indice pour tous les pays du monde en fonction de dix critères : liberté des affaires, liberté du commerce, liberté fiscale, poids de l'Etat, liberté monétaire, liberté d'investissement, liberté financière, droits de propriété, corruption, liberté du travail.

Pour plus d’informations : http://www.heritage.org/Index/Country/Cameroon

Cameroonvoice

Publicité
Publicité

comments powered by Disqus
Publicité
Autres actualités
Plus populaires

PUBLICITE